Publié dans Châteaux, musées, monuments

Château de Dourdan, 800 ans d’histoire!  (91)

Situé à mi-chemin entre Paris et Chartres, le château de Dourdan est un témoignage rare du patrimoine militaire médiéval. En Ile-de-France, il est l’un des seuls édifices du XIIIe siècle qui ait conservé l’essentiel de ses structures !

Le zoom historique :

Trébuchet

C’est au XIIIe siècle que le roi Philippe Auguste décide de faire construire le château de Dourdan, au sud du domaine royal, afin de se protéger des Anglais. Le château passera ensuite entre les mains d’illustres personnages : Blanche de Castille (la mère de Louis IX), les frères des rois Philippe IV et Charles V au XIVe siècle. Pendant la Guerre de Cent ans, la ville est assiégée par les Anglais et la population décimée. Le château est très endommagé lors des Guerres de Religion puis sera donné au ministre Sully par le roi Henri IV. Aux XVIIIe et XIXe siècles, il change de destin et se transforme en prison. Enfin, en 1969, la municipalité en devient pleinement propriétaire.

La visite :

A l’extérieur : Une grande partie de l’édifice du Moyen-Age a été détruit mais il est encore possible de parcourir le chemin de ronde, d’observer une partie du logis royal et de monter dans le donjon. A l’époque moderne, il fut converti en prison. En 1764, la ville de Dourdan est le théâtre d’une affaire criminelle célèbre, celle de la bande de Renard, une association de voleurs qui fut incarcérée dans le château et exécutée sur la place du marché !

Dans la maison-musée : l’actuel musée est placé dans l’ancien grenier à sel qui a ensuite servi de prison à partir de la révolution française et d’administration des Eaux-et-Forêts au XIXe  siècle. A la fin du siècle, Joseph Guyot hérite du château. Passionné d’histoire, il réaménage la forteresse en un style néo-gothique assez éclectique.

Pour les kids :

Il existe de nombreux livrets de découverte à télécharger gratuitement sur le site : http://chateau.dourdan.fr/preparer-ma-visite/visites-scolaires/ressources-pedagogiques/  ou à acheter sur place (0,5 € l’unité).

L’avis des filles :

  • Chloé: « C’est un château très bien conservé! En plus, il est en partie meublé! »

Infos pratiques :

Durée moyenne de visite conseillée : 1h30

  • Tarifs :

Visite libre : plein tarif : 5€, tarif réduit : 2,5 €

Visite guidée : plein tarif : 7 €, tarif réduit : 3,5 €

Atelier enfant : 6 €

  • Ouverture: du mercredi au dimanche (jours fériés inclus). Fermé le lundi, le mardi est réservé aux groupes.
  • Accès : Musée du château de Dourdan,    Place du Général-de-Gaulle 91410 Dourdan. Tel : 01 64 59 66 83. Par le RER : ligne C (gare de Dourdan), par le RER : ligne B (gare Massy-Palaiseau) puis Bus ligne 91.03 arrêt « Dourdan gare ».

 

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Prendre la pause au Musée Rodin

Qui était Auguste Rodin ?

Rodin par Nadar

Cet artiste est né en 1840 et mort à Meudon en 1917. Il est considéré comme l’un des pères de la sculpture moderne.

Ses parents l’inscrivent à 14 ans aux futurs Arts Déco. Il prend l’habitude de dessiner dans les travées du Louvre et travaille le nu à la Manufacture des Gobelins. Il voyage à plusieurs reprises en Belgique puis fait son Grand Tour en 1875 en Italie pour mieux observer l’art de Michel-Ange. C’est en 1876 qu’il expose pour la première fois, aux Etats-Unis.

En 1877, il réalise la statue L’Age d’airain qui propulse sa carrière mais a aussi un goût de scandale : il sera soupçonné d’avoir réalisé celle-ci en faisant un moulage sur le vif ! L’année suivante, il crée saint Jean Baptiste, plus grand que nature,  pour prouver le contraire !

Camille Claudel devient praticienne chez Rodin à seulement 19 ans et lui sert parfois aussi de modèle. Elle a beaucoup participé à l’élaboration des Bourgeois de Calais. Mais la relation avec Rodin même si elle fut amoureuse fut aussi tumultueuse…

Les Portes de l’Enfer

1880 : L’Etat lui commande les Portes de l’Enfer, en référence à la Divine Comédie de Dante. Cette œuvre ne sera finalement fondue qu’en 1926, après sa mort.

1889 : Il réalise Le Baiser, à nouveau une demande de l’Etat pour l’Exposition Universelle.

1893 : Il s’installe avec sa compagne, Rose, à Meudon. Antoine Bourdelle devient son praticien.

1917 : Rose puis Auguste Rodin décèdent, à Meudon où ils sont enterrés aujourd’hui (leur tombe est surmontée du Penseur).

1919 : inauguration du Musée de Rodin à Paris, à l’hôtel Biron.

Rodin nous a laissé environ : 7000 sculptures, 10 000 dessins, 1000 gravures et 10 000 photographies !

Le musée et le jardin :

Le jardin de 3 hectares se divise en quatre espaces principaux avec des œuvres mythiques comme : Le Penseur, La Porte de L’Enfer, Le monument aux Bourgeois de Calais.

Le Penseur

L’hôtel Biron : le bâtiment fut construit au XVIIIe siècle puis loué à de nombreuses personnalités artistiques dont Cocteau et Rodin. Ce dernier s’y installe à partir de 1908. Il léguera l’intégralité de ses œuvres à l’Etat sous réserve que celui-ci transforme l’hôtel Biron en un musée à sa gloire.

A l’intérieur : le parcours de visite s’articule autour de 18 salles et exposent surtout des sculptures en bronze ou en marbre mais aussi des esquisses et des moulages en plâtre. Au rez-de-chaussée, la visite se fait dans l’ordre chronologique. Dans la rotonde, une des plus belles salles à la décoration XVIII e siècle, on découvrira L’Age d’airain et un peu plus loin le fameux Baiser. Au 1er étage, les œuvres sont exposées de façon thématique (« Les mains », « Hugo et Balzac » par exemple). Une des dernières salles est consacrée aux œuvres de Camille Claudel, selon les vœux de Rodin.

Pour les kids :

  • « L’atelier Rodin » : du 11 juin au 28 août 2022. Voici un nouveau lieu destiné aux enfants, fait pour jouer, dessiner, expérimenter, modeler et s’amuser !  On peut aussi y bouquiner, mettre la main à la pâte et même déposer sa création dans la vitrine ou bien l’emporter à la maison.

