Publié dans Châteaux, musées, monuments

Découvrir de nouvelles techniques artistiques à La Maison des Arts d’Antony (92)

Un peu d’histoire :

La Maison des Arts est située dans l’ancienne propriété Bourdeau. Au milieu de ce parc romantique situé au cœur de la ville se dresse une belle demeure construite sous Napoléon III. Elle est acquise en 1894 par madame de Livio, veuve d’un ancien consul de France. Leur fils Auguste de Livio, diplomate, ministre plénipotentiaire, conserve la propriété jusqu’à sa mort en 1931. Charles Bourdeau, gendre du diplomate, qui habite Antony, en hérite. Elle devient propriété communale en 1967. Occupée par la bibliothèque municipale pendant plus de vingt ans, elle est rénovée à partir de 1991. Aujourd’hui, la propriété abrite la Maison des arts et l’Atelier-Musée du pays d’Antony.

Cette demeure classée aux Monuments historiques est agrémentée d’un parc ombragé, où l’on admirera des arbres centenaires remarquables comme les tilleuls argentés et les séquoias géants.

Expositions temporaires :

La maison des arts est un lieu culturel qui a pour vocation la sensibilisation du public aux arts plastiques lors d’expositions variées (peinture, dessin, sculpture, gravure, photo). La démarche est de sensibiliser à l’art contemporain.

Les salles d’exposition couvrent trois niveaux de 120 m2 chacun. Un second bâtiment de 130 m2, le « Jardin d’hiver », accueille des conférences et des vernissages.

Pour les kids :

  • Mercredis Lecture en partenariat avec la bibliothèque municipale
  • Spectacles (de musique, de danse…).
  • Ateliers pratiques certains mercredis précédés d’une visite guidée (2 h en tout)
  • Livret-jeux disponible à l’entrée gratuitement

L’Atelier-musée du pays d’Antony :

L’Atelier-Musée du Pays d’Antony est une association créée en 1990. Elle a pour but de rechercher, préserver, restaurer et faire connaitre le patrimoine et les traditions d’Antony et des communes voisines. Au sous-sol de la Maison des arts, on peut découvrir un petit espace qui relate l’histoire du Pays d’Antony, son urbanisme, ses traditions, ses habitants et leurs métiers, ses richesses patrimoniales. On peut ainsi découvrir une reconstitution de l’atelier du bourrelier Charles Goudet, installé à Antony de 1903 à 1923, avenue de la division Leclerc qui était un grand lieu de passage des cavaliers, des chariots et des diligences.

Reconstitution de l’atelier de Charles Goudet

L’avis des filles :

  • Chloé : la maison des arts, je trouve ça très sympa. La visite de l’exposition n’est pas très longue et permet de trouver de l’inspiration et de découvrir d’autres arts que l’on ne connaissait pas. Pendant l’atelier, on teste des choses, on se met dans la peau du métier et après on ramène notre création chez nous. Récemment, nous avons visité l’expo « A polis et à plumes ». Broder avec ses cheveux, j’ai trouvé cela très intelligent. Les plumes, c’est TRES joli.  On peut faire des décors de végétation, des animaux… Les thèmes sont toujours très différents ».
  • Margaux : L’exposition « A poils et à plumes » porte sur un thème très original et passionnant ! Ce n’était pas du tout ennuyeux, les œuvres étaient très belles et j’ai adoré l’idée du recyclage ! Encore une fois, l’atelier était très réussi et j’ai été très enthousiasmée par le résultat ! »

Que faire autour ?

  • Se détendre dans le parc Bourdeau (jeux pour enfants)
  • Prendre un goûter à Ocean Tree canadian coffee and store, avec des cookies au mapple sirup, entrée au bout du parc Allée Louise, 28 rue Auguste Mounié)
  • Acheter un livre sympa à La Passerelle (face au marché).

Infos pratiques :

Maison des Arts 20 rue Velpeau, Parc Bourdeau, 92160 ANTONY   RER B, station « Antony »     www.ville-antony.fr     Tel : 01-40-96-31-50

Ouverture :

Samedi et dimanche 14h00 à 19h00

Mardi à vendredi de 12h00 à 19h00

Tarifs : gratuit

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Visiter un musée « qui change votre regard sur la banlieue » (Fresnes, 94)

Cet écomusée créé en 1979 s’intéresse aux thèmes de la vie quotidienne sous l’angle des populations locales. Il travaille ainsi en étroite collaboration avec les habitants du Val-de-Bièvre en collectant leurs témoignages et parfois des objets afin de proposer des expositions au plus près des gens. Les thèmes sont aussi variés que l’urbanisation, la télévision, le travail, la condition féminine…

La ferme de Cottinville

L’exposition « la ville en partage »

Elle aborde la question des nouvelles formes d’implication citoyenne dans la fabrique de la ville, comment les habitants, les élus et les experts (architectes, urbanistes, des paysagistes…) coopèrent et confrontent leurs points de vue.

Des maquettes, des plans, des vidéos, des photographies présentent de manière très concrète différents projets du territoire du Grand-Orly-Seine-Bièvre. Par exemple, l’évolution du site d’Ivry-sur-Seine où une centrale thermique à charbon était en service depuis les années 1960. Le lieu géré par EDF a fermé en 2015 et, en attendant la construction de l’une des gares du Grand Paris Express, a vu s’implanter un projet artistique de 2018 à 2020.

Pour les kids :

 Pendant les vacances de Toussaint une chasse au trésor est proposée aux enfants de 7 à 12 ans (jusqu’au 7 novembre 2022). Un livret-jeu est distribué à l’entrée et c’est parti pour une découverte ludique de l’expo ! Un petit cadeau sera même donné à ceux qui réussiront à ouvrir le coffre ! Réservation obligatoire et gratuite sur exploreparis.com Durée de l’activité : entre ¾ d’heure et 1heure.

Expo « la ville en partage » jusqu’au 6 mars 2022

L’avis des filles :

  • Chloé : « La chasse au trésor était une bonne idée car il y avait des jeux à faire et on apprenait des choses en même temps. Chaque épreuve portait sur une ville avec un nouveau projet. Les jeux du livret étaient bien faits car ils étaient tous différents. J’ai trouvé très intéressant de construire sa propre ville car on peut ainsi se mettre à la place des habitants. Le cadeau était très bien ! »
  • Margaux : « C’était original de faire une chasse au trésor dans un musée. Le thème permettait d’« arpenter » des villes à côté de chez nous. A chaque îlot, on découvrait un nouveau quartier et des petits jeux associés. L’idée de construire sa propre ville était intéressante. Il y a même des coloriages pour les plus jeunes ! »

Infos pratiques :

  • Ouverture :

Mercredi et samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h.
Mardi, jeudi, vendredi, dimanche et jours fériés de 14h à 18h.

Ouvert les jours fériés sauf les 1er janvier, 1er mai, 25 décembre.
Fermeture annuelle en août.

  • Tarifs : entrée gratuite.
  • Accès :

Ecomusée du Val-de-Bièvre   Ferme de Cottinville    41, rue Maurice Ténine – 94260 Fresnes

Tel: 01-41-24-32-24

RER B arrêt Croix de Berny : TVM arrêt Montjean

RER B arrêt Antony : bus 286 arrêt Mairie de Fresnes

M° Porte d’Orléans : bus 187 arrêt Mairie de Fresnes

Porte d’Italie : bus 184 arrêt Mairie de Fresnes

Que faire autour ?

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Assister au lever de Louis XIV au château de Versailles (78)

Difficile quand on décide de visiter le château de Versailles de choisir la meilleure option tellement le site est vaste. Il vous faudra de toute façon revenir pour bénéficier des autres atouts du lieu.

Pour une première, la visite des grands appartements est néanmoins un grand classique. Car quand on pense à Versailles, on pense forcément à Louis XIV et à la Galerie des Glaces. Cette option vous permettra en effet de pénétrer dans les pièces incontournables fréquentées par le Roi Soleil et de rêver pendant 1h30.

La visite :

Les grands appartements sont des pièces qui servaient surtout lors des fêtes, des réceptions et des banquets. Le fil directeur de la décoration est celui des planètes et de la mythologie gréco-romaine où marbre, bronze, or, stucs, brocarts, taffetas, damas et velours mettent en valeur les statues et les portraits de famille afin de glorifier le roi Soleil.

En hiver, trois fois par semaine, le lundi, le mercredi et le jeudi, de 18h 00 à 22h00 avaient lieu les « Soirées d’appartements ». Chaque salle avait alors une fonction particulière :

  • Salon d’Hercule : il a servi autrefois de salle de bal. Mais il est surtout connu pour son immense plafond, de 480m2 (l’un des plus grands du monde) qui représente Hercule montant vers l’Olympe où Jupiter et Junon lui présentent sa future épouse, Hébé. Sur tout un mur, on peut aussi admirer le tableau Repas chez Simon peint en 1570 par Véronèse. Il fut offert par Venise pour remercier Louis XIV de l’avoir aidée contre les Turcs.
Repas Chez Simon, Véronèse, 1570
  • Salon de Vénus : c’est l’entrée principale du Grand Appartement, surnommée la « pièce de marbre ». C’est ici qu’était servie la collation, composée de confitures et de fruits lors des soirs d’appartement.  Statue de Louis XIV en empereur romain par Jean Warin. 
  • Salon de Diane : Louis XIV aimait beaucoup y jouer du billard tout en étant applaudi par les femmes de la cour.
  • Salon de Mars : c’est le début du Grand appartement. On y voit notamment les portraits de Louis XV et de son épouse.
  • Salon de Mercure : Il s’agit de la pièce où la famille royale jouait aux cartes et aux jeux de hasard. Mais c’est aussi ici que le petit-fils de Louis XIV dormit trois semaines avant de partir en Espagne pour y devenir roi et où la dépouille de Louis XIV fut placée en septembre 1715.
  • Salon d’Apollon :  il devient la salle du trône à partir de 1682. Le trône d’origine, en argent, mesurait 2,60 m de haut ! Il fut fondu et remplacé par un trône en bois. Quand le roi recevait en séance extraordinaire, le trône était déplacé dans la Galerie des Glaces.
  • Salon de la Guerre : le roi y tenait conseil. Tout le décor est à la gloire du Roi victorieux. Médaillon « Louis XIV victorieux et couronné par la gloire » par Coysevox

La Galerie des Glaces: elle est une commande de 1678 passée à Jules Hardouin-Mansart pour passer à l’abri entre les appartements du Roi et de la Reine. Contrairement à ce que l’on pourrait croire aujourd’hui, le lieu était accessible à tous, à condition de porter l’épée (que l’on pouvait louer aux grilles du château).  C’est à l’époque le lieu idéal pour les fêtes, les mariages, les réceptions d’ambassadeurs…   Elle demeure aujourd’hui un haut lieu de la diplomatie puisque les chefs d’Etas étrangers y sont souvent invités.

La Chambre du roi: c’est là qu’il dort à partir de 1701 et qu’il meurt en 1715. Elle est connue pour être un haut lieu de l’étiquette. Le roi se levait vers 8h30. Le premier médecin et le premier chirurgien l’auscultaient puis les membres de sa famille et quelques courtisans privilégiés assistaient au « Petit Lever » : le roi se levait, mettait sa robe de chambre et choisissait sa perruque. Puis le roi déjeunait et s’habillait, c’était le « Grand lever » auquel assistaient une centaine de courtisans ! Le lit était en hauteur pour se protéger d’animaux comme les chats, les chiens et les rats… Les rideaux étaient très utiles pour se protéger du froid.

La chambre du roi

Infos pratiques :

  • Localisation/accès : Place d’armes, 78000 Versailles. Tel : 01-30-83-78-00

RER C station « Versailles Château-rive gauche » puis il y a 10 minutes à pied pour se rendre au château. Parking payant sur la Place d’armes.

