Publié dans Plein air

Faire de l’accrobranche au domaine de Montéclin (Bièvres, 91)

Le domaine de Montéclin

Ce site très ancien était déjà fréquenté par les hommes du Paléolithique qui y exploitaient le grès pour la fabrication de leurs outils. Pendant une grande partie du Moyen-âge et jusqu’au XVIIe siècle, la seigneurie est occupée par des moines de l’Abbaye de Saint-Germain -des-Prés. Les bois alentours étaient appréciés pour la chasse et faisaient partie du domaine forestier de Versailles. Ensuite elle fut occupée par le chirurgien de Louis XIV et de Louis XV mais ensuite confisquée par les révolutionnaires. Le château est bombardé et partiellement détruit lors de la 2e Guerre Mondiale. Aujourd’hui, le domaine est la propriété du SIAB (Syndicat Intercommunal de l’Amont de la Bièvre).

En quoi consiste Ecopark aventures ?

C’est faire de l’accrobranche au sein d’une forêt remarquable de 3 hectares qui comporte des chênes centenaires !

Il y a 9 parcours d’accrobranches, plus de 100 ateliers de 1 à 20 mètres de haut, 1800 m de parcours. On peut commencer à partir de 5 ans ! Le niveau est progressif, du plus simple au plus difficile. On commence par un petit circuit test avec des moniteurs pour vérifier que les consignes soient bien comprises. On enfile son baudrier et c’est parti ! Au programme : tyroliennes (le parcours n°4 en propose d’ailleurs beaucoup), des ponts de singe, des murs de filet et même du vélo à plusieurs mètres de haut ! Chaque parcours dure environ 30minutes. Le personnel est attentif et prévenant et ne manquera pas de voler à votre secours au moindre souci !

Des tables de pique-nique sont disponibles sur place.

L’avis des filles :

  • Margaux : « Les ateliers étaient très divers. Ça passait des rondins de bois qui bougent à de gros ballons par exemple. Les tyroliennes étaient vraiment très longues. C’était adapté à tous les niveaux ; On voit vraiment la différence entre chaque parcours. ».
  • Chloé : « C’était ni trop facile ni trop difficile. Les difficultés montent petit à petit d’un parcours à l’autre. Les parents ne sont pas obligés de venir avec nous, ils peuvent nous voir très bien du bas. Au début le système de sécurité pour s’accrocher n’était pas facile à appliquer mais après un ou deux ateliers c’est devenu beaucoup plus facile et cela ne m’a plus posé problème ! »

Infos pratiques :

Tarifs :

  • Adolescents (+ de 13 ans) et adultes : 24 euros
  • Juniors (8 à 12 ans) : 20 euros
  • Enfants (5 à 7 ans) : 16 euros

Horaires :

Ouvert de mi-mars à mi-novembre tous les jours pendant les vacances scolaires de la zone C ainsi que tous les mercredis, week-ends et jours fériés hors période scolaire.

  • Hors vacances d’été : à partir de 13h
  • Vacances d’été : 10h30-19h (accueil interrompu entre 11h45 et 13h).

En cas de crise sanitaire : activité limitée à 3h00 et fermeture à 18h30

Réservation OBLIGATOIRE sur internet sur le site www.ecopark-adventures.com

Tenue de sport recommandée. Chaussures fermées obligatoires

Possibilité de fêter son anniversaire : 6 à 10 grimpeurs. 16 euros pour des enfants de 5 à 7 ans. 20 euros pour les 8-12 ans.

Accès :

Domaine de Montéclin  53, Route de Versailles 91570 Bièvres       07.67.64.31.92  

Contact : monteclin@ecopark-adventures.com

De Paris, prendre la N118 au Pont de Sèvres, Direction Bordeaux / Chartres / Orléans.
Sortie 4.1 Direction ZA Villacoublay. Serrer à gauche et au rond-point, direction Bièvres. Au
stop, prendre à droite en longeant l’aérodrome. Le parc se trouve à côté du Poney Club.

Que faire d’autre sur place ?