Accès libre et gratuit avec le billet d’entrée.

  • Parcours-jeu sur tablette tactile (à partir de 6 ans, durée : 1h, tarif :6 €).

Infos pratiques :

  • Horaires d’ouverture : du mardi au dimanche de 10h00 à 18h30
  • Tarifs : Tarif plein : 13 €, Gratuité : le 1er dimanche du mois d’octobre à mars, pour les moins de 18 ans, les enseignants
  • Accès : musée Rodin, 77 rue de Varenne, 75007 Paris. Tel : 01-44-18-61-10. Métro : station Varenne (ligne 13) et Invalides (lignes 13 et 8), RER C Invalides

Que faire autour ?

  • Visiter les Invalides pour le musée de l’armée et voir le tombeau de Napoléon! (pour en savoir plus, lisez notre article «   Sur les traces de l’empereur aux Invalides» )

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Une sortie ludique et pédagogique à Science expériences (75)

Ce nouvel espace de 850 m2 entièrement dédié à la science, a ouvert ses portes au cœur de Bercy Village à l’automne 2021.

Le concept :

C’est parti pour une heure et demie d’aventures ! Accueillis par l’hologramme d’Albert Einstein, vous évoluerez ensuite dans différentes disciplines (l’espace, la géologie, l’anatomie, la nature, la chimie ou encore la physique quantique) grâce à des moyens à chaque fois différents et immersifs comme la réalité virtuelle ou le mapping vidéo (cette technique ravira les enfants qui seront émerveillés de faire apparaitre des images au gré de leurs pas). Immergés dans une navette spatiale, plongés dans les profondeurs de la Terre ou dans les abysses de la fosse des Mariannes, téléportés, à devoir subir des décharges électriques ou à déguster des mets atypiques, voici un aperçu de ce qui vous attend !

Des médiateurs sont présents dans chaque zone pour vous donner quelques informations supplémentaires ou vous proposer des animations. Le visiteur ne participe néanmoins pas vraiment et est surtout un « spectateur ». Pour l’aspect scientifique, chacun y trouvera son compte :  les plus jeunes seront ravis d’observer les expériences scientifiques tandis que les plus âgés en apprendront davantage à l’aide des différents panneaux et vidéos qui jalonnent le parcours.

En option :

  • Possibilité de louer pour 1 € de plus un audioguide à l’entrée qui donne quelques informations supplémentaires ou des sons pour être davantage dans l’ambiance.
  • Les plus grands (plus de 8 ans) pourront aussi tester  l’«option Moon » (pour 6  € de plus), pour expérimenter la gravité lunaire. Equipé d’un casque à réalité virtuelle et harnaché à une structure qui monte à 4 mètres de hauteur, vous aurez l’impression de marcher sur la lune !  

L’avis des filles :

Lézard

Chloé : «C’était très bien car le thème des sciences est assez vague mais comme il y avait plusieurs parties, du coup , on ne s’ennuyait pas. J’ai beaucoup aimé qu’il y ait des animateurs à chaque thème, comme ça, on retient plus que quand on lit des panneaux, car ils nous expliquent. Celui que j’ai le plus apprécié, c’était la chimie car il nous montrait des expériences. A chaque thème, il y avait une nouvelle façon d’aborder le sujet, par exemple pour les planètes, c’était la réalité virtuelle, pour le corps humain des choses à écouter, à toucher et à sentir… et pour la nature, il y avait carrément, des choses à goûter, c’était un peu l’aventure ! En plus, il y avait des animaux (des poissons pour la mer, des lézards et des mille pattes pour le thème de la nature). »

Infos pratiques :

  • Accès : Science Expériences, 16 Cour Saint-Emilion, 75012 Paris. Métro ligne 14 Cour (Saint-Emilion), ligne 6 (Bercy).
  • Horaires : Lundi à mercredi 10h-20h, jeudi à samedi : 10 h00 à 23h00, dimanche : 10h20h.

 Réservation en ligne conseillée le week-end et pendant les vacances scolaires.

  • Tarifs : 3-12 ans : 11 €, tarif réduit (jeunes, personnes à mobilité réduite, retraités, enseignants) : 16 €, tarif adulte : 19 €, pack famille (2 enfants + 2 adultes = 50 €).
  • www.science-experiences.com

Que faire autour ?

  • La Cinémathèque (avec le musée Méliès) : 51 rue de Bercy, 75012 Paris
  • Manger dans l’un des nombreux restaurants de Bercy Village et aller au cinéma
  • Se promener dans le parc de Bercy (et aller à la Maison du Jardinage qui propose parfois des expositions et des ateliers).
Maison du Jardinage du parc de Bercy

Publié dans Châteaux, musées, monuments

S’essayer au modelage au musée Bourdelle (75)

Qui était Antoine Bourdelle ?

Antoine Bourdelle

Ce futur sculpteur est né à Montauban en 1861. C’est auprès de son père menuisier qu’il apprend la sculpture sur bois. Il poursuit ensuite son parcours artistique en intégrant l’Ecole des Beaux Arts de Toulouse puis de Paris en 1884. C’est en 1885 qu’il installe son atelier impasse du Maine, où se trouve le musée actuel. En 1893, il est engagé par Rodin ce qui lui permet d’améliorer sa pratique et de mieux gagner sa vie en tant que praticien.

Il prend son envol à partir de la fin du XIXème siècle grâce à diverses commandes, notamment la façade du musée Grévin et des monuments aux morts. En 1900, il participe même à l’Exposition Universelle de Paris.

En 1910, c’est son œuvre Héraklès archer, qui le propulse au sommet. Elle sera reproduite de nombreuses fois, jusque dans les cahiers des écoliers ! Cela lui vaut d’être décoré de la Légion d’honneur.

Héraklès archer

En parallèle, il enseigne à Académie de la Grande chaumière et y forme de élèves qui deviendront célèbres comme Giacometti ou Maillol.

Dans les années 1920, il poursuit sa carrière en créant de grandes commandes officielles comme La France en 1925 ou le monument au général Alvéar pour Buenos Aires en 1926 !

Monument au général Alvéar

Antoine Bourdelle meurt en 1929 au Vésinet.

1949 : l’atelier de Bourdelle devient un musée et ouvre ses portes au public.

