Publié dans Châteaux, musées, monuments

Au cœur de la culture bouddhique coréenne (75)

En quoi consiste la fête des lanternes (ou Yeondeunghoe) ?

La fête des lanternes fait partie de la culture coréenne depuis plus de 1000 ans. Elle prend tout d’abord naissance en Inde puis s’étend à la Chine et à la péninsule coréenne avec la diffusion du bouddhisme. En 1975, l’anniversaire de Bouddha fut désigné fête nationale. Depuis 2020, cet événement est inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (UNESCO).

Projection de mapping vidéo

Le concept : des vidéos projetées dans toute une salle en forme de cube diffusent en continu des images mêlant tradition bouddhique et monde contemporain. Cette expérience immersive permet au visiteur de plonger dans l’univers coréen ! L’univers est féérique et poétique, une invitation à la contemplation !

Exposition sur la fête des lanternes en Corée

Tous les ans, cette fête donne lieu à une grande procession qui défile dans les rues à laquelle les spectateurs aujourd’hui de toutes confessions se mêlent. Cette très jolie exposition met en valeur des lanternes toutes différentes aux couleurs chatoyantes : des oiseaux, des dragons, des fleurs de lotus, des poissons, des pastèques… Elles sont confectionnées plusieurs mois avant la fête, en papier traditionnel. L’embrasement de ces dernières représente l’éveil de Bouddha et l’explosion de lumière vise à chasser les ténèbres qui oppressent l’humanité, répandant paix et sagesse dans le monde.

Autrefois, les lanternes étaient accrochées sur des « mâts de lanternes ». On installait une longue perche dans la cour de sa maison et on y attachait le nombre de lanternes correspondant au nombre de personnes du foyer.  Celles-ci sont aujourd’hui dans des temples ou utilisées lors des défilés.

La fabrication : Il faut tout d’abord confectionner une armature (à l’origine en bambou, aujourd’hui plutôt en métal) puis un moyen d’éclairage (ex : bougie puis ampoule) est installé à l’intérieur. Ensuite, du papier coréen est collé sur la surface.

L’avis des filles :

  • Chloé : «C’est une sortie qui m’a permis de découvrir la Corée du Sud, pays dont on parle moins en France que la Chine ou le Japon. La fête des lanternes a l’air très importante là-bas, l’univers est très coloré, très joli. Le mapping : ça nous a fait voyager, on avait l’impression d’y être car il y avait des projections partout autour de nous et une belle musique d’ambiance. C’était rigolo et interactif. En complément, il y avait des jeux sur des écrans pour découvrir l’alphabet coréen et des cartes en cadeau pour s’entrainer à écrire, cela nous a fait un bon un souvenir ».
  • Margaux : « Le Cube était super original : on était pieds-nus et on faisait apparaitre des images au gré de nos pas ! Tout cela au milieu d’images de la Corée et de musique locale. »

Infos pratiques :

  • Accès : Centre culturel coréen, 20 rue de la Boétie 75008 Paris. Métro Miromesnil (lignes 9 et 13). Tel : 01-47-20-84-15
  • Dates : Pour la projection de mapping vidéo : jusqu’au 9 septembre 2022, pour l’exposition sur la fête des lanternes, jusqu’au 16 septembre 2022.
  • Tarifs : Toutes les manifestations culturelles du centre sont gratuites. Néanmoins, il est vivement conseillé de réserver sur : https://centreculturelcoreen.mapado.com
  • Durée de la visite : 1 heure environ.

Que faire autour ?

Sur les Champs Elysées : pour l’Arc de Triomphe, le shopping et le cinéma !

Publié dans Châteaux, musées, monuments, le shopping des kids

S’émerveiller à l’expo Playmobil « Un noël fantastique » à Versailles (78)

Les vacances de Noël sont là. Profitez-en pour découvrir cette jolie exposition dans la salle des fêtes de l’hôtel de ville de Versailles. L’association Play-Original, avec les pièces de l’artiste Jean-Philippe Broussin, a mis en scène tout un décor autour de la féérie de Noël. On peut ainsi observer l’atelier de la fabrication des jouets mais aussi le monde des fées, un univers glacé digne de la Reine des Neiges, la station de ski et même le chemin de traverse où Harry Potter va pouvoir acheter ses bonbons. Cerise sur le gâteau : une magnifique reconstitution d’un célèbre château… qui nous fait penser à celui de Louis XIV !

Les fans de ces petits sujets en plastique pourront aussi se faire plaisir à la boutique et prendre une photo souvenir au photocall.

Infos pratiques :

  • Date/horaires :

Du dimanche 19 décembre 2021 au dimanche 2 janvier 2022.Tous les jours de 10h00 à 18h00. Dernière entrée à 17h30 (à 15h30 les 24 et 31 décembre).  Ferme à 16h les vendredis 24 et 31 décembre au lieu de 18h.

  • Tarif : Entrée gratuite.
  • Lieu : hôtel de ville, 4 avenue de Paris, 78000 Versailles. Tel : 01-30-97-80-00

Pass sanitaire pour les plus de 12 ans.