  • Tester l’ecopark games : au croisement entre du jeu de piste numérique et de l’escape game. C’est un nouveau jeu interactif pour partir à la découverte de la forêt. Grâce à une tablette tactile, on part dans la forêt explorer les Mondes perdus.  Prix unique : 16 euros par personne (à partir de 7 ans). Durée : 1h30 environ.
  • Poney-Club de Brimborion. Il y a un manège, deux carrières, un spring garden, et surtout des dizaines d’hectares de forêts propices aux immenses balades.

Publié dans Plein air

Se promener le long de la Coulée verte du sud parisien (92 et 91)

Cette promenade de 12 km est aussi nommée Promenade départementale des Vallons de la Bièvre. Elle s’étend de la Porte de Brancion à Massy (91). Ce sentier traverse les communes de Malakoff, Châtillon, Bagneux, Fontenay-aux-Roses, Châtenay-Malabry, Antony et longe le parc de Sceaux pour se terminer à proximité de la gare de Massy-Verrières.  Une façon de relier la banlieue à Paris en évitant les voiture de bout en bout ! Place aux vélos, trottinettes et aux marcheurs !

Des paysages variés

Si vous débutez la Coulée verte par le nord (côté parisien), les paysage sont encore assez urbanisés mais plus on va vers le sud plus le parcours s’élargit et laisse place à la végétation.

À Fontenay-aux-Roses, de nombreux équipements sportifs sont disponibles. Pourquoi ne pas en profiter par passer par la roseraie située non loin de là ? Elle se situe dans le verger conservatoire du square des anciens combattants au 22 avenue Lombart. Le relief devient ensuite plus prononcé, il nécessitera d’appuyer un peu plus sur les pédales si vous venez de Massy et sinon à vous les belles descentes (gare à la remontée !).

Un peu plus loin, vous ne manquerez pas la vue exceptionnelle sur le parc de Sceaux qui mérite un détour à lui tout seul (plus d’infos en lisant l’article https://sortiespourenfantsiledefrance.fr/2019/07/21/le-domaine-de-sceaux/) !

En continuant vers le sud, vous traverserez quelques tunnels (dans lesquels passent les TGV qui se rendent à la gare Montparnasse). Ce sera l’occasion d’admirer quelques belles œuvres de street art.

Vous arrivez ensuite à proximité du parc des alisiers sur la commune d’Antony (92). Ce parc de 4 ha aménagé en 2013 est séparé en deux par la Coulée verte et relié par la rue des crocheteurs. Son nom vient d’un arbre de la famille des Rosacées (comme les roses et les pommiers) qui donne de petits fruits rouges comestibles qui permettent la fabrication de confitures. Son bois fut longtemps utilisé dans l’ébénisterie et la lutherie.

Le parc a une vocation écologique et de préservation de la biodiversité à travers des milieux humides. La zone est en effet alimentée par un ruisseau. On y pratique la fauche tardive pour accueillir papillons et autres insectes butineurs, des criquets et certains oiseaux.  Quelques ruches y sont aussi installées, protégées par un grillage. Cela peut paraitre surprenant d’installer des ruches en villes pourtant, les abeilles s’y maintiennent assez bien car il y a moins de pesticides qu’à la campagne.

Place de Lexington

Toujours à Antony, vous serez peut-être étonnés par la présence de cet obélisque. C’est que vous êtes arrivés place de Lexington, au croisement de la coulée verte et de l’avenue du Bois de Verrières. Cela mérite un point d’histoire. Lexington est une ville américaine de la banlieue de Boston, jumelée à Antony depuis une trentaine d’années. C’est aux alentours de cette ville américaine qu’a débuté la guerre d’indépendance. Le 17 avril 1775 a lieu la bataille de Lexington qui opposa des soldats anglais et des colons américains. En 1989 la place de l’obélisque devient place de Lexington. En 2013, un parc de 4 ha est inauguré à Lexington nommé « Antony Park ».