La visite :

Méconnu, ce petit musée mérite le détour ! Le parcours, entre jardin, maison personnelle, musée, atelier (fermé pour rénovation lors de notre visite) est très agréable. Il permet de découvrir toutes les facettes de cet artiste : ses sculptures bien sûr, mais aussi ses dessins, ses peintures et ses photographies.

Voici quelques œuvres « phares » que vous pourrez observer :

La première victoire d’Hannibal (1885 dans le jardin) : inspirée de l’œuvre de Flaubert qui narre dans Salammbô l’exploit du jeune carthaginois étouffant un aigle.

La première victoire d’Hannibal

La Vierge et l’Offrande (1919) : elle fut commandée par un industriel alsacien. Bourdelle prit pour modèle sa seconde épouse, Cléopâtre (une jeune élève grecque) et leur fille, Rhodia.

Héraklès archer : La scène évoque le moment où le demi-dieu extermine les oiseaux du lac Stymphale. Le dessin simplifié et strict de la tête prouve l’évolution du style de Bourdelle, moins académique. Une copie se trouve sur une place de Toulouse.

La France (1925) : cette œuvre est aussi visible sur le parvis du Musée d’art moderne de Paris.

Les activités :

  • L’atelier modelage. Après une visite contée, l’expérience se poursuit par un atelier modelage en argile sur le thème de la visite. Les enfants seront ravis de repartir chez eux avec ce petit souvenir fait de leurs propres mains ! Durée : 1h30. A partir de 4 ans. Tarifs : 7 € (plein tarif), 5 € (tarif réduit).
  • Visite contée (ex sur le thème de la mythologie). Durée : 1h30, à partir de 6 ans. Tarifs : 7 € (plein tarif), 5 € (tarif réduit).

Infos pratiques :

  • Adresse : Musée Bourdelle :  18, rue Antoine Bourdelle, Paris 15è. Tél : 01 49 54 73 73
  • Accès : Lignes 4, 6, 12, 13 : Montparnasse – Bienvenüe (sortie 2 – Place Bienvenüe)
    Ligne 12 : Falguière
  • Ouverture : Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h – dernière entrée 17h40. Fermé le lundi et certains jours fériés. En 2022, le musée sera fermé le 1er mai et le 25 décembre. Fermé le lundi.
  • Tarifs :
  • Collection permanente : gratuit
  • Activités culturelles :

Tarifs des visites-conférences, visites-découvertes, visites-animations, conférences et contes :Plein tarif : 7 €, Tarif réduit : 5 €

Tarifs des ateliers, parcours, visites-promenades, conférences et contes hors les murs : 
Plein tarif : 10 €, Tarif réduit : 8 €.

Que faire autour ?

  • Monter tout en haut de la Tour Montparnasse (cf notre article : « Paris vu du ciel… à l’Observatoire de la Tour Montparnasse »)
  • Se faire une toile dans l’un des nombreux cinémas du quartier
  • Musée de la Poste : 34 bd de Vaugirard, 75015 Paris.
  • Musée de la Libération de Paris/ Musée du général Leclerc/ Musée Jean Moulin : 4 Av. du Colonel Henri Rol-Tanguy, 75014 Paris
  • Se recueillir sur tombe de Bourdelle au cimetière du Montparnasse

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Se faire flasher au musée français de la photographie (91)

Le musée:

Avec plus d’un million de clichés et 25 000 objets, le musée de Bièvres comporte un des fonds les plus importants dédié à la photographie de notre pays ! Il est né dans les années 1960 à l’initiative de Jean et André Fage. Aujourd’hui, le musée est géré et animé par le département de l’Essonne. Depuis 2014, des expositions temporaires permettent de faire tourner les photographies et le matériel afin de mieux les préserver.

Des appareils photographiques, du matériel de laboratoire, des images de professionnels, d’artistes ou d’amateurs, des documents anciens, des affiches publicitaires vous feront découvrir le thème du portrait sous toutes ses formes.

Une exposition dans le parc complète aussi la visite.

Les activités :

Nous avons testé « Enquête au musée » et ce fut une excellente expérience !

Le laboratoire

Le concept : à partir de photographies anciennes et d’appareils photos de différentes époques, il faut résoudre une énigme laissée par une grand-mère à l’attention de sa petite-fille. Au fil des épreuves (codes à décrypter, puzzles etc.) on découvre le fonds du musée et surtout des techniques photographiques telles que le light painting. Le must : le passage dans le labo photo pour développer notre propre cliché en noir et blanc ! Tarif : 5 euros/ personne. Pensez à réserver ! musee.photo91@cd-essonne.fr  Tel : 01 69 35 16 50.

D’autres manifestations ou ateliers jalonnent l’année (Nuit des musées, histoire de la photographie, prise de vues…).

L’avis des filles :

Chloé: « Le musée est très intéressant car on découvre plusieurs techniques de photo. L’enquête était très bien car on pouvait manipuler des objets et des anciennes cartes postales donc c’était concret. Dans le labo, le fait d’être dans le noir avec la lumière rouge donnait l’impression d’être sur un plateau de tournage de film! J’ai appris comment développer une photo comme à l’époque de Maman. En plus, nous sommes repartis avec un souvenir! »

Margaux: : « L’enquête permettait d’aller dans plusieurs lieux du musée, à l’intérieur et à l’extérieur. Les deux ateliers étaient très intéressants et rajoutaient du rythme à l’histoire. J’ai surtout apprécié les techniques du développement de la photo en noir et blanc. Le light painting m’a donné envie d’en refaire et de le faire découvrir à d’autres ! Une sortie pleine de bonnes surprises ! ».

Infos pratiques :

  • Horaires : ouvert du mercredi au dimanche (sauf les jours fériés) de 13h30 à 17h30.
  • Tarifs : Entrée gratuite. Livret-découverte pour les plus jeunes disponible gratuitement à l’accueil du musée.
  • Accès : RER C direction Versailles-Chantier, descendre à Bièvres, emprunter le bus 15 jusqu’à l’arrêt Cholette. RER B direction Saint-Rémy-les-Chevreuse, descendre à Massy-Palaiseau.  Correspondance pour Bièvres par le RER C. Emprunter le bus 15 jusqu’à l’arrêt Cholette. 

Que faire autour ?