Autres visites spéciales enfants (10 euros en plus du droit d’entrée, 1h30) sur  le site : https://www.chateauversailles.fr/preparer-ma-visite/billets-tarifs?visite-tid=6

En complément :

  • Prenez un goûter dans le château au salon de thé Angelina
  • Fouinez dans le magasin de jouets La palette de Jeux (17 rue des 2 portes): une vraie caverne d’Ali Baba dans une adorable boutique!

Publié dans Châteaux, musées, monuments, Plein air

Déambuler dans un « jardin d’eau » à Courances (91)

Dans ce domaine de 35 hectares de jardins, vous découvrirez des arbres bicentenaires, de nombreuses pièces d’eau et un joli jardin japonais.

Le parc :

Le nom de Courances tient de l’expression « eaux courantes ». Avec son cours d’eau- l’Ecole-, ses 14 sources et ses 17 pièces d’eau, l’endroit porte bien son nom ! En effet, l’eau est partout dans ce beau domaine : elle est crachée par des « Gueulards », elle coule autour de la Baigneuse, elle fait se refléter le château sur son Miroir… Le lieu était déjà renommé sous le roi Louis XIII qui faisait venir son eau de table d’une fontaine qui se situe dans le parc.

Il mérite donc bien son label « Jardin Remarquable », lui qui allie à la fois le « jardin d’eau de la Renaissance », le jardin à la française du XVIIe siècle avec des lignes rectilignes et géométriques et le jardin japonais.

Quelques incontournables de la promenade :

  • Le Miroir : cette création du XVIIIe siècle contient presque 1 hectare d’eau ! Des algues et des lentilles d’eau prolifèrent pour le plus grand régal de carpes végétariennes importées de Mongolie !

Le MIroir
  • Le Gros platane : labellisé « arbre remarquable » en 2015. Il est surnommé Samuel, en témoignage du propriétaire qui est l’origine de la rénovation du château en 1872, Samuel de Haber. Il fut planté en 1782, en même temps que les platanes de l’Allée d’honneur !
  • Le grand canal :  avec ses 463 mètres de longueur, pas étonnant que le roi Henri IV s’en inspira pour créer celui de Fontainebleau !
  • Le jardin japonais : il est petit mais magnifique et demande beaucoup de travail. Mis à part la tonte de sa pelouse, tout le travail se fait à la main.​​
Le Jardin japonais

En complément :

  • Visitez l’intérieur du château : le Baron Samuel de Haber, riche banquier suisse, l’a racheté en 1872 alors que le bâtiment avait été laissé à l’abandon pendant une quarantaine d’années. Il entreprend alors d’importants travaux de rénovation, rajoutant l’escalier en fer à cheval inspiré du château de Fontainebleau ainsi que la brique rouge en façade. Aujourd’hui, le château est encore privé, et il abrite quatre générations de la famille Ganay. Les visites guidées du château ont lieu toutes les heures à 14h30, 15h30, 16h30 et 17h30 (sauf en juillet et août).
  • Faites une pause goûter à la Foulerie, une bâtisse où l’on foulait le chanvre au XVIIe siècle. Le lieu est romantique et champêtre. Savourez un chocolat chaud et une part d’une délicieuse pâtisserie à la chaleur du poêle. De 14h00 à 18h30 le week-end, durant la saison d’ouverture du parc.

Pour les enfants :

  • Vous trouverez quelques jeux pour enfants dans le parc : balançoires, trapèze, corde…

L’avis des filles :

Chloé : « La sortie était très intéressante, le jardin était très beau et il y avait beaucoup d’eau. L’arbre Samuel était immense ! On peut marcher sur toutes les pelouses. A l’automne, c’est la saison des marrons, j’en ai ramassé plein ! On peut voir beaucoup d’oiseaux car il y a aussi beaucoup de forêts. »

Margaux : « C’est amusant de tomber sur des moutons au milieu du parc et quelques jeux pour se défouler. Le salon de thé est chaleureux et le fondant au chocolat délicieux ! ».

Infos pratiques :

Tél : +33 (0)1 64 98 07 36  www.domainedecourances.com

  • Ouverture : weekends et jours fériés du 3 avril au 1er novembre 2021 de 14h à 18h
  • Tarifs :

Visite du parc : Plein Tarif : 9 €, Tarif réduit (de 7 ans à 18 ans, plus de 65 ans) : 7 €,

Visite du parc + visite guidée du château : Plein Tarif : 12 €, Tarif réduit : 10 €

Gratuit pour les Courançois, les moins de 7 ans, ainsi que pour les personnes en situation de handicap et leur accompagnateur.

Que faire autour ?

  • Passer par la boutique du domaine (adresse : rue du moulin, près de la place de la mairie) qui vend des légumes produits dans le potager du château certifié bio depuis 2015.
  • Visiter la maison de Claude François dans le village d’à côté : 32 rue du Moulin, 91490 Dannemois.
Publié dans Châteaux, musées, monuments

Se faire peur dans les Catacombes de Paris

L’histoire des catacombes de Paris :

Sous l’actuelle place Denfert-Rochereau, on extrayait du calcaire dit « Lutétien ». Il fut exploité de l’Antiquité jusqu’au XXe siècle. Cette pierre a notamment servi à la construction des arènes de Lutèce, des thermes de Cluny ou encore de Notre-Dame de Paris. A la fin du Moyen-âge, l’extraction de la pierre devient souterraine. En 1777, sous le règne de Louis XVI, à la suite de plusieurs effondrements, les carrières sous Paris sont interdites et un service spécial, chargé de leur surveillance, est créé.

Le cimetière des Innocents dans l’actuel quartier des Halles, accueillait depuis le Moyen-âge la majorité des Parisiens. Mais au XVIIIe siècle, il devient saturé et entraîne des accidents sanitaires. En 1785, le conseil d’Etat du roi ordonne sa suppression.

Les autorités parisiennes décident alors d’un projet innovant : l’aménagement d’un ossuaire sous-terrain sous la plaine de Montrouge, dans les anciennes carrières de la Tombe-Issoire. Les premières évacuations ont lieu de 1785 à 1787. Le site est consacré « Ossuaire municipal de Paris » le 7 avril 1786 et s’approprie dès ce moment le terme mythique de « Catacombes », en référence aux catacombes de Rome.

Pendant la révolution française, les catacombes ont provisoirement servi de morgue pour les corps des personnes tuées lors des affrontements. À partir de 1809, les Catacombes deviennent accessibles au public.  Les transferts se poursuivent après la Révolution jusqu’en 1814 et reprennent de nouveau en 1840 lors des travaux d’urbanisme de Louis-Philippe et lors des chantiers haussmanniens de 1859 à 1860.

Les catacombes ont connu d’illustres visiteurs : le comte d’Artois (futur Charles X) en 1787, l’empereur d’Autriche François Ier en 1814, Napoléon III y descend avec son fils en 1860.

La visite :

L’accès aux galeries se fait en empruntant un escalier de 130 marches qui descend à 20 mètres de profondeur. Des couloirs longs et étroits suivent le tracé des rues (des plaques indiquent leur nom). Au bout de plusieurs de minutes de marche, on arrive enfin devant la fameuse expression de Virgile « Arrête, c’est ici l’empire de la mort ! ».

Dans les premiers temps, les ossements ont été jetés pêle-mêle par un ancien puits puis à partir de 1810, le lieu fut aménagé. Les os furent alors disposés de manière décorative avec des crânes et des tibias en façade -les os restants sont cachés derrière. Différentes plaques mentionnant des sentences ou des réflexions sur la fragilité de la vie humaine jalonnent le parcours.

La visite dure environ ¾ d’heure (davantage si vous louez un audioguide). Attention, il est difficile d’accès pour les poussettes et les fauteuils roulants. En bas, il fait frais (14°C) et humide, n’oubliez pas votre petite laine ! Le plus simple est d’opter pour des baskets.

Pensez à réserver à l’avance, le site est souvent plein, du moins le week-end.

L’avis des filles :

  • Margaux : « C’était une sortie très originale!
  • Chloé: « J’ai trouvé que ça faisait un peu peur mais il y a de la lumière donc cela rassure. Il y avait des messages assez effrayants… »

Infos pratiques:

  • Tarifs : Billets achetés en avance : Tarif plein : 29€ (audioguide inclus), Tarif réduit : 27€ (audioguide inclus), Tarif unique enfant (4 à 17 ans) : 5€t. Billets achetés sur place (attention, c’est souvent complet) ou en ligne le jour même : Tarif plein sans audioguide : 14€, Tarif enfant (- de 18 ans) : gratuit, audioguide en option : 5€ .
  • Accès : 1, avenue du Colonel Henri Rol-Tanguy (place Denfert-Rochereau) 
    75014 Paris. RER B, Métro 4 et 6 , bus 38 et 68 (arrêt Denfert-Rochereau), Parc de stationnement payant : 83 bd Saint-Jacques 75014 Paris
  • Horaires :

Du mardi au dimanche de 9h45 à 20h30, fermeture des caisses à 19h30. Les Catacombes sont ouvertes les 14 juillet, 15 août, 1er novembre et 11 novembre. Fermeture les lundis et certains jours fériés : 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Que faire à proximité ?

Publié dans Autres, Châteaux, musées, monuments

Balade au XVIIIe siècle au château de Gillevoisin (91)

Retour sur cette belle immersion dans le siècle des Lumières lors d’une journée exceptionnelle, le 26 septembre 2021 organisée dans le cadre du festival « Entre Juine et Renarde au fil de son histoire ».

Zoom historique sur le château :

La mention la plus ancienne du château date de 1479.  La légende raconte que du balcon du 1er étage, Henri IV, en route pour la conquête de Paris, guetta la venue de Gabrielle d’Estrées.  Jules Armand Stanislas Dufaure, ministre de la justice et président du Conseil en 1870 et 1871, y habita avec sa famille. Ils y séjournaient au printemps et en automne, y organisaient de grandes réceptions et des parties de chasse. A la mi XXe siècle, le château est vendu à un centre médico-éducatif pour des jeunes en situation de handicap qui y reçoivent un enseignement professionnel.

Les animations du 26 septembre 2021:

  • Dès l’arrivée, nous avons été étonnés de découvrir une ferme orientale sous une tente khaïma. Nous avons pu discuter avec les mazaries (fermiers) et caresser leurs adorables chèvres.
  • Les ateliers de la vie quotidienne : à l’atelier de calligraphie, nous avons testé le calame et le cachet de cire. Plus loin, nous avons observé la fabrication de papier et la bourrellerie.
  • Un stand de jeux d’autrefois était installé. A nous échasses, billard hollandais et table à glisser !
  • L’association Saor Alba nous a replongés dans les Highlands du XVIIIe siècle, en pleine révolte jacobine, alors soutenue par la France. L’occasion de découvrir le tir au mousquet (attention aux oreilles !).
Un petit air d’Ecosse
  • Il y avait aussi de la jonglerie avec un artiste très drôle qui savait aussi bien manier les balles, les massues et excellait en diabolo !
L’accrovoile
  • Le mât d’escalade (« Accrovoile ») : Alors que ce sont d’habitude les marins chevronnés qui se hissent en haut de ces mâts, les enfants (et les adultes) ont pu escalader ici un mât de 8 mètres de haut, comme au temps des Grandes découvertes ! Cette animation d’escalade maritime est inspirée des vaisseaux du XVIIIe siècle et des clippers du XIXe siècle.

Le tout au son de la musique d’époque et en compagnie de personnages en costumes reconstituant vie sociale du XVIIIe siècle.

