Publié dans Châteaux, musées, monuments

S’essayer au modelage au musée Bourdelle (75)

Qui était Antoine Bourdelle ?

Antoine Bourdelle

Ce futur sculpteur est né à Montauban en 1861. C’est auprès de son père menuisier qu’il apprend la sculpture sur bois. Il poursuit ensuite son parcours artistique en intégrant l’Ecole des Beaux Arts de Toulouse puis de Paris en 1884. C’est en 1885 qu’il installe son atelier impasse du Maine, où se trouve le musée actuel. En 1893, il est engagé par Rodin ce qui lui permet d’améliorer sa pratique et de mieux gagner sa vie en tant que praticien.

Il prend son envol à partir de la fin du XIXème siècle grâce à diverses commandes, notamment la façade du musée Grévin et des monuments aux morts. En 1900, il participe même à l’Exposition Universelle de Paris.

En 1910, c’est son œuvre Héraklès archer, qui le propulse au sommet. Elle sera reproduite de nombreuses fois, jusque dans les cahiers des écoliers ! Cela lui vaut d’être décoré de la Légion d’honneur.

Héraklès archer

En parallèle, il enseigne à Académie de la Grande chaumière et y forme de élèves qui deviendront célèbres comme Giacometti ou Maillol.

Dans les années 1920, il poursuit sa carrière en créant de grandes commandes officielles comme La France en 1925 ou le monument au général Alvéar pour Buenos Aires en 1926 !

Monument au général Alvéar

Antoine Bourdelle meurt en 1929 au Vésinet.

1949 : l’atelier de Bourdelle devient un musée et ouvre ses portes au public.

La visite :

Méconnu, ce petit musée mérite le détour ! Le parcours, entre jardin, maison personnelle, musée, atelier (fermé pour rénovation lors de notre visite) est très agréable. Il permet de découvrir toutes les facettes de cet artiste : ses sculptures bien sûr, mais aussi ses dessins, ses peintures et ses photographies.

Voici quelques œuvres « phares » que vous pourrez observer :

La première victoire d’Hannibal (1885 dans le jardin) : inspirée de l’œuvre de Flaubert qui narre dans Salammbô l’exploit du jeune carthaginois étouffant un aigle.

La première victoire d’Hannibal

La Vierge et l’Offrande (1919) : elle fut commandée par un industriel alsacien. Bourdelle prit pour modèle sa seconde épouse, Cléopâtre (une jeune élève grecque) et leur fille, Rhodia.

Héraklès archer : La scène évoque le moment où le demi-dieu extermine les oiseaux du lac Stymphale. Le dessin simplifié et strict de la tête prouve l’évolution du style de Bourdelle, moins académique. Une copie se trouve sur une place de Toulouse.

La France (1925) : cette œuvre est aussi visible sur le parvis du Musée d’art moderne de Paris.

Les activités :

  • L’atelier modelage. Après une visite contée, l’expérience se poursuit par un atelier modelage en argile sur le thème de la visite. Les enfants seront ravis de repartir chez eux avec ce petit souvenir fait de leurs propres mains ! Durée : 1h30. A partir de 4 ans. Tarifs : 7 € (plein tarif), 5 € (tarif réduit).
  • Visite contée (ex sur le thème de la mythologie). Durée : 1h30, à partir de 6 ans. Tarifs : 7 € (plein tarif), 5 € (tarif réduit).

Infos pratiques :

  • Adresse : Musée Bourdelle :  18, rue Antoine Bourdelle, Paris 15è. Tél : 01 49 54 73 73
  • Accès : Lignes 4, 6, 12, 13 : Montparnasse – Bienvenüe (sortie 2 – Place Bienvenüe)
    Ligne 12 : Falguière
  • Ouverture : Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h – dernière entrée 17h40. Fermé le lundi et certains jours fériés. En 2022, le musée sera fermé le 1er mai et le 25 décembre. Fermé le lundi.
  • Tarifs :
  • Collection permanente : gratuit
  • Activités culturelles :

Tarifs des visites-conférences, visites-découvertes, visites-animations, conférences et contes :Plein tarif : 7 €, Tarif réduit : 5 €

Tarifs des ateliers, parcours, visites-promenades, conférences et contes hors les murs : 
Plein tarif : 10 €, Tarif réduit : 8 €.

Que faire autour ?