  • Prendre le goûter dans une librairie ! La vue sur la vallée depuis la terrasse est imprenable! Mille feuilles: 28 rue de l’église, 91570 Bièvres.
  • Faire du shopping à « Blaise aime les fraises », un concept store pour les kids, 13 rue de Paris
  • Participer à un atelier créatif à « L’atelier d’Archibald ». 21 rue de Paris, 91570 Bièvres.
  • Visiter le château des Roches. La banquier Bertin y recevait souvent des écrivains dont Victor Hugo. Maison littéraire Victor Hugo, 45 rue de Vauboyen, 91570 Bièvres.
  • Se balader le long de la Bièvre.
  • Se défouler dans le parc de Louis Ratel.

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Plonger dans l’histoire de Paris au Musée Carnavalet (75)

C’est le plus ancien musée de la ville de Paris ! Il ouvre en 1880, au cœur du Marais.

Un lieu chargé d’histoire :

En entrant par la rue de Sévigné, le visiteur découvre l’hôtel particulier des Ligneris (président du Parlement de Paris), un des rares témoins de l’architecture de la Renaissance,avec le Louvre. Au XVII ème siècle, il est vendu à l’épouse du chevalier Kernevenoy, surnommé « Carnavalet ». Ce nom déformé est ensuite resté dans la postérité. A partir de 1660 Mansart rajoute deux ailes au bâtiment initial. En 1677 la marquise de Sévigné s’y installe pendant 17 ans, trouvant enfin une demeure à sa convenance : « un bel air, une belle cour, un beau jardin, un beau quartier ». La ville de Paris racheta l’hôtel en 1866 pour en faire son musée et changea le nom de la rue en « rue de Sévigné ».

Portrait de Madame de Sévigné

La collection permanente :

C’est un musée immense ! Il contient plus de 625 000 œuvres de la Préhistoire à nos jours. Des peintures, des sculptures, des photos, des boiseries, des décors… Ces objets sont « authentiques », ont du vécu. On peut y voir notamment la montre d’Emile Zola ou des objets personnels de Marcel Proust.

La visite débute par la salle des enseignes. Il y en a des grandes, des petites, en fer forgé, en bois, en couleurs, des dorées… Un surprenant et très beau décor, témoignage de toute une galerie des métiers.

Le sous-sol est consacré à la période de la Préhistoire, de l’Antiquité et du Moyen-âge. Une pirogue de 5 mètres de long, des pièces en or et bien d’autres choses ont été retrouvées lors des travaux de Bercy à la fin du XXe siècle. L’occasion d’en savoir plus sur le peuple des Parisii ! Les Romains s’installent au Ier siècle avant JC, apportent leur civilisation, sans détruire celle des Gaulois : un plan de la ville en damier, des thermes et un amphithéâtre, c’est le début de « Lutèce ». Au IVe siècle, au moment où la ville se déplace à l’intérieur des remparts de l’île de la Cité, elle prend le nom de « Paris ».

Les XVIIIe et XVIIIe siècle : les salles de cet étage font partie de l’histoire du musée depuis sa création. Plusieurs décors ont été remontés à l’identique et témoignent de la décoration intérieure de riches hôtels particuliers parisiens. Les loisirs de l’époque sont bien mis en scène : la musique, les jeux de société, discuter…

Connaissez-vous les « folies » ? Ce sont des maisons de campagne construites par de riches Parisiens autour de la capitale. Elles disposaient souvent d’un grand jardin avec un cours d’eau, des ponts et des attractions. Parfois, elles étaient même ouvertes au public certains jours.

Salon Demarteau

Le musée est très grand et nécessite plusieurs heures de visite si l’on veut bien en profiter. Le plus simple est peut-être de cibler une période de l’histoire de Paris et d’y retourner pour voir la suite !

Pour les kids :

  • Le « parcours à hauteur d’enfant » offre un étiquetage visible par les plus petits et reformulé.
  • De nombreux dispositifs numériques (qui proposent des films d’animation, des petits jeux…) jalonnent le parcours.
  • L’application « musée Carnavalet », téléchargeable gratuitement, possède des commentaires adaptés aux enfants
  • Des formules spécialement pensées pour les enfants existent comme des contes, des visites-ateliers (ex « les enfants de Paris »).

Infos pratiques :

  • Accès :

23 rue de Sévigné 75003 Paris Tél : 01 44 59 58 58 https://www.carnavalet.paris.fr/

Transports: Métro ligne 1 : Arrêt Saint-Paul, ligne 5 : Arrêt Bréguet Sabin, ligne 7 : Arrêt Pont-Marie, ligne 8 : Arrêt Chemin Vert.

  • Horaires : Le musée est ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
  • Tarifs : Les collections permanentes du musée sont gratuites et en accès libre, sans réservation. 

Que faire autour ?

  • Se manger un gâteau au salon de thé Le loir dans la Théière. Un esprit brocante dans un univers à la déco colorée! 3 rue des Rosiers, 75004 Paris.

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Visiter un musée « qui change votre regard sur la banlieue » (Fresnes, 94)

Cet écomusée créé en 1979 s’intéresse aux thèmes de la vie quotidienne sous l’angle des populations locales. Il travaille ainsi en étroite collaboration avec les habitants du Val-de-Bièvre en collectant leurs témoignages et parfois des objets afin de proposer des expositions au plus près des gens. Les thèmes sont aussi variés que l’urbanisation, la télévision, le travail, la condition féminine…

La ferme de Cottinville

L’exposition « la ville en partage »

Elle aborde la question des nouvelles formes d’implication citoyenne dans la fabrique de la ville, comment les habitants, les élus et les experts (architectes, urbanistes, des paysagistes…) coopèrent et confrontent leurs points de vue.

Des maquettes, des plans, des vidéos, des photographies présentent de manière très concrète différents projets du territoire du Grand-Orly-Seine-Bièvre. Par exemple, l’évolution du site d’Ivry-sur-Seine où une centrale thermique à charbon était en service depuis les années 1960. Le lieu géré par EDF a fermé en 2015 et, en attendant la construction de l’une des gares du Grand Paris Express, a vu s’implanter un projet artistique de 2018 à 2020.

Pour les kids :

 Pendant les vacances de Toussaint une chasse au trésor est proposée aux enfants de 7 à 12 ans (jusqu’au 7 novembre 2022). Un livret-jeu est distribué à l’entrée et c’est parti pour une découverte ludique de l’expo ! Un petit cadeau sera même donné à ceux qui réussiront à ouvrir le coffre ! Réservation obligatoire et gratuite sur exploreparis.com Durée de l’activité : entre ¾ d’heure et 1heure.

