Publié dans Châteaux, musées, monuments, Un peu plus loin...

Visiter un château-fort digne des plus beaux tournages. Au château de Pierrefonds (60)

C’est LE château médiéval par excellence ! Tellement époustouflant qu’il a servi de décor à de nombreux tournages de cinéma (Jeanne d’Arc de Luc Besson ou les Visiteurs), de séries (Merlin de la BBC). Mickaël Jackson en était tellement fan qu’il en avait même fait faire une maquette pour son ranch !

L’Histoire du château :

Le premier château date de l’époque carolingienne mais c’est plus tard qu’il prend toute son ampleur, en pleine guerre de Cent ans. A cette époque, il est le siège de querelles entre Louis d’Orléans (le frère du roi Charles VI qui était fou) et l’un de ses oncles Philippe II le Hardi (le duc de Bourgogne). Louis a un territoire beaucoup plus petit et veut reprendre la guerre contre les Anglais. C’est dans ce contexte qu’il décide de faire construire des places fortes pour se protéger, notamment à Pierrefonds. Mais Jean sans Peur, le successeur de Philippe le Hardi, fait assassiner Louis en 1407 et la forteresse est incendiée en 1413. En conséquence, Charles d’Orléans voulut se venger : il devint chef du parti des Armagnacs. Le roi d’Angleterre s’allie aux Bourguignons contre les Armagnacs. Suite à la défaite d’Azincourt en 1415, Charles est emprisonné et exilé 25 ans en Angleterre ! Il deviendra poète (et c’est ce dont l’histoire se souviendra le plus !). En 1616, Louis XIII fait assiéger la forteresse et démantèle son système de défense pour mettre fin aux conspirations aristocratiques.  Le château reste en ruines pendant 2 siècles. 

La résurrection du château : Napoléon Ier fait acheter les ruines du château en 1810. Sous le règne de Charles X et de Louis Philippe, le village, reconnu pour ses eaux thermales, devient lieu de villégiature. Au XIXe siècle et la mode du romantisme, le château revient à la mode. Il est classé monument historique en 1848. En 1857, Napoléon III décide de faire restaurer le château. Il confie le chantier à Eugène Viollet-le-Duc qui a aussi restauré la cathédrale Notre-Dame de Paris et les remparts de Carcassonne. Le chantier dure 25 ans, avec parfois près de 300 ouvriers ! Mais l’architecte avait sa propre vision des choses :  il pensait que restaurer un édifice c’était « le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné ».  Forcément, il  avait ses détracteurs ! Sa libre interprétation de l’époque médiévale lui fit par exemple créer un double chemin de ronde. Mais il a aussi utilisé des matériaux de son temps comme les charpentes métalliques.

La visite :

Cour intérieure : on peut ici faire découvrir aux enfants tout le bestaire du Moyen-âge ainsi que les métiers de l’époque en observant les chapiteaux sculptés de la galerie ouverte du rez-de- chaussée.  Arrêtez-vous devant la gouttière en forme de salamandre, elle mérite bien une petite photo !

Le salon de réception :

Il était destiné à accueillir les intimes de la famille impériale. Dans cette pièce, on peut faire chercher aux enfants les emblèmes des rois France : le porc-épic pour Louis XII, l’aigle impérial pour Napoléon III, les bâtons noueux pour Louis d’Orléans ou les abeilles pour Napoléon Ier dans le cabinet de travail.

La chambre de Napoléon III : regardez bien les murs, les dessins ressemblent à une sorte de bande dessinée qui représente la vie d’un chevalier du XIVe siècle !

La « salle des preuses » : cette immense salle de réception polychrome contenait la collection d’armures de Napoléon III. Après la guerre de 1870, la collection fut entreposée au Louvre puis à l’Hôtel des Invalides. A l’autre bout de la pièce, au-dessus de la cheminée monumentale, on peut voir 9 statues de « preuses ». Viollet-le-Duc a fait représenter la reine d’Assyrie et de Babylone sous les traits de l’impératrice Eugénie. Dans la même logique, si vous voulez croiser cet incroyable architecte, il a laissé son portrait sur la façade de la chapelle. Le pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle est en effet représenté sous ses traits !

Pour les kids :

Télécharger gratuitement le livret enfant en cliquant sur http://www.chateau-pierrefonds.fr/Explorer/Livret-enfant

Infos pratiques :

  • Tarifs : gratuit le 1er dimanche du mois (comme tous les monuments nationaux) ainsi que pour les jeunes de moins de 18 ans, les 18-25 ans, les demandeurs d’emploi, les enseignants (avec le Pass education), les handicapés civils avec un accompagnateur par personne. Pour les autres : tarif individuel : 8 euros. Possibilité de commander en ligne (en même temps que le billet) le livre Itinéraires du Patrimoine au tarif de 8 euros (en plus du billet d’entrée). Dans l’actuel contexte sanitaire, il faut réserver ses billets en ligne sur le site : http://www.chateau-pierrefonds.fr/
  • Accès : Château de Pierrefonds, Rue Viollet-le-Duc 60350 Pierrefonds.  Tél. 03 44 42 72 72 . En train : Paris gare du Nord => Compiègne : 52 minute sen TER.  

Que faire à proximité ?

Goûter à l’embarcadère de Pierrefonds
  • Faire une pause à « L’embarcadère de Pierrefonds ». On y va pour manger des plats de brasserie (comme des moules frites), ou goûter (des gaufres, des crêpes). La vue sur le lac et le château est magnifique. Nous étions situés dans une barque réaménagée en table « posée » sur l’eau, très agréable… On peut aussi louer au même endroit des pédalos. Tarifs pour 30 minutes : adultes : 4,80 euros, enfant (-12 ans) : 3,70 euros.  Etablissement saisonnier, ouvert tous les jours de mars à novembre (selon la météo). Pas de réservation. Location de pédalo www.lembarcadere-pierrefonds.fr Chaussée Deflubé. 60350 Pierrefonds. Tel : 09-52-80-12-26.
  • Visiter le palais de Compiègne et son parc.
  • Visiter le musée de l’armistice au cœur de la forêt de Compiègne. Cliquez sur ce lien pour en savoir plus : https://sortiespourenfantsiledefrance.fr/2020/08/29/quand-lhistoire-se-joue-dans-un-wagon-cache-au-milieu-de-la-foret-au-musee-memorial-de-larmistice-de-compiegne-60/
  • Se promener dans le village de charme de Saint-Jean-aux-Bois. C’est ici que Emile Carrara composa la mélodie de Mon amant de Saint-Jean chantée par Edith Piaf et plus récemment Patrick Bruel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s