L’avis des filles :

  • Chloé : «J’ai trouvé que le domaine était très beau. Il y avait beaucoup d’animations et les gens étaient déguisés donc on se croyait vraiment au XVIIIe siècle ; il y avait tout aussi bien les paysans que les nobles. Les animations s’enchainaient toutes donc on pouvait profiter de tout et ne rien rater. J’ai adoré l’atelier calligraphie. J’ai découvert un outil, le calame mais le clou de l’atelier c’était le cachet de cire ! Enfin, j’ai beaucoup aimé le mât de bateau qui était une activité très originale cela donnait un peu le vertige mais quand on sautait, c’était trop drôle ! »
  • Margaux : « Il y avait plusieurs activités par exemple, les jeux en bois. Le mât était une activité très originale ! Le spectacle était un mélange d’art du cirque et de spectacle comique. Les saltimbanques étaient très drôles ! »

Infos pratiques :

  • Château de Gillevoisin, 91510 Janville-sur-Juine

Que faire en complément ?

  • Découvrir les ânes :  Rev’Anion.  Cette association propose des balades à pied et à pas d’âne dans le domaine de Gillevoisin, à Lardy mais aussi des bivouacs en Essonne, des sorties à thème… Infos et réservation : réservation au 06 70 06 90 11.  https://revanion.jimdofree.com/
  • Se promener au domaine de Chamarande : parc classé « jardin remarquable », lieu d’exposition. On peut y faire des tours en barque de juin à septembre) : 5 € par barque (4 personnes). Entrée gratuite, RER C station « Chamarande » à 200 m de l’entrée du parc.  Domaine départemental de Chamarande. 38 rue du Commandant Arnoux. 91730 Chamarande. Tel : 01-60-82-52-01
  • Dormir dans les arbres : aux Cabanes de la Tour à Janville-sur-Juine 91510
  • Visiter le Musée volant de l‘aviation à Cerny

Publié dans Autres

Le Poudlard Express fait un arrêt à la gare Saint-Lazare (75)

Bonne nouvelle ! Pas besoin de se rendre à la gare de King’s Cross ce week-end pour la rentrée à Poudlard ! Même les Moldus seront autorisées à traverser le mur du quai 9   3/4 !

Toute une série d’animations a été installée sur le parvis de la gare Saint-Lazare en collaboration avec les éditions Gallimard, la SNCF et la Fnac.

J.K. Rowling

Souvenez-vous, Harry Potter, c’est une saga incroyable créée par J.K. Rowling constituée de sept romans parus entre 1997 et 2007. Ils ont été traduits en 80 langues et publiés à 500 millions d’exemplaires !! Record absolu !

Que voit-on sur le parvis de la gare ?

  • L’avant de la célèbre locomotive rouge a été reconstitué avec renfort de fumée et de bruitages de vapeur. On s’y croirait ! On ne peut pas grimper dedans mais c’est quand même top pour les photos souvenirs !

  • Il y a aussi un espace photocall où l’on prendra d’autres clichés devant le célèbre mur de briques et de grandes figures Lego.
  • Une petite exposition montre le travail du studio MinaLima. En 2001, Miraphora Mina et Eduardo Lima commencent à travailler ensemble pour créer l’univers graphique des films Harry Potter. Ils fondent en 2009 leur studio à qui l’on doit tout l’univers visuel de la saga (dont le parc à thème, le marketing, les livres). Après avoir illustré le premier tome de la saga, le studio a créé l’événement en illustrant le deuxième, Harry Potter et la Chambre des Secrets.

  • On peut ainsi voir en avant-première des illustrations de celui-ci avant sa sortie prévue le 26 octobre 2021. L’exposition se poursuivra ensuite dans le sous-sol de la gare du 10 septembre au 10 octobre 2021.

  • Un QR code associé à Instagram vous permettra de vous prendre en photo en réalité augmentée.
  • Enfin, il y a un petite boutique Fnac qui vend des produits dérivés HP : des livres, des figurines, des fournitures scolaires, des baguettes…

L’avis des filles :

  • Margaux : « J’ai trouvé que les panneaux représentaient assez bien l’univers de Poudlard. Le train Poudlard Express ma impressionné, avec la fumée, c’était très bien fait. Mais le tout est malheureusement trop petit… »
  • Chloé : « Le train était très grand, comme un vrai! C’était bien de pouvoir prendre plein de photos, surtout celle avec le chariot dans le mur. Il y a beaucoup de choix dans la boutique, même le livre de potions que je cherchais depuis longtemps! »

Infos pratiques :

  • Lieu : Parvis de la gare Saint-Lazare, 75008 Paris
  • Accès : métro (lignes M2-12-13-14)
  • Tarif : gratuit
  • Samedi 28 et dimanche 29 août 2021. Boutique ouverte le samedi de 10h00 à 19h00 et le dimanche de 11h00 à 19h00.
  • Site officiel : www.wizardingworld.warnerbros.fr
Publié dans Châteaux, musées, monuments

Se perdre dans l’expo street art « L’Essentiel »

Le concept :

Le décor : un ancien bâtiment de la Poste datant de 1965… Ce lieu désaffecté a connu plusieurs vies : il fut occupé par le passé par un centre de tri postal, un bureau de poste et même récemment par un centre d’hébergement d’urgence pour des femmes isolées et leurs enfants ! Bientôt reconverti en logements sociaux, il a été confié il y a quelques mois à l’association Art Azoï pour un sacré défi : se réapproprier les lieux juste le temps d’un été à la sauce street art. Un beau terrain de jeux de 2000 m2 pour 43 artistes ! Le nom de ce groupe n’a pas été trouvé au hasard …. Il fait référence au statut de « non essentiel » des artistes lors de ces derniers mois de pandémie. Les amateurs d’art urbain vont être servis : graffitis, collages, lettrages, créations optiques ou sculptures au programme ! Une belle expérience collective d’art éphémère !

L’art de représenter le rebond d’un ballon…

La visite :

Chaque heure, un petit groupe de 19 privilégiés pénètre dans le labyrinthe… On déambule dans cet immense dédale en compagnie d’une guide qui présente rapidement les œuvres (et il y en a beaucoup) mais on peut aussi s’écarter du groupe pour tout découvrir de façon plus autonome (ce qui est assez fun pour les enfants).

Voici quelques-uns de nos coups de cœur :

  • Fuzi est un illustrateur, graffeur, tatoueur parisien.  « The Pool » est une œuvre acrylique et spray aérosol
  • « L’envers du décor » de Psyckoze, un artiste français qui laisse son empreinte sur les murs du monde entier depuis 1984, notamment dans les carrières souterraines de Paris.  
  •  « Palimpseste » de Madame. Elle utilise différents matériaux comme le papier, le bois, le métal, le tissu pour les faire parler.  En mélangeant texte et images, elle appose ensuite de grandes affiches dans la rue.
Palimpseste » de Madame
  • Les œuvres de Berthet One, auteur de bandes dessinées français.
  • Coup de cœur des filles : « Fire Flower » de Stéphane Parain (bois, grillage, ouate, led)   Cet artiste parisien s’inspire de la sculpture classique, des décors de théâtre et de l’art urbain.
« Fire flower » de Stéphane Parain
  • Jean-Charles de Castelbajac :(« L’essence-ciel »), célèbre styliste, designer, directeur artistique de la marque Benetton.
JC de Castelbajac

L’avis des filles :

Chloé : « J’ai trouvé que de présenter des œuvres d’art dans un autre endroit que dans un musée, c’était très original. C’était fait avec plein de matériaux : du fil, du coton, des lampes, des photos, de la peinture… A chaque fois que l’on rentrait dans une pièce, on voyait une œuvre d’art différente, une par pièce. En plus, il y en avait au plafond, sur les murs, sur le sol, accrochées. Ce qui était étrange c’est que même quand c’était peint, on voyait le côté abandonné du lieu, cela donnait un air mystérieux ».

Margaux : C’était une sortie très colorée, les œuvres étaient très différentes et il y avait beaucoup d’espace! J’ai particulièrement aimé l’œuvre qui représentait un ballon en mouvement car le mouvement est difficile à représenter. Quant à la création Fire flower , elle était très surprenante! ».

Infos pratiques :

Horaires : Du 1er juillet au 29 aout 2021, Du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00

Adresse : 11 square Alban Satragne 75010 Paris. Métro : Gare de l’est.

Tarifs : Gratuit sur réservation sur le site officiel : lessentielparis.fr

Le bon plan : si vous n’avez pas eu de place sur internet, vous pouvez vous hasarder à venir 10 minutes avant l’ouverture. Parfois certaines personnes ont réservé mais ne viennent pas. Ça vous laisse un petit espoir, car cette exposition est prise d’assaut !

Que faire à proximité?

Testez le concept du café céramique à La Papoterie (à 32 stations de métro de l’expo). Pour plus d’infos, lisez notre article: https://sortiespourenfantsiledefrance.fr/#:~:text=%E2%80%93%202019%20%3A%20un%20passionn%C3%A9%20d’,%E2%80%93%203%20salles%20!

Publié dans Autres

Peindre, déguster et discuter… à La Papoterie (75)

Niché au cœur du quartier Oberkampf, La Papoterie est un café céramique tout droit inspiré du Canada. Dans un univers chaleureux et convivial, on laisse facilement aller son imagination… 

Le concept :

Tout d’abord, on choisit sa pièce (de 8 € à 50 €): un bol, une tasse, une assiette, un cache-pot… 85% d’entre elles sont fabriquées en France par des artisans. Puis, on la décore avec les peintures de son choix (et il y en a beaucoup !). Attention dans le choix des couleurs, à la cuisson, ça fonce beaucoup mais le nuancier de la boutique vous montre tout !

Le plus :  on peut boire et manger un petit encas (tartines, quiches, planches…) ou un goûter pendant qu’on peinturlure!

Et après… il faut être un peu patient (un peu plus d’une semaine) le temps que la pièce soit émaillée et cuite pour la récupérer toute belle ! On peut alors l’utiliser normalement : manger, boire dedans… 

Sinon, on peut aussi commander un kit par internet qu’on fait tranquillement à la maison.

Il existe une formule brunch le dimanche matin à 10h00. Pour 49 €, la formule comprend : la nourriture, la boisson, une pièce à décorer au choix (à moins de 30 €)

L’avis des filles :

Margaux : « C’était génial ! Il y avait beaucoup de choix dans les supports, les couleurs et les techniques ainsi qu’un cahier d’inspiration pour trouver des idées ! C’est très original. En plus, on peut manger sur place et faire en même temps son activité. J’ai adoré souffler dans la paille pour faire des bulles de peinture ! »

Chloé : « On pouvait choisir notre support (j’en ai même découvert certains). Je pouvais tout réaliser moi-même (la couleur, les motifs) et on nous a même donné des méthodes que je pourrai reproduire plus tard. C’est facile, du coup même les plus petits pourront y arriver donc ça n’est pas décourageant. C’est bien mieux de faire soi-même que de l’acheter tout fait ! En plus, ce qu’on mange est super bon ! »

Et voici nos créations après la cuisson!!

Infos pratiques :

Contact: 13 rue Ternaux, 75011 Paris , Téléphone : 01-48-06-72-88 / 07-66-75-74-07  www.papoterie-cafe.fr  Métro : Parmentier / Oberkampf

bonjour@papoterie-cafe.fr

Horaires : mardi au vendredi : 14h00 à 22h00, Samedi et dimanche : 10h00 à 22h30

Il faut réserver pour être sûr d’avoir une place !

Publié dans Autres

Revivre une scène de Jurassic Park à l’Escape game Aventure de Puteaux (92)

Comment ça marche ?