Les activités 

  • Jeux pour enfants (notamment les toboggans géants du parc des alisiers)
  • Basket (à Chatenay-Malabry)
  • Ping-pong (Chatenay-Malabry) 
  • Pétanque (à proximité du parc des alisiers d’Antony)
  • Appareils de remise en forme (parc des alisiers) 
  • Skate park (rue Marius Hue, à Verrières-le-Buisson)

L’avis des filles 

Margaux : « Une belle promenade car en plus d’admirer le paysage, on peut également se divertir grâce aux différents jeux qui sont proposés tout au long de la promenade ».

Chloé : « J’aime bien la Coulée verte car les jeux sont amusants, surtout l’immense toboggan du parc des alisiers ! ».

Que faire à proximité ?

Au parc de Sceaux

Infos pratiques 

Si vous venez en train, vous pouvez descendre aux stations suivantes :

  • Station Châtillon-Montrouge du métro ligne 13
  • Station Fontenay-aux-Roses du RER B
  • Station Massy-Verrières du RER B
Publié dans Plein air

Se promener dans la plaine de Balizy

Elle constitue une zone naturelle intégrée entre deux rivières (l’Yvette et celle de la Morte-Eau), située entre le centre-ville et les hameaux de Balizy-Gravigny. Depuis les aménagements entrepris en 2003 (drainage des sous-sols, plantation d’arbres), le site est d’un grand intérêt environnemental.

On observe la nature :

La flore des prairies humides produit d’importantes quantités de graines. Elles se dispersent dans le milieu constituant alors la nourriture de base d’un cortège animal composé de petits mammifères et surtout de nombreux insectes. Ces derniers attirent une multitude d’oiseaux dans un prairie qui leur servira à la fois pour l’alimentation, la nidification et la reproduction.

Le saviez-vous ?

  • Combien de dents a le brochet ? C’est un carnassier qui compte dans sa mâchoire environ 700 dents pointues bien aiguisées ! Une fois adulte, c‘est le plus grand prédateur de la rivière. On le reconnait facilement avec son nez en forme de bec de canard. Il se nourrit principalement de poissons, de grenouilles et plus rarement de canetons. Le brochet peut atteindre une taille de plus d’1 mètre !

le jonc
  • Que peut-on fabriquer avec le jonc ? Il a des tiges en forme d’aiguilles d’une hauteur de 40 à 100 cm. Très résistant, il pousse dans les zones humides et sert de refuge aux petits animaux. Les oiseaux s’y cachent pour y faire leur nid et l’homme s’en sert pour fabriquer des paniers, des tapis.

La foulque
  • La foulque macroule peut-elle nager sous l’eau ? Oui ! On reconnait facilement cet oiseau grâce à son bec blanc surmonté d’une plaque osseuse blanche. Il est omnivore et mange donc à la fois des insectes et des végétaux aquatiques. Il peut plonger jusqu’à 2 m de profondeur voire jusqu’à 5 mètres !

L’avis des filles :

  • Chloé : « J’ai bien aimé cette promenade surtout car c’était au bord de l’eau. En plus, on pouvait facilement observer les oiseaux et il y avait plein d’arbres différents. C’est une très jolie promenade qui vous détendra forcément ! »

En complément :

Pour des jeux, des bricolages et des expériences pour les enfants, rendez-vous sur :  https://www.siahvy.org/page-espace-jeune

A proximité :

  • Se promener dans le Bois des Templiers (35 000 m2)

Promenade « Les Templiers » https://www.siahvy.org/vallee-de-yvette/infos-promenades   (circuit n°1 )

  • Arboretum : il compte près de 65 arbres différents regroupant quelque trente essences variées. Derrière le gymnase Courtand, chemin des Ajoncs.
Le long de la Rivière Morte eau

Infos pratiques :

  • Possibilité de pique-niquer (quelques tables prévues à cet effet sur le parcours)
  •  Faire du sport (équipements sportifs)
  • Accès : Plaine de Balizy, 91160 Longjumeau
  • Venir en train : RER C, station « Gravigny Balizy »
  • Venir en voiture : parking (gratuit) : face à Résidence L’Ermitage (maison de retraite), rue Daniel Mayer, 91160 Longjumeau
Publié dans Plein air