Expo « la ville en partage » jusqu’au 6 mars 2022

L’avis des filles :

  • Chloé : « La chasse au trésor était une bonne idée car il y avait des jeux à faire et on apprenait des choses en même temps. Chaque épreuve portait sur une ville avec un nouveau projet. Les jeux du livret étaient bien faits car ils étaient tous différents. J’ai trouvé très intéressant de construire sa propre ville car on peut ainsi se mettre à la place des habitants. Le cadeau était très bien ! »
  • Margaux : « C’était original de faire une chasse au trésor dans un musée. Le thème permettait d’« arpenter » des villes à côté de chez nous. A chaque îlot, on découvrait un nouveau quartier et des petits jeux associés. L’idée de construire sa propre ville était intéressante. Il y a même des coloriages pour les plus jeunes ! »

Infos pratiques :

  • Ouverture :

Mercredi et samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h.
Mardi, jeudi, vendredi, dimanche et jours fériés de 14h à 18h.

Ouvert les jours fériés sauf les 1er janvier, 1er mai, 25 décembre.
Fermeture annuelle en août.

  • Tarifs : entrée gratuite.
  • Accès :

Ecomusée du Val-de-Bièvre   Ferme de Cottinville    41, rue Maurice Ténine – 94260 Fresnes

Tel: 01-41-24-32-24

RER B arrêt Croix de Berny : TVM arrêt Montjean

RER B arrêt Antony : bus 286 arrêt Mairie de Fresnes

M° Porte d’Orléans : bus 187 arrêt Mairie de Fresnes

Porte d’Italie : bus 184 arrêt Mairie de Fresnes

Que faire autour ?

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Fabriquer sa médaille à la Monnaie de Paris (75)

La Monnaie de Paris est la plus ancienne usine de la capitale. Elle est installée sur le quai Conti depuis 1775 ! C’est ici que plus de 150 artisans fabriquent des pièces, des médailles, des objets d’art (plus de 300 000 objets par an !) mais pas les pièces de notre porte-monnaie qui elles sont fabriquées en Gironde.

Le musée :

Lors de la visite, on peut voir à travers des vitres différents corps de métiers et des artisans en train de travailler : le fondeur, le ciseleur, le graveur, l’émailleur etc…  On entre ensuite dans un espace sombre, comme dans une mine, pour mieux observer les différents minerais qui constituent nos pièces, notamment l’or, le cuivre, l’étain ou le nickel. Un peu plus loin, une grande salle présente l’évolution des techniques de frappe. On a pu tester la frappe au marteau qui était en place jusqu’au XVIe siècle. Le balancier puis la presse (à levier, à vapeur ou électronique aujourd’hui) remplacent peu à peu cette technique permettant une production plus régulière et plus importante.

Atelier Fabrique ta médaille !

Après une rapide visite du musée, place à la pratique pour reproduire les gestes du professionnel : dessin, estampage, gravure… On commence par crayonner sur du papier calque puis on reproduit l’image sur de la cire et enfin on place de la pâte à modeler sur celle-ci pour reproduire l’effet de la médaille. On repart avec son œuvre dans un bel écrin de la Monnaie de Paris, un beau souvenir et une belle expérience en famille !

A partir de 7 ans. Durée : 2 heures (½ de visite et 1h30 d’atelier). Tarif : 12€ par personne (incluant la visite du musée). A réserver en ligne sur le site : https://www.monnaiedeparis.fr/fr/activites-et-visites/activite-fabrique-ta-medaille

L’avis des filles :

Margaux :

« La visite était intéressante et ludique car on pouvait manipuler à certains endroits. L’atelier était très bien ! »

Chloé :

« Tous les jours, on voit des pièces de monnaie sans savoir d’où elles viennent. Dans ce musée, on découvre leurs matériaux et leur fabrication. J’ai aussi appris qu’on créait des médailles au même endroit. Le musée est magnifique, bien fait. J’aurais aimé que la visite dure plus longtemps. Grâce à l’atelier et aux différents outils mis à notre disposition, j’ai découvert la difficulté du métier et les différentes techniques de l’artisan. C’est amusant de repartir avec notre propre médaille et cela complète bien la visite ! »

Infos pratiques :

Adresse : 11 quai Conti 75006. Tél : 01 40 46 56 66

Boutique Monnaie de Paris : 2bis, rue Guénégaud, 75006 PARIS

Accès : MÉTRO : Pont Neuf (ligne 7), Odéon (ligne 4 et 10), Saint-Michel (ligne 4)

RER : Châtelet (RER A et B), Saint-Michel Notre-Dame (RER B et C).

BATOBUS : station Pont des Arts

  • En voiture : Parcs de stationnement aux environs :
    • Parking Harlay Pont Neuf : quai des Orfèvres, 75001 PARIS
    • Zenpark Saint-Michel : 4, rue des Grands Augustins, 75006 PARIS
    • Parking Mazarine : 27, rue Mazarine, 75006 PARIS
    • Parking Q-Park Rivoli Pont Neuf : 2, rue Boucher, 75001 PARIS

Horaires d’ouverture du musée: du mardi au dimanche de 11h à 18h. Nocturne tous les mercredis jusqu’à 21h. 

Horaires d’ouverture de la boutique : du mardi au dimanche de 11h à 19h. Nocturne tous les mercredis jusqu’à 21h.

Tarifs :

Tarif Plein : 12€, Tarif jeunes -26 ans: gratuit,  Premier dimanche du mois : gratuit

En complément :

  • Faites un tour à la boutique, en ce moment, il y a plein d’objets dérivés Harry Potter !
  • Flanez le long des quais pour fouiller dans les stands des bouquinistes
  • Prenez le goûter sous le pont Neuf et profitez du spectacle des bateaux sur la Seine

Publié dans Châteaux, musées, monuments, Restaurants, hébergements

Au Musée de Montmartre, en compagnie de Valadon, Utrillo et Renoir

C’est « certainement le musée le plus charmant de Paris »et il mérite bien son surnom ! Caché au sommet de la butte et souvent méconnu du grand public, il vaut vraiment le détour !

On plante le décor : des maisons typiques du vieux Paris, des toits en ardoise, la vue sur les vignes et les jardins bucoliques. Pas étonnant que de célèbres peintres s’en soient inspirés !