  • Monter tout en haut de la Tour Montparnasse (cf notre article : « Paris vu du ciel… à l’Observatoire de la Tour Montparnasse »)
  • Se faire une toile dans l’un des nombreux cinémas du quartier
  • Musée de la Poste : 34 bd de Vaugirard, 75015 Paris.
  • Musée de la Libération de Paris/ Musée du général Leclerc/ Musée Jean Moulin : 4 Av. du Colonel Henri Rol-Tanguy, 75014 Paris
  • Se recueillir sur tombe de Bourdelle au cimetière du Montparnasse

Publié dans Autres, le shopping des kids

Pour le plaisir des papilles à l’Atelier des gâteaux, Paris (75)

Le concept :

Si vous ne savez pas cuisiner de délicieux biscuits, testez « L’Atelier des gâteaux » ! Ici, vous apprendrez à confectionner de succulentes pâtisseries, tout en apprenant des techniques infaillibles.                                                                  

Dès que vous arrivez, vous serez immédiatement plongé dans le thème des gâteaux, grâce à la petite boutique où vous pourrez acheter tout votre matériel de cuisine. Puis, vous pourrez profiter de l’atelier pour apprendre à cuisiner des macarons, des cupcakes, des layer cakes, des cakes design… au choix.

Pendant l’atelier, vous effectuerez la recette en binôme en suivant différentes étapes (fabrication de la base, glaçage, décoration…) et vous repartirez avec la recette et votre préparation dans une boîte à gâteau.

Les ateliers sont possibles à partir de 8 ans (avec un adulte accompagnateur) ou seul à partir de 12 ans.

Infos pratiques :

  • Accès :23-24 rue de l’Abbé Grégoire, 75006 Paris. Tel : 01-42-84-19-05. Mardi, mercredi, jeudi et samedi de 11h30 à 18h30 et vendredi et dimanche de 14h00 à 18h30. Fermé le lundi. Transport : métro saint Placide (ligne 4) ou Sèvres Babylone (lignes 10 ou 12).

  • Tarifs : 45 euros pour les moins de 16 ans.  50 euros pour les ateliers de 2h30 (ex : licorne, pâte à sucre, gravity cake notamment).
  • En complément, sur place : vente de gâteaux (à commander pour les plus gros), accessoires de pâtisserie.

Que faire autour?

  • Se promener au jardin du Luxembourg
  • Visiter le Sénat
Le Sénat au Jardin du Luxembourg

Publié dans Châteaux, musées, monuments

En tête à tête avec Oberkampf au musée de la toile de Jouy (78)

La visite du musée :

Ce musée rend hommage à Christophe-Philippe Oberkampf (1732-1815), un des plus grands entrepreneurs de la fin du XVIIIe siècle. Le musée fut installé en 1991 au château de l’Eglantine. La visite invite à découvrir l’histoire de la manufacture, les techniques d’impression de la toile et de belles expositions temporaires. Le parcours a été totalement modifié depuis juin 2020 alors si vous connaissez déjà, retournez-y cela sera une redécouverte intéressante !

Les origines de cette toile :

Le début du parcours commence par un voyage en Inde, le pays des cotonnades. Là-bas, ces étoffes avaient même plus de valeur que l’or et les épices ! A partir du XVIIe siècle, l’engouement pour ces étoffes appelées « indiennes » est fulgurant. Ceci va même déclencher une vraie querelle entre les anciennes manufactures de laine et de soie concurrencées par les nouvelles de coton qui furent interdites en France en 1686. Même en porter était devenu illégal ! Mais l’attrait pour les indiennes demeura, quitte à se fournir auprès des manufactures étrangères -en Angleterre, en Suisse ou en Allemagne- ou via des entrepôts clandestins.

Les techniques :

Pour colorer les tissus on utilisait des plantes tinctoriales comme la garance, le pastel ou encore l’indigo. Les personnages, souvent incrustés dans un paysage idyllique ou champêtre, sont un des thèmes les plus emblématiques de la toile de Jouy mais ce type de motif n’a pas été inventé par Oberkampf qui n’a fait que l’emprunter aux Anglais !

La manufacture de Jouy :  

Christophe-Philippe Oberkampf, héritier d’une famille de teinturiers germaniques décide d’implanter sa propre manufacture à Jouy-en-Josas pour la qualité de son eau et sa proximité avec la cour de Versailles. La manufacture de Jouy est active entre 1760 et 1843. Elle comptait 36 bâtiments sur 14 hectares. Dans les années fastes, elle employait jusqu’à 1300 ouvriers !

De nombreuses villes françaises ont baptisé une de leurs rues en l’honneur d’Oberkampf, sans oublier la station de métro de la ligne 9 à Paris ! Aujourd’hui encore, des stylistes exploitent toujours cet héritage dans l’habillement et l’ameublement.

Pour les enfants :

  • Ateliers pour enfants : Chaque 2e dimanche du mois le musée propose un atelier en rapport avec les techniques de la toile de Jouy ou avec une exposition temporaire. Celui-ci est précédé d’une visite du musée adaptée aux enfants. A partir de 6 ans, durée : 2h (de 15h à 17h), tarif : 12 euros. Il est conseillé d’apporter un tablier. Inscription obligatoire à museetdj@jouy-en-josas.fr

Nous avons testé cette expérience. Notre guide nous a bien résumé en ¾ l’histoire de la toile de Jouy et de la manufacture puis les filles « ont mis la main   à la pâte ». L’atelier choisi était «mon jardin tout en empreintes » En s’inspirant des motifs floraux de l’exposition ,Margaux et Chloé ont créé leur propre jardin dans de l’argile. Un beau souvenir à ramener à la maison !