En quoi consiste un escape game ? C’est un jeu d’évasion en grandeur nature. En général, les participants sont enfermés dans un lieu clos pendant une heure (même les claustrophobes s’en sortent très bien) et doivent, grâce à différents indices, avancer dans les salles jusqu’à en sortir. L’esprit d’équipe prime. L’écoute, la coopération sont des atouts essentiels pour réussir. C’est surtout une activité très ludique à partager en famille. On fouille (attention, ça ne veut pas dire « on se défoule »), on regarde, on se remue les méninges, on coopère (ça c’est le plus dur), on écoute les conseils (qui sont forcément précieux).

Pas très tranquilles avec le Professeur Farfelus…

Quelques chiffres :

– 2019 :  un passionné d’escape game ouvre ses deux premières salles à Puteaux, spécialisées pour les enfants.

– 2020 : le succès étant au rendez-vous, il en ouvre une troisième.

– 5 animateurs, rompus à l’art de l’improvisation, accompagnent du début à la fin les participants (un par salle).

– 3 salles ! Il y en a pour tous les goûts : « Le Trésor de Barberousse » sur le thème des pirates du XVIe siècle, « Mission : espions » où il faut fouiller un appartement afin de mettre la main sur un objet inestimable et enfin « Dinoland » sur le thème des dinosaures.  

Notre expérience :

C’est justement cette dernière salle que nous avons testée grâce à l’invitation du professeur Farfelus. Au programme : un paisible séjour sur une île inconnue, en plein milieu de l’Océan Pacifique où se trouve un parc géant avec de véritables dinosaures. Mais comme vous pouvez l’imaginer, le séjour ne fut pas de tout repos…

Ce qu’on a aimé :

  • L’originalité de cet escape game, c’est qu’un animateur/acteur est présent durant toute l’aventure : il change de rôle, nous conseille, nous aide (mais pas trop). C’est donc très immersif.
  • Pour les novices et les enfants, c’est très encourageant, on est assuré de gagner. Rien de plus frustrant que de terminer son anniversaire en ayant perdu la partie ! Là au moins, on repart avec un bon souvenir et ça donne envie d’en tester d’autres !
  • Le lieu/l’acteur s’adapte aux enfants : par la taille (tout est à hauteur d’enfant), et en fonction de l’âge : (le scénario, la difficulté ne sont pas les mêmes en fonction de l’âge des enfants).
  • Le plein d’émotions : on frissonne, on crie, on sursaute, on sourit mais sans être jamais terrifiés.
  • Les escape games pour enfants sont rares en Ile de France, alors profitez-en ! il faut les privilégier par rapport à ceux des adultes car sinon vos enfants seront vite perdus dans les rouages des épreuves souvent difficiles et toute la famille passera alors un mauvais moment.

L’avis des filles :

  • Chloé : « C’était génial ! Ce qui était très chouette c’est qu’on a été accueillis par un personnage déguisé donc on a tout de suite été mis dans l’ambiance. En plus, il nous accompagnait tout au long de la séance en nous donnant des indices (sans tout nous dire non plus) et il animait en plus. J’ai bien aimé le système où l’on devait trouver des choses pour actionner un mécanisme notamment des cadenas. On devait chercher dans toutes les pièces, pas forcément dans la dernière. Enfin, j’ai bien aimé les décors.
  • Margaux : « Il y avait toujours quelque chose à découvrir dans chaque salle . J’ai adoré avoir une « mission secrète » (mais chut… je ne vous en dis pas plus…). Le professeur jouait très bien ce qui fait que parfois j’ai vraiment eu peur ! »

Infos pratiques :

  • Accès : Escape game aventure : 28 rue Parmentier, 92800 Puteaux.  Tel : 06-08-37-60-13.  Gare de Puteaux à 11 minutes à pied de l’escape game.  http://www.escapegameaventure.fr
  • Tarifs : 2 à 4 joueurs : 90 €, 5 joueurs : 110 €, 6 joueurs : 130 €, 7 joueurs : 150 €,8 joueurs : 170 €, 9 joueurs : 190 €, 10 joueurs : 210 €. 1 adulte minium par session.
  • Durée : 1 heure
  • On peut aussi y fêter son anniversaire ! Plusieurs formules sont proposées (avec une partie d’escape game, le goûter sur place et éventuellement des jeux encadrés par un acteur en complément). Formules de 220 € à 480 €.

Que faire à proximité ?

  • Se balader dans le domaine de Saint Cloud ou dans le Bois de Boulogne
  • Se familiariser avec l’art moderne en découvrant les statues de la Défense. Voici un petit guide pour les enfants sur le site : https://parismomes.fr/sorties/parcours-artistique-a-la-defense/
  • Tester les nouveaux manèges du Jardin d’acclimatation, Bois de Boulogne, route de la Porte Dauphine à la Porte des Sablons, 75116 Paris.
  • Déambuler à la Fondation Louis Vuitton qui propose des parcours contés, des ateliers, des événements en famille pour se familiariser avec le bâtiment de Frank Gehry et ses expositions. 8 Avenue du Mahatma Gandhi, 75116 Paris.
Publié dans Châteaux, musées, monuments

Fabriquer sa médaille à la Monnaie de Paris (75)

La Monnaie de Paris est la plus ancienne usine de la capitale. Elle est installée sur le quai Conti depuis 1775 ! C’est ici que plus de 150 artisans fabriquent des pièces, des médailles, des objets d’art (plus de 300 000 objets par an !) mais pas les pièces de notre porte-monnaie qui elles sont fabriquées en Gironde.

Le musée :

Lors de la visite, on peut voir à travers des vitres différents corps de métiers et des artisans en train de travailler : le fondeur, le ciseleur, le graveur, l’émailleur etc…  On entre ensuite dans un espace sombre, comme dans une mine, pour mieux observer les différents minerais qui constituent nos pièces, notamment l’or, le cuivre, l’étain ou le nickel. Un peu plus loin, une grande salle présente l’évolution des techniques de frappe. On a pu tester la frappe au marteau qui était en place jusqu’au XVIe siècle. Le balancier puis la presse (à levier, à vapeur ou électronique aujourd’hui) remplacent peu à peu cette technique permettant une production plus régulière et plus importante.

Atelier Fabrique ta médaille !

Après une rapide visite du musée, place à la pratique pour reproduire les gestes du professionnel : dessin, estampage, gravure… On commence par crayonner sur du papier calque puis on reproduit l’image sur de la cire et enfin on place de la pâte à modeler sur celle-ci pour reproduire l’effet de la médaille. On repart avec son œuvre dans un bel écrin de la Monnaie de Paris, un beau souvenir et une belle expérience en famille !

A partir de 7 ans. Durée : 2 heures (½ de visite et 1h30 d’atelier). Tarif : 12€ par personne (incluant la visite du musée). A réserver en ligne sur le site : https://www.monnaiedeparis.fr/fr/activites-et-visites/activite-fabrique-ta-medaille

L’avis des filles :

Margaux :

« La visite était intéressante et ludique car on pouvait manipuler à certains endroits. L’atelier était très bien ! »

Chloé :

« Tous les jours, on voit des pièces de monnaie sans savoir d’où elles viennent. Dans ce musée, on découvre leurs matériaux et leur fabrication. J’ai aussi appris qu’on créait des médailles au même endroit. Le musée est magnifique, bien fait. J’aurais aimé que la visite dure plus longtemps. Grâce à l’atelier et aux différents outils mis à notre disposition, j’ai découvert la difficulté du métier et les différentes techniques de l’artisan. C’est amusant de repartir avec notre propre médaille et cela complète bien la visite ! »

Infos pratiques :

Adresse : 11 quai Conti 75006. Tél : 01 40 46 56 66

Boutique Monnaie de Paris : 2bis, rue Guénégaud, 75006 PARIS

Accès : MÉTRO : Pont Neuf (ligne 7), Odéon (ligne 4 et 10), Saint-Michel (ligne 4)

RER : Châtelet (RER A et B), Saint-Michel Notre-Dame (RER B et C).

BATOBUS : station Pont des Arts

  • En voiture : Parcs de stationnement aux environs :
    • Parking Harlay Pont Neuf : quai des Orfèvres, 75001 PARIS
    • Zenpark Saint-Michel : 4, rue des Grands Augustins, 75006 PARIS
    • Parking Mazarine : 27, rue Mazarine, 75006 PARIS
    • Parking Q-Park Rivoli Pont Neuf : 2, rue Boucher, 75001 PARIS

Horaires d’ouverture du musée: du mardi au dimanche de 11h à 18h. Nocturne tous les mercredis jusqu’à 21h. 

Horaires d’ouverture de la boutique : du mardi au dimanche de 11h à 19h. Nocturne tous les mercredis jusqu’à 21h.

Tarifs :

Tarif Plein : 12€, Tarif jeunes -26 ans: gratuit,  Premier dimanche du mois : gratuit

En complément :

  • Faites un tour à la boutique, en ce moment, il y a plein d’objets dérivés Harry Potter !
  • Flanez le long des quais pour fouiller dans les stands des bouquinistes
  • Prenez le goûter sous le pont Neuf et profitez du spectacle des bateaux sur la Seine
Publié dans Plein air

Se défouler dans les filets de l’Ecopark Adventures de Meudon (92)

Le concept :

« Parc Legends » est un espace ludique et familial composé de 1800 m2 de filets, unique en Ile-de-France. Niché au cœur de la forêt, 10 modules composant des trampolines, des cabanes, des toboggans sont perchés entre 4 et 6 mètres de hauteur. Simple d’accès et très sécurisé, il n’y a pas besoin de porter de baudrier ce qui permet de sauter, de gesticuler, de courir en toute liberté ! On peut même y jouer au football car une zone avec deux cages et un ballon est dédiée à cette activité ! On s’y prélasse aussi, comme dans une sorte d’hamac géant pour observer la cime des arbres au son des oiseaux (privilège réservé aux matinaux).

Même les plus jeunes, à partir de 2 ans y ont accès, en étant accompagné par un adulte. Quant aux plus grands, ils peuvent faire l’activité en toute autonomie laissant la possibilité aux parents d’attendre en-dessous assis sur des tables de pique-nique.

Un session dure 1h30 ce qui est suffisant car, malgré ce que l’on pense, l’activité est fatigante (à ce titre, n’oubliez pas la gourde d’eau qui sera d’une grande utilité).

L’avis de Margaux :

« Ce lieu est un mélange d’accrobranches et de trampolines dans la forêt. Ça change ! Je conseille de venir y jouer à plusieurs pour plus en profiter ! ».

Infos pratiques :

  • Tarifs : 2-3 ans : 3 € avec un accompagnateur pour 1h30 , 4ans et plus : 9 € pour 1h30.

  • Horaires : Le parc est ouvert de fin mars à fin octobre. Hors vacances scolaires : ouvert tous les mercredis, week-ends et jours fériés de 10h30 à 19h00 (selon la saison, et la visibilité). Pendant les vacances scolaires de la zone C : ouvert tous les jours de 10h30 à 19h00 (selon la saison, et la visibilité). Pendant les vacances d’été : ouvert tous les jours de 10h30 à 19h00 (parcours test et accueil interrompus de 11h45 à 13h00).

  • Adresse : Route du pavillon l’Abbé, centre sportif Marcel Bec, 92190 Meudon
  • Conseils : Garez-vous dès l’entrée du centre sportif (gratuit) puis dirigez-vous à pied sur la gauche du domaine. En contrebas, vous distinguerez les filets, vous êtes arrivés ! Une tenue de sport est recommandée, des chaussures fermées obligatoires. Les gants sont conseillés mais pas du tout indispensables (vendus sur place à 3 €). Les cheveux doivent être attachés. Il est possible d’acheter de la boisson ou des glaces sur place. Il y a des WC gratuits, plus loin sur le site, à proximité des terrains de tennis. Privilégiez votre venue le matin : vous aurez moins de monde et il fera moins chaud l’été (même si le site st bien ombragé grâce aux arbres).