Que faire autour ?

  • Visiter le château de Versailles (plus d’infos dans notre article : « Assister au lever de Louis XIV) et profiter de l’exposition « Les animaux du roi » jusqu’au 13 février 2022
  • Se balader dans les jardins de Versailles (plus d’infos dans notre article « Se promener en compagnie de Diane, Aphrodite, Héraclès and co »)
  • Découvrir le domaine de madame Elisabeth (plus d’infos dans notre article « Sur les pas de Madame Elisabeth »)
  • Faire du shopping à Sostrenegrene : un de nos coups de cœur pour le matériel DIY afin de fabriquer des petits bricos! Adresse : 28 rue du maréchal Foch, 78000 Versailles

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Se perdre dans l’expo street art « L’Essentiel »

Le concept :

Le décor : un ancien bâtiment de la Poste datant de 1965… Ce lieu désaffecté a connu plusieurs vies : il fut occupé par le passé par un centre de tri postal, un bureau de poste et même récemment par un centre d’hébergement d’urgence pour des femmes isolées et leurs enfants ! Bientôt reconverti en logements sociaux, il a été confié il y a quelques mois à l’association Art Azoï pour un sacré défi : se réapproprier les lieux juste le temps d’un été à la sauce street art. Un beau terrain de jeux de 2000 m2 pour 43 artistes ! Le nom de ce groupe n’a pas été trouvé au hasard …. Il fait référence au statut de « non essentiel » des artistes lors de ces derniers mois de pandémie. Les amateurs d’art urbain vont être servis : graffitis, collages, lettrages, créations optiques ou sculptures au programme ! Une belle expérience collective d’art éphémère !

L’art de représenter le rebond d’un ballon…

La visite :

Chaque heure, un petit groupe de 19 privilégiés pénètre dans le labyrinthe… On déambule dans cet immense dédale en compagnie d’une guide qui présente rapidement les œuvres (et il y en a beaucoup) mais on peut aussi s’écarter du groupe pour tout découvrir de façon plus autonome (ce qui est assez fun pour les enfants).

Voici quelques-uns de nos coups de cœur :

  • Fuzi est un illustrateur, graffeur, tatoueur parisien.  « The Pool » est une œuvre acrylique et spray aérosol
  • « L’envers du décor » de Psyckoze, un artiste français qui laisse son empreinte sur les murs du monde entier depuis 1984, notamment dans les carrières souterraines de Paris.  
  •  « Palimpseste » de Madame. Elle utilise différents matériaux comme le papier, le bois, le métal, le tissu pour les faire parler.  En mélangeant texte et images, elle appose ensuite de grandes affiches dans la rue.
Palimpseste » de Madame
  • Les œuvres de Berthet One, auteur de bandes dessinées français.
  • Coup de cœur des filles : « Fire Flower » de Stéphane Parain (bois, grillage, ouate, led)   Cet artiste parisien s’inspire de la sculpture classique, des décors de théâtre et de l’art urbain.
« Fire flower » de Stéphane Parain
  • Jean-Charles de Castelbajac :(« L’essence-ciel »), célèbre styliste, designer, directeur artistique de la marque Benetton.
JC de Castelbajac

L’avis des filles :

Chloé : « J’ai trouvé que de présenter des œuvres d’art dans un autre endroit que dans un musée, c’était très original. C’était fait avec plein de matériaux : du fil, du coton, des lampes, des photos, de la peinture… A chaque fois que l’on rentrait dans une pièce, on voyait une œuvre d’art différente, une par pièce. En plus, il y en avait au plafond, sur les murs, sur le sol, accrochées. Ce qui était étrange c’est que même quand c’était peint, on voyait le côté abandonné du lieu, cela donnait un air mystérieux ».

Margaux : C’était une sortie très colorée, les œuvres étaient très différentes et il y avait beaucoup d’espace! J’ai particulièrement aimé l’œuvre qui représentait un ballon en mouvement car le mouvement est difficile à représenter. Quant à la création Fire flower , elle était très surprenante! ».

Infos pratiques :

Horaires : Du 1er juillet au 29 aout 2021, Du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00

Adresse : 11 square Alban Satragne 75010 Paris. Métro : Gare de l’est.

Tarifs : Gratuit sur réservation sur le site officiel : lessentielparis.fr

Le bon plan : si vous n’avez pas eu de place sur internet, vous pouvez vous hasarder à venir 10 minutes avant l’ouverture. Parfois certaines personnes ont réservé mais ne viennent pas. Ça vous laisse un petit espoir, car cette exposition est prise d’assaut !

Que faire à proximité?

Testez le concept du café céramique à La Papoterie (à 32 stations de métro de l’expo). Pour plus d’infos, lisez notre article: https://sortiespourenfantsiledefrance.fr/#:~:text=%E2%80%93%202019%20%3A%20un%20passionn%C3%A9%20d’,%E2%80%93%203%20salles%20!