Alors, partons sur les pas d’Auguste Renoir, Raoul Dufy, Suzanne Valadon et Maurice Utrillo !

La visite

La visite débute à l’étage, dans l’atelier-appartement reconstitué de Suzanne Valadon. En 1912, elle s’installe au 12 rue Cortot avec son fils Maurice Utrillo et André Utter. Suzanne Valadon a été tout d’abord une acrobate de cirque puis modèle pour des artistes dont Renoir et Toulouse-Lautrec qui furent ses amants. A leurs côtés, elle apprit les techniques du dessin et de la peinture qu’elle put mettre à profit dans ses propres œuvres. Protégée de Degas, il fut le premier à lui acheter une œuvre.  En 1894, elle devint la première femme à rentrer à la Société nationale des beaux-arts.

Son fils, Maurice Utrillo est né à Montmartre mais sombre progressivement dans l’alcool ce qui le plonge parfois dans la démence. Il devient néanmoins célèbre grâce à ses toiles de paysages dans les années 1920.  

En image: portrait de Maurice Utrillo peint par Suzanne Valadon en 1921

French cancan par Louis Icart (1888-1950)

De l’autre côté du jardin se tient l’exposition permanente. Elle permet de découvrir l’histoire du quartier à travers son paysage qui a connu beaucoup d’évolutions.  Jadis, une trentaine de moulins recouvraient la colline mais à la fin du XIXe siècle, l’extension de la vigne, l’expansion urbaine et le développement industriel provoquèrent petit à petit leur disparition.  A cette date, seuls le Moulin Radet et le Blute Fin avaient été préservés. Un meunier les rapprocha et y ajouta une guinguette et un bal. La période des cabarets et des ateliers était lancée ! Leur effervescence est illustrée à travers des affiches, dessins ou tableaux d’artistes tels que Toulouse-Lautrec ou Modigliani.

Pour manger un bout :

Quel délice de s’attabler au Café Renoir ! Aussi agréable l’hiver sous la véranda qu’en été dehors dans le jardin… Idéal pour une pause déjeuner ou pour un goûter gourmand. Le Café Renoir est ouvert du mercredi au dimanche de 11h30 à 17h.

Pour profiter du calme du jardin

Le jardin est charmant, rien à voir avec le tumulte de la place du Tertre ! On se laissera tenter par un petit tour de balançoire, en pensant à Renoir qui l’avait peinte quand il vécut à cette adresse de 1875 à 1877.

Pour participer à un atelier (enfant) :

Des ateliers de peinture, de sculpture, de dessin qui s’inspirent des artistes représentés au musée sont proposés aux enfants (1h30). Voir la liste en cliquant sur «expositions et événements » du site https://museedemontmartre.fr/expositions-et-evenements/

Infos pratiques :

Tarifs :

En visite libre : Plein tarif : 13 euros, Jeunes (10-17 ans) : 7 euros, moins de 10 ans : gratuit.

Jardins seuls : 5 euros.

Audioguide gratuit

Visite atelier jeune public : 9,5 euros par enfant.

Accès :

12, rue Cortot, 75018 Paris. Métro: Lamarck-Caulaincourt ou Anvers (puis funiculaire de Montmartre). tel : 01-49-25-89-39

Pour prolonger votre visite :  Lisez notre article sur le quartier de Montmartre https://wordpress.com/post/sortiespourenfantsiledefrance.fr/1182

Publié dans Châteaux, musées, monuments, Plein air

Sur les pas du peintre Caillebotte à Yerres (91)

Qui était Gustave Caillebotte ?

Un homme aux multiples facettes. De nos jours, on connaît surtout son talent de peintre qui a su aborder des thématiques nouvelles pour l’époque, telles que la ville moderne et le travail des hommes, notamment dans ses œuvres Les raboteurs de parquet ou Le Pont de l’Europe. Mais c’était aussi un grand mécène, un philatéliste, un passionné de régate et d’horticulture. A la fin de sa vie, il fut même architecte naval et gagna souvent des courses de bateau. A sa mort et selon ses dernières volontés, toute son œuvre fut léguée à l’Etat. Elle est visible en grande partie au musée d’Orsay.

La maison de Caillebotte :

La maison que l’on visite aujourd’hui fut acquise par le père du peintre en 1860 pour en faire une résidence d’été non loin de Paris. Gustave a alors 12 ans. Son architecture d’inspiration italienne lui vaut le surnom de « casin» (du substantif « casino » « petite maison » en italien). Gustave y fit des peintures de 1874 à 1879 date à laquelle elle fut vendue. Il y reçut de nombreux amis artistes dont le peintre Monet.

La visite permet d’imaginer dans quel univers le peintre a vécu puisqu’elle a été réaménagée avec des meubles et une décoration d’époque.

le boudoir

Pour les kids : téléchargez la plaquette pour enfants qui présente la famille Caillebotte et la propriété. http://www.proprietecaillebotte.fr/infos-caillebotte/infos-pratiques-460.html

la chambre familiale de style Napoléon III

Il est possible aussi de louer une tablette numérique à l’entrée (billet d’entrée + 5 euros + carte d’identité). Elle permet d’entendre les commentaires. Sinon, sachez qu’il y a déjà pas mal de panneaux explicatifs à l’intérieur qui racontent globalement la même chose.

Le parc et ses fabriques :

le kiosque et la glaciaire

A l’origine, la propriété était immense : 11 hectares, comprenant des champs et des pâturages. Dans ce parc à l’anglaise, on découvre encore des « fabriques », des constructions pittoresques qui décorent le jardin, très à la mode au XIX e siècle et typiques du mouvement romantique! L’orangerie par exemple, qui servait à l’hivernage des orangers et qui accueille dorénavant des expositions.

Le potager :

Gustave Caillebotte peignait souvent dans son potager. La serre d’origine est toujours là !  Elle est maintenant gérée par une association qui l’ouvre de temps en temps au public :

Horaires d’été du potager : Samedi, ouverture à 15h et à 16h au départ de la Maison Caillebotte. Dimanche, ouverture en continu de 15h à 17h30.

Faire un tour en barque :

Le peintre Caillebotte adorait canoter sur l’Yerres. Pourquoi ne pas faire comme lui aux beaux jours ? Tarifs des locations : barque : 5 € la ½ heure ; 9€ l’heure. Canoë : 4 € la ½ heure ; 7 € l’heure. Septembre :week-end de 15h à 18h. Attention, pensez à votre carte d’identité ou à apporter un chèque de caution avant d’embarquer ! Pas de paiement en carte bleue !