  • Formules anniversaire : 3 heures d’activités (16 € par invité).

En complément :

Sur place, il y a aussi un parcours sportif, des terrains de tennis, des jeux pour enfants…

Et plein de promenades à tester dans le bois de Meudon!

Sur le même thème :

Ecopark de Bièvres (Accrobranches) Lisez notre article : https://sortiespourenfantsiledefrance.fr/tag/sport-de-plein-air/

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Le top du street art à l’exposition « The world of Banksy » (75)

L’exposition immersive « Le monde de Banksy », ce street artiste mondialement connu, revient à Paris avec 100 œuvres réparties sur 1000 m2 !

Qui est Banksy ? Ou du moins, ce que l’on croit savoir sur lui…

C’est en Angleterre, dans les années 1990 que l’on commence à voir se multiplier des pochoirs  satiriques qui mêlent souvent poésie, humour noir et politique dans les rues de Bristol ou de Londres. Cette technique lui permet d’aller vite et d’éviter ainsi d’être pris en flagrant délit. En effet, on ne sait toujours pas quelle est son identité ce qui suscite de nombreuses spéculations.

L’expo :

L’expérience débute en sous-sol par l’œuvre la plus connue de Banksy : «Girl with Balloon» (« Petite fille au ballon »). Ce pochoir en noir et blanc, excepté le ballon en forme de cœur peint en rouge, apparaît en 2002, à Londres. Une reproduction a été mise aux enchères en 2018 mais au moment d’être adjugée pour plus d’un million d’euros, l’artiste britannique déclenche un mécanisme d’autodestruction qui déchiquète l’œuvre ! Banksy l’a renommée depuis «Love is in the Bin» (« L’amour est dans la poubelle ») !

On tombe ensuite dans les rues sombres et mal famées de New York. En octobre 2013, Banksy inonde la ville de ses œuvres, à raison d’une par jour (la quasi-totalité de celles-ci ont disparu aujourd’hui) mais le maire Michael Bloomberg réagit mal et veut à tout prix arrêter l’artiste ! Dans cette zone de l’expo, on déambule alors au son des sirènes de la police sans oublier tous ces rats qui font aussi sa marque de fabrique !

On embarque après à Londres sans oublier Paris avec la fillette recouvrant une croix gammée (vandalisée peu de temps après son apparition) mais aussi l’œuvre réalisée sur la porte du Bataclan en 2018 suite aux tragiques attentats de 2015 : « The Young Sad Girl» (« La jeune fille triste »). Découpée à la meuleuse et volée en janvier 2019, l’œuvre est finalement retrouvée en juin 2020, en Italie.

Un peu plus loin, le bourdonnement des hélicoptères nous plonge au Proche-Orient, à Bethléem où un mur a été élevé depuis 2002 par Israël en territoire palestinien occupé. De quoi attiser la créativité de Banksy. C’est là qu’il représenta la fillette au ballon et d’autres œuvres dont «Flower Thrower» (« Le lanceur de fleurs »). Ce pochoir figure un jeune homme masqué qui s’apprête à jeter un bouquet de fleurs à la place d’un cocktail Molotov. Cette peinture murale symbolise de cette manière, un appel à la paix entre Israéliens et Palestiniens.

Sur le même thème, on peut ensuite pénétrer dans une reconstitution de l’étonnant hôtel « emmuré », puisque telle est la traduction littérale de « Walled-Off Hotel ». Ce lieu, financé par l’artiste possède différentes catégories de chambres – du dortoir à la suite présidentielle. Vous n’y trouverez pas de télévision à disposition mais de la lecture et une vue imprenable sur le fameux mur. Depuis le mois de juin 2021, une réplique de cet hôtel vient d’ouvrir à Paris, juste à côté du lieu d’exposition, rue du faubourg Montmartre.

A l’étage se trouvent d’autres œuvres emblématiques dont celle des policiers qui s’embrassent  ou encore «Season’s Greetings» (« Joyeuses Fêtes ») peinte dans la ville industrielle galloise de Port Talbot en 2018. Cette œuvre représente un enfant debout à côté d’une luge, bras ouverts, qui tire la langue pour attraper des flocons de neige. Mais ceux-ci sont en fait de la cendre rejetée par une poubelle en feu. Beaucoup voient dans ce graffiti une dénonciation de la pollution de l’air.

Infos pratiques :

DATES/HORAIRES :  Du 1er juin 2021 au 31 décembre 2021

  • Mardi, mercredi et dimanche: de 10h00 à 19h (dernière entrée à 18h00)
  • Jeudi et vendredi: de 11h00 à 21 h00 (dernière entrée à 20h00)
  • samedi: de 10h00 à 21h00 (dernière entrée à 20h00)

LIEU :  Espace Lafayette-Drouot, 44 Rue du Faubourg Montmartre, 75009 Paris

ACCÈS : Métro : 7 Le Pelletier, Bus : 42, 48, 67, 74 et 85, Parkings : Ector Parking : 25 rue de Provence,  Interparking : 12/14, rue de Chauchat

TARIFS: Enfants de – 12 ans : 12€    Adultes : 14€

SITE OFFICIEL   www.espace-lafayette-drouot.com

Publié dans Plein air, Un peu plus loin...

Première virée en camping-car… dans le Calvados!

Depuis le temps qu’on en parlait, ça y est, on s’est jetés à l’eau et pour ce week-end de l’Ascension nous avons réservé un camping-car !  Direction la Normandie pour ses plages du Débarquement et son beau-et bon- patrimoine. Ce séjour a été fait en période de crise sanitaire. Alors comme les restaurants étaient fermés, le camping-car s’est avéré très utile !

Avant le voyage : la réservation du camping-car : yescapa

C’est sur l’application Yescapa que nous avons trouvé notre bonheur. C’est une plate-forme qui met en relation avec des particuliers. Nous avons réservé le véhicule pour une durée de 3 nuits/ 4 jours pour un montant total de 856 €. C’est pas donné mais les prix sur des sites plus conventionnels (ex Avis) étaient encore plus élevés.

Pour la résa, rien de plus facile :

  • On choisit son modèle sur le site yescapa, ses dates, ses options. Par exemples : assurance supplémentaire, plus de 800 km ….
  • On paye (dans les 48h) sur le site yescapa
  • On rentre en contact avec le propriétaire pour un premier briefing au téléphone.
  • Le jour J :  on fait l’état des lieux du véhicule avec le propriétaire, un dernier check-up (dans notre cas, le propriétaire nous avait envoyé plein de vidéos explicatives bien pratiques), on signe le contrat de location, on lui remet un chèque de caution et … c’est parti pour l’aventure !

Le modèle : Pour cette première, on a vu grand : un camping-car Fiat, modèle Rimor Seal 50, un beau bébé de plus de 7 m de long, 3 m de haut, et plus de 3000 kg ! 

Nous avons apprécié son système de couchage : 4 lits superposés et un lit double en hauteur, dans la capucine. Les lits superposés étaient très pratiques : pas besoin de faire et défaire les lits tous les jours et ils pouvaient servir de « cabane » quand les enfants voulaient lire tranquillement. Bref, 6 couchages pour 4 personnes, c’était le luxe !

Le choix des aires de stationnement et de parking : l’appli park4night :

Cette appli nous a sauvé la vie. Gratuite ou payante selon les options choisies. Pour notre part, nous avions opté pour un abonnement d’un mois au prix de 2 euros. Elle nous a permis de bénéficier des numéros de téléphone des hébergeurs, bien pratique quand on est à ½ heure du couvre-feu !

Cette appli recense : les parkings, les campings, les aires de stationnements où l’on peut faire le plein d’eau et vidanger, les fermes…

Pour se garer dans les villes, nous n’avons pas eu de difficulté et même trouvé des parkings gratuits (ce qui est peut-être moins évident en plein été).

Pour la nuit, nous avons opté pour des aires de stationnement payantes avec trois variantes :

  • Pour notre première nuit, nous avons dormi au camping Oasis de Lion sur Mer :

30 euros pour le camping-car et nous 4 (2 adultes et 2 enfants de 8 et 11 ans). Un peu cher au vu de nos besoins. Pour nous, pas besoin d’utiliser les douches, sanitaires, cuisine. Il nous était seulement nécessaire d’accéder à une zone pour vider les eaux usées, WC ainsi que refaire le plein d’eau. Mais l’aire de stationnement repérée avant étant pleine et le couvre-feu à 19h00 se rapprochant, cela nous a rassuré de choisir cette option. Le camping était calme, et offrait surtout une vue imprenable sur la mer au pied d’une promenade piétonne longeant le littoral. Commerces à proximité

Vue depuis la promenade piétonne le long du camping Oasis

Coordonnées : rue Anatole France, 14780   Lion-sur-Mer   Tel : 02-31-97-21-36

  • Pour notre deuxième nuit, nous avons dormi chez un agriculteur à Colleville à la Ferme du clos Tassin :

Prix imbattable : 7 € par jour avec possibilité de faire le plein d’eau mais pas d’électricité ni de possibilité de vider ses eaux usées. Il y a néanmoins une station à essence non loin pour faire cela. Une nuit bucolique en plein champ et des propriétaires adorables qui proposent plein de bonnes choses à manger ! Nous étions ravis de déguster notre jambon à la sauce au cidre et nos frites en cette période de restaurants fermés !

Possibilité de commander pour le petit déjeuner du pain et des viennoiseries… très agréable au réveil !

Magasin proposant des spécialités régionales (ex : cidre, bière, gâteaux etc..).

Coordonnées : Ferme du Clos Tassin, 498 route d’Omaha Beach, 14710 Colleville-sur-mer. Tel : 06-88-48-82-27 

  • 3e nuit : Cinéma 360 degrés à Arromanches :

Moins intimiste car l’aire peut contenir jusqu’à 50 camping-cars mais la vue est incroyable !! il faut venir pas trop tard en période de vacances pour être sûr d’être au 1er plan !  10 euros la nuit avec le plein d’eau possible en sus mais pas d’électricité sur place. A 10 minutes à pied du centre-ville d’Arromanches et de la plage !

Vue depuis l’aire du cinéma 360°

Prix du stationnement : 10 € par nuit. Vidange WC gratuite, eau à 2 €.

Attention, le prix est forfaitaire : si vous ne vous garez que 2 heures pour assister seulement à la séance du cinéma, il vous en coutera quand même 10 €. Vue superbe mais peut-être à éviter par nuit de fort vent.

Adresse : 13 D514, 14117 Arromanches-les-Bains

Le circuit :

Plus d’infos dans notre article « une virée dans le Calvados »

JOUR 1 : La route fut parsemée d’embouteillages mais notre récompense nous attendait en fin de journée à la plage de Ouistreham. Nuit à Lion/mer (camping Oasis).

JOUR 2 : Visite de la ferme de la Sapinière avec dégustation de cidre et de jus de pomme pour les enfants. Le parking est assez grand, nous avons pu nous y garer facilement en arrivant en avance.

  • Musée Overlord : des tanks, des pont etc..
  • Cimetière américain de Colleville. Nuit à Colleville (chez l’agriculteur).

JOUR 3 :

  • Pointe du Hoc
  • Port-en-Bessin
  • Arromanches

L’avis des filles :

  • Chloé : « C’était un voyage très réussi car on pouvait vraiment s’installer tout en changeant de paysage tous les jours. En plus, on pouvait improviser nos sorties. »
  • Margaux : « C’était très original. On était tout le temps en famille. J’ai trouvé que dès le premier jour, on s’est approprié les lieux, on se sentait comme chez soi mais en même temps, on pouvait aller où on voulait ».
POURCONTRE
– « maison qui roule »
– Pratique en cas de pluie (« refuge »)
– Ambiance cosy
– La faible réserve d’eau
– vidanger les eaux usées
– Pas toujours facile de trouver des haltes le soir
– la conduite: attention aux rues étroites et aux ponts!
Publié dans Plein air, Un peu plus loin...