A la découverte d’arbres centenaires à l’arboretum municipal de Verrières-le-Buisson (91)

Un arboretum permet de préserver la biodiversité des arbres du monde et celle de la faune locale en lui offrant un habitat. Dans celui de Verrières-le Buisson poussent des arbres rares et parfois centenaires qui proviennent de tous les horizons : Europe, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Asie de l’Est ou Afrique. C’est une extension municipale de l’arboretum Vilmorin qui appartient toujours à cette famille.

Le zoom historique :

L’histoire débute en 1770, lors de la rencontre entre Philippe-Victoire de Vilmorin (botaniste) et Pierre Andrieux (grainetier et botaniste de Louis XV). Ils fondent la société Vilmorin-Andrieux à Paris. A l’origine, c’est un magasin de graines.  En 1815, les collections doivent déménager faute de place. La société achète alors un parc de 4 hectares à Verrières-le-Buisson, où se trouvait un ancien relais de chasse de Louis XIV que celui-ci avait fait construire pour Madame de la Vallière. La zone est à la fois protégée par le bois de Verrières tout proche et offre une terre intéressante. En 1975, la ville acquiert la parcelle et un an plus tard, la MAO (Maison des Arbres et des Oiseaux), une association de jeunes bénévoles de 14 à 25 ans, est créée. C’est  En 2004, l’arboretum est classé Réserve naturelle régionale.

La visite :

Le site est organisé en plusieurs zones (notamment le verger, la prairie, la mare, la zone arborée…).  Pour aider à la visite, trois parcours sont proposés à l’entrée, disponibles notamment sur smartphone en scannant le QR code. Il y en a un destiné plus particulièrement aux familles (parcours bleu, « familial »).

Le poivrier

On dénombre dans l’arboretum plus de 300 espèces d’arbres dont certains ont presque 130 ans ! Des étiquettes au pied des arbres permettent d’en savoir plus : le nom latin, l’âge, la hauteur, la zone d’origine notamment. Nous avons par exemple découvert l’Oranger des Osages -du nom d’une tribu d’Indiens d’Amérique qui utilisaient le bois de cet arbre pour en faire des arcs et des flèches. Mais pourquoi le nom d’« oranger » ? Rien de cette couleur dans l’arbre mais par contre des fruits ronds et verts de la taille d’une orange, non comestibles mais que les Indiens utilisaient pour faire des peintures corporelles ! Plus loin, faites une pause à l’arbre à latex et coupez une feuille. Vous y verrez des fibres de latex !

Nichoirs

Au détour d’une allée, au sommet d’un arbre, on peut bien sûr apercevoir de nombreuses espèces animales. Plus de 60 espèces d’oiseaux y ont été recensées ! Donc, il y a de grandes chances d’y croiser des écureuils par exemple ! Si vous appréciez plutôt les petites bestioles, des arbres à insectes sont installés au fond de l’arboretum.

Arbre à insectes

C’est aussi une des plus grandes collections d’iris de France avec 940 variétés ! Certains ont plus de 100 ans !

Les événements exceptionnels :

  • Visite des deux arboreta. Deux fois par an (en avril et octobre): celui de la maison des arbres et des oiseaux et l’arboretum privé des Vilmorin. La visite est guidée (2h), gratuite et se réserve à l’adresse mail suivante : mao.vlb@gmail.com
  • La nuit du conte (en juin). Contes en plein air et promenade dans l’arboretum à la lueur des bougies.

L’avis des filles :

  • Chloé :  « C’était une visite intéressante car j’ai découvert des arbres dont j’ignorais l’existence. C’est un espace très naturel, différent d’un parc, car il n’y avait pas vraiment de chemin.»