Se restaurer à l’Orée du parc :

Le « chalet suisse » (qui est en fait l’ancienne laiterie), abrite aujourd’hui le salon de thé et restaurant du domaine. Téléphone : 01 69 45 47 78. Sympa pour une pause goûter !

Infos pratiques :

  • La Maison : Horaires d’avril à octobre : les après-midis de mardi à dimanche. Tarifs : 8 euros plein tarif, 5 euros tarif réduit (étudiant, pass education, demandeur d’emploi), 3 euros : tarif yerrois, gratuit pour les moins de 16 ans.
  • L’appli « Propriété Caillebotte » : elle est gratuite et donne des renseignements sur le peintre, la propriété, permet de comparer ses œuvres avec les paysages actuels…
  • Le parc : tous les jours (gratuit). Il y a aussi des jeux pour enfants comme tout parc qui se respecte!
  • Accès : 8 rue de Concy, 91330 Yerres, Tel : 01-80-37-20-61

Que visiter sur le même thème?

  • Le musée d’Orsay pour voir « en vrai » les œuvres de Caillebotte.
  • La propriété du peintre Claude Monet à Giverny qui, comme Gustave Caillebotte, était passionné d’horticulture. Découvrez notre article «Voir les nymphéa en vrai à Giverny» en cliquant sur ce lien: https://sortiespourenfantsiledefrance.fr/?s=giverny

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Faire des grimaces au musée d’Orsay (75)

Le zoom historique :

Le site initial était une gare, inaugurée en 1900  lors de l’Exposition universelle. Elle desservait tout le sud-ouest de la France. Mais  avec des trains de plus en plus longs et l’électrification progressive des lignes de chemins de fer, les quais sont vite devenus trop courts et la gare fut abandonnée en 1939 seulement… Plus tard, elle servit de centre d’accueil des prisonniers à la Libération. En 1986 le musée ouvrit ses portes. C’est actuellement l’un des plus grands d’Europe. Il abrite  environ 4000 œuvres en permanence, caractéristiques de la période 1848-1914. Plus de 3 millions de visiteurs s’y pressent chaque année…

Le concept :

Les filles ont pu découvrir ce haut lieu de l’art du XIX e siècle. Comme le musée est vaste et que c’était  leur première visite, l’immersion s’est faite grâce à un atelier. Le principe : un créneau de 2 heures avec tout d’abord une visite guidée de ¾ d’heure dans les allées du musée sur le thème du jour (pour elles, « faire la grimace » avec notamment des caricatures de Daumier) puis dans une salle attenante, un atelier manuel d’une heure et quart. Pour ce sujet, des dessins étaient disposés pour éventuellement inspirer les enfants en complément de la visite. La première étape fut le dessin de la caricature puis dans un second temps, le modelage.

L’avis des filles :

Margaux : « A l’entrée, en haut de escaliers, il y a des sortes de jumelles qui permettent de « voir » comment était le musée du temps où c’était encore une gare. Il y a des commentaires audio et des bruits de fond tels que le tic-tac de l’horloge, le bruit des trains à vapeur… On comprend donc  bien toute l’agitation de la gare à l’époque».

Chloé : « J’ai trouvé cela étonnant que le musée se situe dans une ancienne gare. Les statues étaient très belles ainsi que le bâtiment. L’activité manuelle était très bien ».

En complément :

Le site internet du musée d’Orsay dédié aux plus jeunes : www. petitsmo.fr

Il présente de courtes biographies d’artistes présents à Orsay, leurs œuvres mais aussi une grande frise  pour avoir quelques repères chrono et des idées de parcours dans le musée à faire avec les plus jeunes (ex : « petites et grosses bêtes », « portraits de famille » …).

Infos pratiques :

  • Pour réserver une visite-atelier : Connectez-vous au site internet du musée d’Orsay (https://www.musee-orsay.fr/fr)  puis cliquez sur la catégorie « en famille ». Durée : 2h en tout (3/4 de visite et 1h15 d’atelier pratique).
  • Tarifs: atelier= 7 euros par enfant (sinon, entrée gratuite pour les moins de 18 ans ainsi que pour les détenteurs du pass education). Entrée gratuite pour les moins de 18 ans. Adultes: 14 euros (ou 11 euros si vous accompagnez un jeune de moins de 18 ans = billet « Enfant et compagnie »).
  • Accès: Musée d’Orsay 1 rue de la Légion d’Honneur 75007 Paris . Tel: 01-40-49-48-14 . Métro : ligne 12, station Solférino. RER : ligne C, station Musée d’Orsay. Parkings du carrousel du Louvre et Bac Montalembert
  • Horaires d’ouverture: Ouverture de 9h30 à 18h le mardi, le mercredi, le vendredi, le samedi et le dimanche de 9h30 à 21h45 le jeudi. Fermeture tous les lundis et les 1er mai et 25 décembre.

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Croiser des stars au Musée Grévin (75)

Un vieux souvenir d’enfance… après une trentaine d’années écoulées, il fallait y retourner !

Un brin désuet, il a néanmoins gardé son charme du passé : son escalier de marbre de 1900, son théâtre et son « Palais des mirages » même s’il m’avait laissé un meilleur souvenir dans mon enfance (un peu longuet et un brin vintage le son et lumières…).

On côtoie toujours le temps d’une photo toute une galerie de personnages : des chanteurs (Aznavour et Hallyday), des humoristes (les Vamps), des acteurs (Luchini), des sportifs (Camille Lacour) et des personnages historiques (quelques rois de France) mais aussi de nouveaux venus : des cuisiniers (Anne-Sophie Pic, Pierre Hermé), des chefs d’Etat (Trump), un champion du monde (Mbappé) etc…

On sent que le musée essaye de se dépoussiérer en intégrant des personnages connus des plus jeunes (Le Petit Prince et Chat noir..) et même le plateau TV de The Voice. Ce sera donc à vous de vous installer dans les fauteuils et de voter !

La fin du parcours est plus lugubre, voire effrayante pour les plus jeunes (la transition après The Voice n’est donc pas parfaite) : inquisition, torture nous accompagnent vers la sortie…

Anecdotes :

  • Le palais des mirages est un son et lumières créé pour l’Exposition Universelle de 1900.
  • Deux fois par an, une commission propose une dizaine de nouveaux venus. Les personnalités doivent se rendre à 6 rendez-vous (les stars étrangères valident souvent leur évolution sur photographie).
  • Quant à la baignoire de Marat c’est celle où il a vraiment perdu la vie !