Virée dans le Calvados

Pour replonger dans l’histoire du Débarquement de la 2e Guerre mondiale et pour savourer la gastronomie normande…

Ce court séjour a été effectué en mai 2021, au cœur de la crise sanitaire liée au covid. Les musées et restaurants étant fermés à cette période, notre circuit est donc très centré sur les extérieurs mais vous verrez qu’il y a déjà beaucoup à faire !

Zoom histoire : En quoi consiste l’opération Overlord ?

Depuis plusieurs mois déjà, on entendait sur les ondes des messages mystérieux adressés aux résistants. Le soir du 5 juin 1944, « Les sanglot longs des violons de l’automne blessent mon cœur d’une langueur monotone » indique aux résistants français que les opérations du débarquement sont déclenchées et que le Jour J a commencé ! Dès 22h, des parachutistes anglais sautent au nord-est de Caen. Peu après minuit, des Américains prennent pied dans le Cotentin autour de Ste Mère-Eglise. Puis la côte est bombardée toute la fin de la nuit. Enfin, à 5h30, les navires de guerre alliés entrent en action, pilonnent les défenses côtières. A 6h30, des Américains s’élancent à Ste-Marie-du-Mont (secteur d’Utah Beach) ou escaladent les falaises de la pointe du Hoc (Omaha), entre Lion-sur-Mer et l’embouchure de l’Orne (Sword) et des Canadiens débarquent à St-Aubin (Juno).

Le circuit :

JOUR 1 : OUISTREHAM

Le 6 juin 1944, c’est sur la plage de Ouistreham qui débarqua la seule troupe française ayant participé au débarquement.

La Promenade de la paix a été aménagée pour accueillir la cérémonie du 70e anniversaire du Débarquement en 2014 qui avait réuni 25 chefs d’Etat et 900 vétérans.

Loisirs sur la plage/ à proximité :

  • Faire du cheval sur la plage avec le centre équestre de Ouistreham :

Sur réservation au 02-31-96-69-51     37 euros/heure, 25 euros/demi-heure

Infos sur https://www.centreequestre-ouistreham.com

  • Structures gonflables, trampoline (en été)
  • Faire du char à voile : esplanade Lofi, 14150 Ouistreham. Tel : 02-31-97-19-90 https://www.ocean-normandie.com

JOUR 2 :

Visite de la ferme de la Sapinière

A la découverte de la fabrication du cidre avec dégustation de cidre, de calva et de jus de pomme pour les enfants!

Cette ferme existe depuis 7 générations et fait 25 hectares. La fabrication du cidre n’existe que depuis la dernière génération, et le bio depuis cette année (c’est tout nouveau !). En France, il existe 1000 sortes de pommes dont 32 à la ferme de la Sapinière. Celles qui y sont cultivées sont différentes des pommes de table. La récolte se fait de mi-octobre à fin décembre. On peut secouer l’arbre pour que les pommes tombent puis une machine les ramasse au sol. Cela peut représenter 20 tonnes par jour !

La fabrication : on mélange différentes sortes de pommes pour rééquilibrer le goût puis on les lave. Le tri se fait à la main : on garde les pommes entières et non pourries. Les pommes sont ensuite râpées et passent au pressoir. 15 tonnes par jour produisent 10 000 litres ! 

La mise en bouteille : pour le jus de pomme, on filtre et on pasteurise. Pour le cidre, il faut attendre: après 6 mois en cuve et 4 en bouteille, les bulles apparaissent ! Ainsi, le cidre qu’on achète a environ 1 an. On peut le déguster pendant 2 à 3 ans.  On vous conseille de le stocker debout pour éviter l’explosion à l’ouverture ! La ferme vend l’essentiel de sa production en France mais exporte aussi à l’étranger (Belgique, Allemagne et Mexique). Ce sont 6000 bouteilles par an qui sont produites !

L’avis de Chloé :

« J’ai particulièrement aimé la visite de la ferme parce que c’était original. A chaque fois qu’on boit du jus de pommes, on ne sait pas forcément d’où il vient. La dégustation m’a permis de découvrir d’autres sortes de jus (ex pomme/poire) ».

Infos pratiques :

Du 1er avril au 15 novembre : Du Lundi au Samedi 10:45 & 15:30 visite en français Du 16 Novembre au 31 Mars : Visite Guidée sur RDV
Durée de la visite et de la dégustation: environ 1heure
Tarifs : Adultes : 3,50 € – Enfants 12 à 17 ans : 2 € – Gratuit pour les moins de 12 ans – 3 €/personne pour les groupes (à partir de 15 personnes) – 2,50 €/personne (scolaires)

Accès :

La Ferme de la Sapinière, Route de Port en Bessin 14710 Saint Laurent sur Mer Tél : 02 31 22 40
contact@fermedelasapiniere.com Coordonnées GPS : N 49°21’23 » W 0°52’33 »

  • OVERLORD MUSEUM:

Nous n’avons pas pu rentrer dedans car le musée était fermé à cause du covid. Mais rien que le parking mérite le détour. En plus, c’est un endroit très pratique où se garer les jours d’affluence pour accéder ensuite au cimetière américain (sinon la queue risque d’être longue…).

A l’intérieur : La collection regroupe des avions, des bombes volantes, des blindés, véhicules et canons, des centaines d’objets, des affiches et documents témoins des combats.

Infos pratiques :

Ouverture: Février – Mars – Octobre – Novembre – Décembre : 10h à 17h30

Avril – Mai – Septembre : 10h à 18h30

Juin – Juillet – Août : 09h30 à 19h

Tarif Plein : 8,60€ (Adulte à partir de 18 ans)
Tarif Réduit : 6,50€ (Enfants de 10 à 17 ans – Etudiants – Personnes Handicapées – Militaires – Chômeur)
Gratuité : Enfants de moins de 10 ans

Accès/contact:

OVERLORD MUSEUM-OMAHA BEACH Rond-point d’accès du Cimetière Américain
Lotissement Omaha Center F-14710 Colleville sur Mer Téléphone : 0033(0)2.31.22.00.55

Tank Sherman TRV. Date 1943, poids : 23 tonnes, 4 hommes à bord, vitesse max sur route : 42 km/h. Conçu pour récupérer les chars endommagés ou en panne sur le champ de bataille.
Pont allié du Génie : le pont Bailey a été amené dans les bagages des alliés comme pont provisoire pour franchir les cours d’eau et remplacer les ponts détruits. Il se monte avec 40 hommes en 6h. Les alliés en utiliseront plus de 1000 en Normandie qui verront passer les 10 millions de tonnes de matériel logistique.

  • CIMETIERE AMERICAIN (COLLEVILLE)

Près de 10 000 croix de marbre de Carrare s’alignent sur une immense pelouse dans un  silence impressionnant , sûrement l’un des lieux les plus émouvants des plages du Débarquement. Le lieu est superbe, très bien entretenu avec une vue magnifique sur la mer.

Infos pratiques :

Normandy American Cemetery, Omaha Beach, 14710  COLLEVILLE-SUR-MER Tél. : 02 31 51 62 00

 Entrée gratuite, de 9h00 à 18h00. Fermé le 25 décembre et le 1er janvier

JOUR 3 :

  • POINTE DU HOC

Durant l’année 1944, les forces allemandes possèdent une garnison de défense impressionnante sur la côte française. Leurs canons installés à la pointe du Hoc inquiètent les Alliés car ils pourraient mettre en péril les débarquements prévus sur Utah Beach et Omaha Beach. La mission pour les 2e et 5e bataillons de Rangers américains : escalader les falaises de 30 m de haut et neutraliser les positions allemandes. Malgré la résistance des Allemands, les Rangers arrivent à détruire les canons allemands au prix de lourdes pertes : 135 Rangers sur 225 ont été mis hors de combat. C’est très poignant de parcourir ce site resté tel quel, avec ses énormes trous témoignant de la force incroyable des obus.

En 1979, le terrain fut concédé à perpétuité par le gouvernement français à l’American Battle Monuments Commission qui depuis s’occupe de son entretien.

Cette visite est à ne pas rater : aussi bien pour le site qui surplombe la mer et qi est superbe que pour la mémoire des lieux et les vestiges militaires ! Des panneaux explicatifs ainsi qu’un film historique (visible au centre des visiteurs) complètent la visite.

L’avis de Chloé :

« C’était impressionnant de voir des trous aussi grands provoqués par des bombes. En plus, c’est l’histoire de notre pays donc c’est vraiment culturel. Le paysage était super beau, avec la falaise qui tombe dans la mer ! ».

Infos pratiques : Entrée gratuite. Site accessible 24h/24h, 7j/7j. 14450 Cricqueville-en-Bessin

Tél. : 02 31 51 62 00  Application « Pointe du Hoc » disponible gratuitement

  • PORT-EN-BESSIN:

Les peintres Seurat et Signac précurseurs du mouvement pointilliste. Ils ont séjourné à Port-en -Bessin dans les années 1880, ont posé leur chevalet près de la tour Vauban ou sur la falaise.

Aujourd’hui, ce port est connu pour être le 8e port de pêche français ! Chaque année, 8000 à 9000 tonnes de produits de la mer sont débarqués dont 3500 tonnes de coquilles saint-Jacques, ce qui explique qu’il y en ait tant sur la plage ! Elle est d’ailleurs fêtée chaque année au mois de novembre. Saviez-vous que la ville a aussi été un lieu de tournages de films ? Notamment la Marie du port en 1949 avec Jean Gabin, Un singe en Hiver en 1962 avec Jean-Paul Belmondo Le jour le plus long aussi en 1962 avec Sean Connery ou Les Vétérans en 1994 avec Jeanne Moreau ?

  • ARROMANCHES:

Il reste d’impressionnants vestiges du port artificiel construit pour permettre aux soldats alliés de débarquer tout leur matériel. En une huitaine de jours, c’est une rade de plus de 8 km de long qui fut ainsi construite. Une étape incontournable !

Pourquoi ne pas commencer en prenant de la hauteur ?  Direction « Arromanches 360° », un cinéma circulaire qui projette un film sur le débarquement (fermé lors de notre séjour). Accès : chemin du calvaire. Plein tarif : 7 e, tarif réduit : 6 e. Ouvert de 9h30 à 18h00.

Il faut au moins s’y rendre pour la vue, imprenable sur la mer, ses falaises et les vestiges du port artificiel ! De là-haut, on se rend bien compte de son étendue, surtout à marée basse ! Il y a aussi un immense parking, c’est là que nous avons dormi avec le camping-car cette nuit-là. De ce cinéma, on peut ensuite facilement descendre à pied vers le centre-ville par un chemin (environ 10 minutes de descente). On se laisse bien sûr tenter par une balade sur la plage pour inspecter de plus près les vestiges du port… C’est bien mystérieux tout cela… Et après ? Un petit goûter, une bonne glace ? Une promenade piétonne longe la mer et offre facilement de quoi être rassasié…

L’avis de MargauX

« Toutes les sorties étaient très intéressantes. La visite du cimetière américain était très émouvante. A Ouistreham, c’est bien que les monuments aux morts soient sur le lieu où ils ont perdu la vie. Un petit périple qui retrace bien l’histoire de la 2e guerre ! »

Publié dans Châteaux, musées, monuments, Plein air

Découvrir l’art brut à la Tour aux Figures de Dubuffet

Cette tour monumentale, atypique, est installée sur l’île Saint Germain fut commandée par l’Etat et achevée en 1988, 3 ans après la mort de Dubuffet. Le monument fut classé monument historique en 2008 et acquis par le département en 2015 qui le rénova.