  • Atelier parent/enfants : atelier mensuel, une fois par mois, d’une durée de 2h, pour partager un moment créatif avec son enfant ! Tarif : 20 euros par personne. Le 4e samedi du mois de 10h à 12h.
  • Stages : Il existe aussi des stages pendant les vacances scolaires (à la semaine = 70 euros ou à la journée = 18 euros).
  • Visites contées : Pendant les vacances scolaires, une conteuse professionnelle fait découvrir les collections du musée à travers de belles histoire. Durée : 1h30, à partir de 8 ans, tarif : 10 euros par enfant.

En complément :

Téléchargez l’appli « Musée de la toile de Jouy ». Elle vous en dira plus sur la manufacture, l’impression, Oberkampf, la toile de Jouy à travers de nombreux supports (dessins, documents sonores…).

Infos pratiques :

  • Ouverture : mardi de 14h à 18h, mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 11h à 18h.
  • Tarifs : plein tarif : 8 euros par personne (si exposition temporaire) ou 6 euros (hors période d’exposition temporaire).  Tarif réduit (7-16 ans, habitants de Jouy-en-Josas, demandeurs d’emploi, personnes handicapées, étudiants, enseignants) : 6 euros ou 4 euros. Gratuit pour les moins de 7 ans, journalistes, étudiants en arts, histoire et histoire de l’art.
  • Accès : 54 rue Charles de Gaulle, 78350 Jouy-en-Josas. Tel : 01-39-56-48-64.

A faire à proximité :

Publié dans Autres, Plein air

Caresser les animaux à la ferme de Gally (Saint-Cyr l’Ecole,78)

Petit historique des fermes de Gally :

Au début du Moyen-âge, le domaine était exploité par des moines puis a servi de lieu de stockage pour les animaux qui venaient de Normandie avant d’être vendus aux Halles de Paris.

En 1684, la ferme fut rachetée par Louis XIV qui dédia partiellement le lieu à la chasse.

A partir de Napoléon Ier, le site retrouva définitivement sa fonction d’origine, l’exploitation agricole.

En 1906, l’ensemble fut classé Monument historique (en tant que dépendance du Grand Trianon).

Depuis un siècle, la famille Laureau continue à transmettre son amour de la terre et de la nature.

La visite de la ferme : durée 1h/1h30

Après avoir croisé Andalouse, un gros cheval de traie (850 kg quand même!) , les deux poneys Vanille et Chocolat et des ânes, on arrive dans une petite forêt. Il y a ici un petit circuit qui permet de découvrir le monde des insectes et des arbres à l’aide de panneaux explicatifs et de petits jeux.

En sortant de cette zone, on passe devant les moutons. La tonte ayant lieu au printemps, Chloé était un peu déçue de ne pas avoir pu caresser leur laine si douce. Il faudra revenir en hiver ! Mais elle s’est bien rattrapée dans l’enclos suivant où l’on peut rentrer. C’est celui des chèvres naines alpines qui sont très câlines et qui se laissent facilement caresser par les enfants. Chloé en a bien profité !

Enfin, on termine la visite par l’univers de la basse-cour : poules, cochons, lapins, paon…sont au rendez-vous !

Tous les weekends vers 17h30, les enfants peuvent assister au nourrissage et aux soins prodigués aux animaux.

L’avis de Chloé :

« C’est une bonne idée qu’il y ait un enclos spécifique où l’on peut caresser les chèvres ».

Infos pratiques :

Ouverture tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 18h (dernière entrée à 17h30)
et le week-end et les jours fériés de 10h à 18h30. Réservation recommandée !

Accès :  Les fermes de Gally, cemin de Bailly, 78210 Saint-Cyr-l’Ecole

A compléter sur place par :

  • Une dégustation de glace à la sortie (de 14h à 18h)
  • La visite des labyrinthes (l’été uniquement)
  • Une soirée champêtre dans les labyrinthes l’été

https://www.lesfermesdegally.com/evenements/soirees-champetres-au-labyrinthe

  • La cueillette dans les champs de la ferme
  • Un atelier de fabrication de pain
  • Un brunch, un déjeuner ou un goûter au Café de Gally (à l’intérieur de la boutique)

Le coin lecture :

A la sortie, se trouve une boutique qui vend des produits locaux ou des livres sur la nature. Cette année, la maîtresse de Chloé leur a beaucoup parlé des insectes alors j’en ai profité pour lui acheter ce petit livre. Parfait pour prospecter dans le jardin !

Carnets de nature, Petites bêtes des jardins aux éditions Milan