Infos pratiques:

  • Adresse : 10 Boulevard Montmartre, 75009 Paris. Tel : 01 47 70 85 05. Du lundi au samedi de 9h à 17h. Métros : Grands Boulevards/Bourse. Parkings indigo: 31B Rue Vivienne et parking Chauchat Drouot.
  • Tarifs : Formule « famille (4 personnes avec 2 adultes maximum) à partir de 17 euros par personne. Nombreuses autres formules sur internet  (https://www.grevin-paris.com/preparez-votre-visite)
  • Livret enfants (12 pages) avec des questions sur les personnalités et des informations sur la fabrication des personnages: 1euro à la caisse  ou à acheter lors de la commande sur internet. Livret adulte avec des anecdotes : 48 pages, 2 euros.
Le petit Prince de Saint-Exupéry

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Déguster du cacao à Choco Story Paris (75)

Un petit creux ? Envie d’allier découverte et gourmandise ? Alors, direction Choco Story, dans le 10 e arrondissement de Paris.

L’exposition permanente:

Un parcours-découverte historique vous présente avec des objets d’époque et des reconstitutions, l’histoire de cette douceur, depuis la fève de cacao, en passant par les civilisations pré-colombiennes et les voyages de grandes découvertes des Européens. Le cacao arrive ainsi peu à peu en Europe et séduit les cours royales, la grande bourgeoisie et enfin, le  grand public.

A la fin de l’exposition, c’est la cuisine qui s’affiche avec les ustensiles et la vaisselle caractéristiques de cette boisson.

La pratique:

L’autre intérêt du lieu : la pratique et la dégustation ! Des vidéo interactives montrent des chocolatiers qui présentent leurs techniques. En prime : des distributeurs de chocolat sont dispersés partout dans le musée! Afin de comparer et d’éduquer son palais, on peut donc goûter les trois variantes : noir, au lait et blanc  (mais aussi aztèque et espagnole)!

Le site offre aussi la possibilité de participer  à des ateliers-notamment à Noël et à Pâques- pour confectionner vos propres chocolats !

Pour les kids:

  • Un livret-jeu est distribué pour les moins de 12 ans
  • Ils y trouveront des questions, des points à relier… Pour les plus petits, des indices sont cachés dans des vitrines Playmobil. S’ils les trouve tous, ils recevront une petite surprise à la fin de la visite!
  • Fêter son anniversaire en participant à un atelier avec ses copains (forfait 450 euros: 10 enfants et 2 adultes).

Infos pratiques:

  • Adresse: 28 boulevard Bonne Nouvelle, 75010 Paris. Tel : 01-42-29-68-60. Métro: Bonne Nouvelle ou Strasbourg-Saint-Denis.
  • Ouverture: du mercredi au dimanche de 10h00 à 18h00.
  • Tarifs : 12 euros (adultes), 8,5 euros (enfants de 6 ans à 12 ans). Gratuit pour les moins de 6 ans. Durée de la visite : environ 1h30. Un livret-jeu pour les moins de 12 ans est distribué à l’accueil. Combiné visite + atelier de 45 minutes: 35 euros (durée: 45 minutes).

www.museeduchocolat.fr

Que faire à proximité?

  • Le Grand Rex
  • Les grands magasins
  • L’Opéra Garnier (voir l’article: « Faire des entrechats à l’Opéra Garnier »)

Publié dans Châteaux, musées, monuments, Un peu plus loin...

Apprendre la calligraphie à l’Atelier-Musée de l’Imprimerie (AMI)

C’est à un couple d’imprimeurs passionnés que l’on doit la création de ce musée à l’automne 2018 aux portes de l’Essonne. Il retrace l’histoire de l’imprimerie du XVè siècle à nos jours.

Des machines exceptionnelles jalonnent le parcours en commençant bien sûr par la reconstitution de celle que Gutenberg a utilisée à Mayence pour imprimer la Bible. On croise aussi la presse rotative Marinoni dont un exemplaire se trouvait au pied de la Tour Eiffel lors de son inauguration en 1889. Si vous êtes accompagnés d’un guide, celui-ci actionnera parfois certaines de ces grosses machines, impressionnant !

Ce lieu fait aussi la part belle au livre et surtout à la BD (il possède d’ailleurs un exemplaire de la  plus vieille BD de France).

Mais ce que les enfants apprécieront les plus ce sont les ateliers (accessibles aux adultes aussi). Il est préférable de les réserver en avance par téléphone. Les filles ont pu en tester trois : la calligraphie, la fabrication du papier et celle du « marbrage » de papier (magnifique !). En plus elles sont reparties avec ces bons souvenirs, de quoi faire de magnifiques papiers-cadeaux ou reliures de livres ! Le musée est aussi très pédagogique grâce à ses audioguides, à ses panneaux interactifs etc.

– Prévoir 2 heures pour bien tout visiter et tester les ateliers. Possibilité de pique-niquer à l’intérieur ou à l’extérieur (1 table).

Infos pratiques :

Adresse : 70, avenue du Général Patton, 45330 Malesherbes.

Horaires : De septembre à juin: du mardi au vendredi : 9 h–17 h 30, samedi : 14 h–17 h 30, dimanche : 10 h–17 h 30, Fermé le lundi (visite de groupe possible sur réservation). Fermé le 25 décembre – 1er Janvier – 1er mai. De Juillet et août : du mardi au vendredi : 10 h–18 h 30, samedi : 14 h–18 h 30, dimanche : 10 h–18 h 30, Fermé le lundi (visite de groupe possible sur réservation).

Tarifs : Tarifs Entrée : adultes : 8 €,Enfants et jeunes (6-18 ans) : 4 €,Étudiants, demandeurs d’emploi, bénéficiaires RSA : 4 €,Forfait famille nombreuse : 20 €. Audioguide compris dans le prix.

Tarifs Entrée + visite guidée :Groupes adultes : 12 €/personne, Entrée + visite guidée + animation, Groupe adultes : 15 €/pers. Groupe scolaire et périscolaire : 4 €/pers.

Plus d’infos sur http://a-mi.fr/

A voir ou à faire à proximité:

  • Château de Rouillé (à Malesherbes)
  • Cueillette de Torfou (91730)
  • Ile de Loisirs d’Etampes (91).