Infos pratiques :

  • Arboretum Roger de Vilmorin esplanade Thomas Joly (en face de l’Espace Bernard Mantienne), 91370, Verrières-le-Buisson.  En transports en commun : RER B, arrêt Antony puis bus 196 (arrêt « les Antes »).
  • Mao.vlb@gmail.com   Tel : 01-69-30-73-48
  • Ouverture tous les samedis, de 14h00 à 18h00.
  • Groupes scolaires : en semaine sur rendez-vous, contacter animation@rnr-vilmorin.org
  • Entrée gratuite
  • Durée de la visite : 30-45 minutes environ (en visite libre)

Que faire autour ?

Se faire une toile ou aller voir un spectacle à l’espace Bernard Mantienne, juste en face !

Sur le même thème :

Publié dans Autres, Plein air

Babyland (parc d’attractions, 91)

C’est le parc d’attraction familial par excellence ! Moi qui ne suis pas adepte de ce genre de lieux surpeuplés et aux tarifs prohibitifs, celui-ci je l’adopte !

Pourquoi y aller ?

  • Le site est à échelle humaine : on peut à peu près retrouver son enfant en moins d’1/2 h si on le perd (bon, OK, cela n’est pas le but, mais ça peut arriver !).
  • Le tarif est abordable
  • Le parking est gratuit
  • Le site est ombragé : il  y a beaucoup d’arbres et des tables permettent de pique-niquer (il n’est pas obligatoire d’acheter la nourriture sur place même s’il existe une buvette/snack).
  • Très convivial : pour certaines attractions, on actionne soi-même le manège !
  • Des attractions accessibles dès le plus jeunes âge (Zone « Babyland » avec : piscine à balles, structures gonflables, trampolines, petits manèges etc…). Mais il y a aussi des manèges à sensations  pour les plus grands (la zone « Amiland » ! Et de nouvelles attractions tous les ans !
  • Et surtout : pas de queue aux manèges !! ça, c’est le luxe suprême !

« j’adore Babyland car il y a moins de monde qu’à Disney et il y a de nombreuses attractions. Je vais vous décrire mes préférées :

L’avis de Margaux :

  • La rivière canadienne : le principe est d’être dans un bateau sur l’eau qui nous monte en haut d’une cascade tout doucement et au moment de descendre, ça va beaucoup plus vite ! Quand on arrive en bas, des jets d’eau détectent notre arrivée et nous aspergent !
  • Le Slalom : Il mériterait plutôt le nom de « la piste de luge ». Nous devons monter des tapis et arrivés en haut, on glisse sur un terrain bosselé.
  • La chevauchée fantastique : nous devons monter sur un cheval et se laisser  promener sur son dos.
  • Le Grand trampoline : c’est une immense aire où se trouvent plein de trampolines
  • Big apple : c’est un immense « petit train » en forme de chenille. Nous montons dedans à plusieurs  pour faire deux tours de manège où nous entrons et sortons d’une grosse pomme !

L’avis de Chloé :

  • Le magic farm : c’est comme une voiture qui traverse la savane et on peut se mettre de la musique.
  • Le renard : c’est une structure gonflable avec une tête de renarde et sa bouche s’ouvre et se referme. Le  but est de passer au travers sans se faire croquer !
  • Le petit train : on fait un petit tour et on voit des animaux (des faux mais c’est quand même bien)
  • La chevauchée fantastique : c’est un cheval qui peut faire du bruit, qui peut être énervé, se calmer. On voit des animaux comme des sangliers.

Infos pratiques :

– Horaires d’ouverture : d’avril à fin octobre. Fermé les jours de très mauvais temps. Voir le calendrier sur https://www.parcbabyland.fr/calendrier.html

-Tarifs: 14€ par adulte ou par enfant de + de 1,05 cm, gratuit pour les enfants de  -80 cm, 11€ pour les enfants entre 80 et 1,05m, 8€ pour les seniors de +60 ans et 9€ pour les handicapés.

– Accès : Parc BABYLAND, 214 route de Melun, 91280 Saint-Pierre-Du-Perray   Tel:  01 69 89 24, parcbabyland@orange.fr

Que faire à proximité ?

Se promener dans la forêt de Sénart ou la forêt de Rougeau.