Qui était Jean Dubuffet ?

Né en 1901 dans une famille de marchands de vins au Havre, Jean Dubuffet va vite se tourner vers les arts qu’il étudiera dans sa ville natale puis à Paris. Il va ensuite chercher sa voie, étudier les langues et voyager en Suisse et en Italie. Finalement, il travaillera dans l’entreprise familiale puis fondera la sienne à Bercy dans la vente de vin qu’il délaissera définitivement en 1942 pour ne se consacrer qu’à l’art. En s’inspirant de productions de malades mentaux ou de marginaux, il donne naissance à l’art « brut ».

Comment est née cette œuvre ? 

Lors d’un appel téléphonique en 1962, Jean Dubuffet griffonne sur un papier avec des stylos Bic et crée une « écriture faite de simples hachures bleues et rouges ». Il la baptise « Hourloupe » et y travaille d’abord sur du papier et de la toile.  Il décide en 1967 de passer à une œuvre en 3D grâce au polystyrène expansé. En 1968, il travaille avec des experts et l’architecte Antoine Butor à une version élaborée de la Tour aux figures, avec une maquette intérieure très détaillée, le Gastrovolve.

En 1983, le ministère de la culture propose une commande de l’Etat. La question de la localisation se pose alors. Le site de la Villette et de la place d’Italie sont envisagés mais trop proches des riverains, pas tous fans de l’art « brut ». Jean Dubuffet veut qu’elle soit installée dans un parc et sur une colline. C’est l’île Saint Germain à Issy-les- Moulineaux qui est finalement choisie.

A l’intérieur, l’avis des filles :

Margaux : « C’est une manière très intéressante de découvrir l’art de Jean Dubuffet, beaucoup mieux qu’un musée classique. J’ai trouvé que ça ressemblait un peu à un labyrinthe avec des passages. En plus, il y avait des effets d’optique ».

Chloé : « C’était une visite originale car on pouvait rentrer dans une œuvre d’art ! On comprenait un peu mieux comment c’était fabriqué en rentrant dedans. J’ai appris ce qu’était l’art « brut ». C’est marrant car la Tour fait des zig-zag, il y a des culs de sacs, des escaliers… Chacun peut s’imaginer ses propres dessins dans tous ces traits de couleurs ».

Quelques chiffres :

24 m de haut

12 m de large,

10 000 m2 de tissu de verre

10 tonnes de résine

25 tonnes d’armatures métalliques

350 m3 de béton

70 tonnes de plâtre projeté

Infos pratiques :

  • L’extérieur est en libre accès, aux horaires du parc. Des visites guidées et des visites-ateliers sont proposées sur réservation : tourauxfigures.hauts-de-seine.fr   Le départ des visites se fait depuis l’espace accueil de la Tour aux figure situé dans la halle du parc.
  • L’accès est interdit au moins de 6 ans (c’est assez scabreux à l’intérieur) et aux chaussures à talons (on peut néanmoins y marcher pieds nus). Il n’y a pas de rampe donc il faut avoir une bonne condition physique.
  • L’espace accueil complète la visite. Il comporte une exposition de photographies, de vidéos.
  • Tarifs : plein tarif : 8 euros, moins de 26 ans : 6 euros, Tarif Pass +/Pass malin : 6 euros
  • Accès : L’accueil se fait dans le parc de l’île Saint-Germain, au 170 quai de Stalingrad, 92130 Issy-les-Moulineaux
  • Venir à la Tour aux figures :

En transports en commun :

RER Ligne C, station Issy-val-de-Seine

Tramway : T2 station Jacque Henri Lartigue ou Issy Val-de-seine

Bus : 39-126- 189

En voiture :

Le parc de l’île Saint-Germain ne comporte pas de parking. Il existe néanmoins un parking payant à proximité (Indigo), Parking Ile Saint Germain (au 169 quai de la Bataille de Stalingrad). –

En complément :

Pour prolonger votre sortie, vous pouvez aussi faire les activités suivantes dans le parc : poney, manèges, théâtre de marionnettes, terrain de pétanque, jeux pour enfants, restauration légère.

Faire une promenade le long du chemin de halage, à l’entrée du parc (Accès quai de la bataille de Stalingrad).

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Sur les traces de l’empereur aux Invalides (75)

Vous n’avez pas pu passer à côté, 2021 est l’année Napoléon ! Il y a deux siècles, l’empereur décédait sur une île perdue au milieu de l’Océan Atlantique… Sainte Hélène.

Le lieu de notre visite  l’hôtel national des Invalides

Jusqu’au XVIIe siècle, rien n’avait été envisagé pour venir en aide aux vétérans âgés ou estropiés. En 1670, Louis XIV décréta la construction de l’hôtel royal des Invalides. Les premiers pensionnaires arrivent à partir de 1674. Ils seront bientôt 4000. Les infirmeries pouvaient recevoir 300 malades. Aujourd’hui, plusieurs musées et le ministère de la Défense se partagent les bâtiments et l’institution nationale des Invalides assure la continuité de l’œuvre de Louis XIV.

Qui était Napoléon ?

Difficile de résumer en si peu de lignes toute une carrière alors dressons une brève chronologie :

  • 1769 : Naissance à Ajaccio puis études militaires sur le continent à l’école de Brienne
  • 1796 : Combat en Italie contre les Autrichiens. Il remporte à Arcole sa première grande victoire !
  • 1798 : C’est la campagne d’Egypte. Il en profite pour emmener à bord environ 200 savants, scientifiques qui étudieront les plantes, animaux et monuments. C’est à cette occasion que la Pierre de Rosette fut découverte et que Champollion put traduire les hiéroglyphes.
  • 1799 : Bonaparte devient premier consul et réforme la France en profondeur (il crée de nouvelles lois, les lycées…).
  • 1804 : Napoléon est sacré empereur.
  • 1805 : Les Anglais déclarent la guerre à la France (qui échoue à la bataille navale de Trafalgar au sud de l’Espagne). Napoléon l’emporte plus à l’est, à Austerlitz.
  • 1808 : Napoléon impose son frère Joseph à tête de l’Espagne
  • 1812 : Début de la campagne de Russie marquée par les lourdes pertes humaines lors du passage de la Berezina
  • 1814 : Les Anglais obligent Napoléon à abdiquer et à s’exiler sur l’île d’Elbe (appartient aujourd’hui à l’Italie)
  • 1815 : Après s’être échappé de cette île, il reprend les armes mais est battu définitivement à Waterloo et exilé sur l’île de Sainte-Hélène dans l’Atlantique.

Le parcours de l’exposition « Napoléon n’est plus »

L’exposition est surtout centrée sur les derniers jours de Napoléon, sa mort et le retour de son corps à Paris. Tableaux, sculptures, reconstitution de la chambre du défunt, testament, objets lui ayant appartenu, maquettes… permettent de  nous plonger dans cet univers qui reste toujours autant médiatisé !

Pour les enfants, il existe un livret jeune public téléchargeable sur le site du musée (https://www.musee-armee.fr/fileadmin/user_upload/Documents/Support-Visite-Livrets-Jeux/lj-Napoleon-n-est-plus.pdf)

Le tombeau :

Vous l’avez forcément aperçu de loin, à travers une vitre de métro, au détour d’une rue… ce dôme doré, presque magique. Mais vous ne l’aviez peut-être jamais vu de plus près. Alors aujourd’hui, c’est le moment idéal pour découvrir ce -ou plutôt celui- qui est caché dessous ! Saviez-vous que ce bâtiment est resté le plus élevé de la capitale jusqu’à la construction de la Tour Eiffel ?

En 1676, le ministre de Louis XIV Louvois confie à l’architecte Jules Hardouin-Mansart (celui du château de Versailles) la construction de cette église. Le concept est de construire une église qui puisse accueillir le roi et ses soldats.

 C’est le roi Louis-Philippe qui décida du transfert de la dépouille de l’empereur en 1842. Il choisit l’architecte Visconti pour édifier le tombeau. Napoléon y repose depuis 1861. Le mausolée abrite aussi les sépultures de son fils, Napoléon II dit l’Aiglon, de ses frères Joseph et Jérôme Bonaparte (mais aussi du maréchal Foch !).

Le sarcophage de Napoléon s’inspire des sarcophages de l’Antiquité romaine. Long de près de 4 mètres sur 2, il est fabriqué dans un quartzite pourpre, couleur associée traditionnellement aux empereurs romains.

Pour le goûter :

Pourquoi ne pas prolonger cette sortie en goûtant au salon de thé Angelina ?

Il est ouvert tous les jours, d’avril à octobre, de 11h à 18h (jusqu’à 21h les mardis), en face de la librairie du musée.

L’avis des filles

Chloé: « Grâce à cette exposition , on pouvait découvrir la fin de la vie de Napoléon. Le tombeau m’a beaucoup impressionnée, j’ai trouvé qu’il était très joli ».

Margaux: « C’était très intéressant d’aborder la mort de Napoléon à travers des œuvres et des objets aussi variés. Le tombeau est immense, beaucoup plus grand que le corps de Napoléon! »

Infos pratiques :

Horaires :

Tous les jours de 10h à 18h. Du mercredi 19 mai 2021 au dimanche 31 octobre 2021

Tarifs :

Plein tarif : 14€ – Tarif réduit : 11€ – Pass education : 5 €, Gratuit pour les moins de 18 ans

Réservation fortement conseillée.

Conservez votre billet, il vous permettra d’obtenir une réduction pour l’exposition Napoléon à la Villette (du 14 avril au 19 septembre 2021).

Accès :

Hôtel national des Invalides, 29, rue de Grenelle (côté Esplanade des Invalides) 75007 Paris
Tél: +33 (0)1 44 42 38 77

Métro Ligne 8 (stations « La Tour Maubourg » ou « Invalides »), ligne 13 (station « Varenne »), RER C (station « Invalides » »). Parking de stationnement payant : 23 rue de Constantine.

Le coin lecture :

  • Napoléon, aux éditions Quelle Histoire, 5 €. Un petit livre qui propose un résumé de la carrière de Napoléon et se termine avec quelques pages de jeux.
  • 30 jeux autour de Napoléon, Editions de la Réunion des musées nationaux, 4,5 €. Mots croisés, quiz, labyrinthes… sur le thème de l’empereur
  • Monsieur N., d’après le film d’Antoine de Caunes avec les textes de Nelly Moriquand et les dessins de Fabien Lacaf. Une très belle BD sur les dernières années de Napoléon sur l’île de Sainte Hélène. Aux éditions Glénat
  • Au temps de Napoléon, collection « La vie privée des Hommes », éditions Hachette. Un classique ! Pierre Miquel nous décrit la vie des soldats, des architectes, des lycéens, des artisans, des ouvriers… et bien d’autres au début du XIXe siècle.

Sur le même thème :

On peut se rendre au château de la Malmaison : lisez notre article « Passer voir Joséphine à la Malmaison »  https://sortiespourenfantsiledefrance.fr/?s=malmaison

Publié dans Plein air

Se promener dans le jardin du philanthrope Albert Kahn (Boulogne,92)

Un peu d’histoire

Albert Kahn est né en 1860 dans le Bas-Rhin. Ce banquier s’installe à Boulogne en 1892 et achète petit à petit des parcelles de terres autour de sa maison pour agrandir son jardin. En 1898, il fonde sa propre banque. Le krach boursier de 1929 provoque sa faillite. En 1936 le département de la Seine devient propriétaire du jardin. Albert Kahn décède en 1940.  

Le jardin est composé de 9 scènes paysagères composé de végétaux provenant des quatre coins du monde… en accord avec la pensée universaliste d’Albert Kahn.

La visite 

Dès le début de la visite, on se sent très loin d’ici, en Extrême-Orient ! On commence par le village japonais créé par Albert Kahn après un voyage au Japon à la fin du XIXè siècle. Des artistes de ce pays sont venus spécialement le dessiner et le planter. On peut même y voir des maisons de thé transportées depuis le Japon. Dépaysement garanti !

La promenade se prolonge ensuite dans le même pays mais version contemporaine. Celui-ci a été dessiné récemment en 1988-1989. Les zones d’eau symbolisent la mer, l’herbe les îles japonaises et les monticules les montagnes. Coup de cœur pour le pont sur lequel on ne manquera pas de faire une photo souvenir ! Il y a comme un petit air de Giverny, le jardin de Monet, qui flotte ici …

Retour en France dans les allées suivantes ! Place au verger-roseraie. Du vivant d’Albert Kahn, les arbres fruitiers étaient totalement illuminés le soir pour le plus grand bonheur de ses invités ! En avril, les arbres fruitiers sont en fleurs mais si vous organisez votre visite en juin ce sont les roses qui couvriront les tonnelles. Juste à côté, une incroyable serre ornementale domine le jardin français. Sublime et romantique !

Derrière elle, on se plonge dans un univers radicalement différent : la forêt, notamment celle des Vosges, la terre natale d’Albert Kahn. Il a fallu 50 ouvriers et 6 mois de travail pour la planter ! Un train a acheminé spécialement les 250 arbres et les roches de granit !

L’avis des filles

Chloé : « J’ai beaucoup apprécié cette promenade car il y avait beaucoup de végétation, c’était très poétique. En plus, ça nous faisait un peu découvrir le monde. J’ai préféré le village japonais et ses fleurs. Comme les plantes étaient très variées, cela rendait la balade pas du tout ennuyante !  L’eau qui coulait entre les rochers rendait la visite très apaisante ».

Margaux : « Ce n’était pas un parc come les autres. A chaque fois que l’on quittait un univers, on avait l’impression de rentrer dans un autre monde. On passait d’un village japonais à un verger et enfin à une forêt profonde. C’était surprenant à chaque fois ! ».

Infos  pratiques 

  • Horaires :

Le jardin est ouvert du mardi au dimanche :

  • De 11h à 18h d’octobre à mars
  • De 11h à 19h d’avril à septembre

Tarifs:

L’accès au jardin se fait sans réservation en semaine.

L’achat du billet s’effectue sur place.

Tarif plein : 4 euros / Tarif réduit : 3 euros

La réservation est obligatoire le week-end. 

  • Adresse :

Musée départemental Albert-Kahn, 1 rue des Abondances, 92100 Boulogne-Billancourt

Que faire autour ?

  • Parc nautique de l’île Monsieur, 92310 Sèvres. Tel: 01-46-29-00-00
  • Se balader dans le bois de Boulogne
  • Musée de la céramique de Sèvres

Publié dans Plein air

Faire de l’accrobranche au domaine de Montéclin (Bièvres, 91)

Le domaine de Montéclin

Ce site très ancien était déjà fréquenté par les hommes du Paléolithique qui y exploitaient le grès pour la fabrication de leurs outils. Pendant une grande partie du Moyen-âge et jusqu’au XVIIe siècle, la seigneurie est occupée par des moines de l’Abbaye de Saint-Germain -des-Prés. Les bois alentours étaient appréciés pour la chasse et faisaient partie du domaine forestier de Versailles. Ensuite elle fut occupée par le chirurgien de Louis XIV et de Louis XV mais ensuite confisquée par les révolutionnaires. Le château est bombardé et partiellement détruit lors de la 2e Guerre Mondiale. Aujourd’hui, le domaine est la propriété du SIAB (Syndicat Intercommunal de l’Amont de la Bièvre).

En quoi consiste Ecopark aventures ?

C’est faire de l’accrobranche au sein d’une forêt remarquable de 3 hectares qui comporte des chênes centenaires !

Il y a 9 parcours d’accrobranches, plus de 100 ateliers de 1 à 20 mètres de haut, 1800 m de parcours. On peut commencer à partir de 5 ans ! Le niveau est progressif, du plus simple au plus difficile. On commence par un petit circuit test avec des moniteurs pour vérifier que les consignes soient bien comprises. On enfile son baudrier et c’est parti ! Au programme : tyroliennes (le parcours n°4 en propose d’ailleurs beaucoup), des ponts de singe, des murs de filet et même du vélo à plusieurs mètres de haut ! Chaque parcours dure environ 30minutes. Le personnel est attentif et prévenant et ne manquera pas de voler à votre secours au moindre souci !

Des tables de pique-nique sont disponibles sur place.

L’avis des filles :

  • Margaux : « Les ateliers étaient très divers. Ça passait des rondins de bois qui bougent à de gros ballons par exemple. Les tyroliennes étaient vraiment très longues. C’était adapté à tous les niveaux ; On voit vraiment la différence entre chaque parcours. ».
  • Chloé : « C’était ni trop facile ni trop difficile. Les difficultés montent petit à petit d’un parcours à l’autre. Les parents ne sont pas obligés de venir avec nous, ils peuvent nous voir très bien du bas. Au début le système de sécurité pour s’accrocher n’était pas facile à appliquer mais après un ou deux ateliers c’est devenu beaucoup plus facile et cela ne m’a plus posé problème ! »

Infos pratiques :

Tarifs :

  • Adolescents (+ de 13 ans) et adultes : 24 euros
  • Juniors (8 à 12 ans) : 20 euros
  • Enfants (5 à 7 ans) : 16 euros

Horaires :

Ouvert de mi-mars à mi-novembre tous les jours pendant les vacances scolaires de la zone C ainsi que tous les mercredis, week-ends et jours fériés hors période scolaire.

  • Hors vacances d’été : à partir de 13h
  • Vacances d’été : 10h30-19h (accueil interrompu entre 11h45 et 13h).

En cas de crise sanitaire : activité limitée à 3h00 et fermeture à 18h30

Réservation OBLIGATOIRE sur internet sur le site www.ecopark-adventures.com

Tenue de sport recommandée. Chaussures fermées obligatoires

Possibilité de fêter son anniversaire : 6 à 10 grimpeurs. 16 euros pour des enfants de 5 à 7 ans. 20 euros pour les 8-12 ans.

Accès :

Domaine de Montéclin  53, Route de Versailles 91570 Bièvres       07.67.64.31.92  

Contact : monteclin@ecopark-adventures.com

De Paris, prendre la N118 au Pont de Sèvres, Direction Bordeaux / Chartres / Orléans.
Sortie 4.1 Direction ZA Villacoublay. Serrer à gauche et au rond-point, direction Bièvres. Au
stop, prendre à droite en longeant l’aérodrome. Le parc se trouve à côté du Poney Club.

Que faire d’autre sur place ?

  • Tester l’ecopark games : au croisement entre du jeu de piste numérique et de l’escape game. C’est un nouveau jeu interactif pour partir à la découverte de la forêt. Grâce à une tablette tactile, on part dans la forêt explorer les Mondes perdus.  Prix unique : 16 euros par personne (à partir de 7 ans). Durée : 1h30 environ.
  • Poney-Club de Brimborion. Il y a un manège, deux carrières, un spring garden, et surtout des dizaines d’hectares de forêts propices aux immenses balades.

Publié dans Plein air

Se promener le long de la Coulée verte du sud parisien (92 et 91)

Cette promenade de 12 km est aussi nommée Promenade départementale des Vallons de la Bièvre. Elle s’étend de la Porte de Brancion à Massy (91). Ce sentier traverse les communes de Malakoff, Châtillon, Bagneux, Fontenay-aux-Roses, Châtenay-Malabry, Antony et longe le parc de Sceaux pour se terminer à proximité de la gare de Massy-Verrières.  Une façon de relier la banlieue à Paris en évitant les voiture de bout en bout ! Place aux vélos, trottinettes et aux marcheurs !

Des paysages variés

Si vous débutez la Coulée verte par le nord (côté parisien), les paysage sont encore assez urbanisés mais plus on va vers le sud plus le parcours s’élargit et laisse place à la végétation.

À Fontenay-aux-Roses, de nombreux équipements sportifs sont disponibles. Pourquoi ne pas en profiter par passer par la roseraie située non loin de là ? Elle se situe dans le verger conservatoire du square des anciens combattants au 22 avenue Lombart. Le relief devient ensuite plus prononcé, il nécessitera d’appuyer un peu plus sur les pédales si vous venez de Massy et sinon à vous les belles descentes (gare à la remontée !).

Un peu plus loin, vous ne manquerez pas la vue exceptionnelle sur le parc de Sceaux qui mérite un détour à lui tout seul (plus d’infos en lisant l’article https://sortiespourenfantsiledefrance.fr/2019/07/21/le-domaine-de-sceaux/) !

En continuant vers le sud, vous traverserez quelques tunnels (dans lesquels passent les TGV qui se rendent à la gare Montparnasse). Ce sera l’occasion d’admirer quelques belles œuvres de street art.

Vous arrivez ensuite à proximité du parc des alisiers sur la commune d’Antony (92). Ce parc de 4 ha aménagé en 2013 est séparé en deux par la Coulée verte et relié par la rue des crocheteurs. Son nom vient d’un arbre de la famille des Rosacées (comme les roses et les pommiers) qui donne de petits fruits rouges comestibles qui permettent la fabrication de confitures. Son bois fut longtemps utilisé dans l’ébénisterie et la lutherie.

Le parc a une vocation écologique et de préservation de la biodiversité à travers des milieux humides. La zone est en effet alimentée par un ruisseau. On y pratique la fauche tardive pour accueillir papillons et autres insectes butineurs, des criquets et certains oiseaux.  Quelques ruches y sont aussi installées, protégées par un grillage. Cela peut paraitre surprenant d’installer des ruches en villes pourtant, les abeilles s’y maintiennent assez bien car il y a moins de pesticides qu’à la campagne.

Place de Lexington

Toujours à Antony, vous serez peut-être étonnés par la présence de cet obélisque. C’est que vous êtes arrivés place de Lexington, au croisement de la coulée verte et de l’avenue du Bois de Verrières. Cela mérite un point d’histoire. Lexington est une ville américaine de la banlieue de Boston, jumelée à Antony depuis une trentaine d’années. C’est aux alentours de cette ville américaine qu’a débuté la guerre d’indépendance. Le 17 avril 1775 a lieu la bataille de Lexington qui opposa des soldats anglais et des colons américains. En 1989 la place de l’obélisque devient place de Lexington. En 2013, un parc de 4 ha est inauguré à Lexington nommé « Antony Park ».

Les activités 

  • Jeux pour enfants (notamment les toboggans géants du parc des alisiers)
  • Basket (à Chatenay-Malabry)
  • Ping-pong (Chatenay-Malabry) 
  • Pétanque (à proximité du parc des alisiers d’Antony)
  • Appareils de remise en forme (parc des alisiers) 
  • Skate park (rue Marius Hue, à Verrières-le-Buisson)

L’avis des filles 

Margaux : « Une belle promenade car en plus d’admirer le paysage, on peut également se divertir grâce aux différents jeux qui sont proposés tout au long de la promenade ».

Chloé : « J’aime bien la Coulée verte car les jeux sont amusants, surtout l’immense toboggan du parc des alisiers ! ».

Que faire à proximité ?

Au parc de Sceaux

Infos pratiques 

Si vous venez en train, vous pouvez descendre aux stations suivantes :

  • Station Châtillon-Montrouge du métro ligne 13
  • Station Fontenay-aux-Roses du RER B
  • Station Massy-Verrières du RER B