Publié dans Châteaux, musées, monuments, Plein air

Déambuler dans un « jardin d’eau » à Courances (91)

Dans ce domaine de 35 hectares de jardins, vous découvrirez des arbres bicentenaires, de nombreuses pièces d’eau et un joli jardin japonais.

Le parc :

Le nom de Courances tient de l’expression « eaux courantes ». Avec son cours d’eau- l’Ecole-, ses 14 sources et ses 17 pièces d’eau, l’endroit porte bien son nom ! En effet, l’eau est partout dans ce beau domaine : elle est crachée par des « Gueulards », elle coule autour de la Baigneuse, elle fait se refléter le château sur son Miroir… Le lieu était déjà renommé sous le roi Louis XIII qui faisait venir son eau de table d’une fontaine qui se situe dans le parc.

Il mérite donc bien son label « Jardin Remarquable », lui qui allie à la fois le « jardin d’eau de la Renaissance », le jardin à la française du XVIIe siècle avec des lignes rectilignes et géométriques et le jardin japonais.

Quelques incontournables de la promenade :

  • Le Miroir : cette création du XVIIIe siècle contient presque 1 hectare d’eau ! Des algues et des lentilles d’eau prolifèrent pour le plus grand régal de carpes végétariennes importées de Mongolie !

Le MIroir
  • Le Gros platane : labellisé « arbre remarquable » en 2015. Il est surnommé Samuel, en témoignage du propriétaire qui est l’origine de la rénovation du château en 1872, Samuel de Haber. Il fut planté en 1782, en même temps que les platanes de l’Allée d’honneur !
  • Le grand canal :  avec ses 463 mètres de longueur, pas étonnant que le roi Henri IV s’en inspira pour créer celui de Fontainebleau !
  • Le jardin japonais : il est petit mais magnifique et demande beaucoup de travail. Mis à part la tonte de sa pelouse, tout le travail se fait à la main.​​
Le Jardin japonais

En complément :

  • Visitez l’intérieur du château : le Baron Samuel de Haber, riche banquier suisse, l’a racheté en 1872 alors que le bâtiment avait été laissé à l’abandon pendant une quarantaine d’années. Il entreprend alors d’importants travaux de rénovation, rajoutant l’escalier en fer à cheval inspiré du château de Fontainebleau ainsi que la brique rouge en façade. Aujourd’hui, le château est encore privé, et il abrite quatre générations de la famille Ganay. Les visites guidées du château ont lieu toutes les heures à 14h30, 15h30, 16h30 et 17h30 (sauf en juillet et août).
  • Faites une pause goûter à la Foulerie, une bâtisse où l’on foulait le chanvre au XVIIe siècle. Le lieu est romantique et champêtre. Savourez un chocolat chaud et une part d’une délicieuse pâtisserie à la chaleur du poêle. De 14h00 à 18h30 le week-end, durant la saison d’ouverture du parc.

Pour les enfants :

  • Vous trouverez quelques jeux pour enfants dans le parc : balançoires, trapèze, corde…

L’avis des filles :

Chloé : « La sortie était très intéressante, le jardin était très beau et il y avait beaucoup d’eau. L’arbre Samuel était immense ! On peut marcher sur toutes les pelouses. A l’automne, c’est la saison des marrons, j’en ai ramassé plein ! On peut voir beaucoup d’oiseaux car il y a aussi beaucoup de forêts. »

Margaux : « C’est amusant de tomber sur des moutons au milieu du parc et quelques jeux pour se défouler. Le salon de thé est chaleureux et le fondant au chocolat délicieux ! ».

Infos pratiques :

Tél : +33 (0)1 64 98 07 36  www.domainedecourances.com

  • Ouverture : weekends et jours fériés du 3 avril au 1er novembre 2021 de 14h à 18h
  • Tarifs :

Visite du parc : Plein Tarif : 9 €, Tarif réduit (de 7 ans à 18 ans, plus de 65 ans) : 7 €,

Visite du parc + visite guidée du château : Plein Tarif : 12 €, Tarif réduit : 10 €

Gratuit pour les Courançois, les moins de 7 ans, ainsi que pour les personnes en situation de handicap et leur accompagnateur.

Que faire autour ?

  • Passer par la boutique du domaine (adresse : rue du moulin, près de la place de la mairie) qui vend des légumes produits dans le potager du château certifié bio depuis 2015.
  • Visiter la maison de Claude François dans le village d’à côté : 32 rue du Moulin, 91490 Dannemois.
Publié dans Châteaux, musées, monuments

Se faire peur dans les Catacombes de Paris

L’histoire des catacombes de Paris :

Sous l’actuelle place Denfert-Rochereau, on extrayait du calcaire dit « Lutétien ». Il fut exploité de l’Antiquité jusqu’au XXe siècle. Cette pierre a notamment servi à la construction des arènes de Lutèce, des thermes de Cluny ou encore de Notre-Dame de Paris. A la fin du Moyen-âge, l’extraction de la pierre devient souterraine. En 1777, sous le règne de Louis XVI, à la suite de plusieurs effondrements, les carrières sous Paris sont interdites et un service spécial, chargé de leur surveillance, est créé.

Le cimetière des Innocents dans l’actuel quartier des Halles, accueillait depuis le Moyen-âge la majorité des Parisiens. Mais au XVIIIe siècle, il devient saturé et entraîne des accidents sanitaires. En 1785, le conseil d’Etat du roi ordonne sa suppression.

Les autorités parisiennes décident alors d’un projet innovant : l’aménagement d’un ossuaire sous-terrain sous la plaine de Montrouge, dans les anciennes carrières de la Tombe-Issoire. Les premières évacuations ont lieu de 1785 à 1787. Le site est consacré « Ossuaire municipal de Paris » le 7 avril 1786 et s’approprie dès ce moment le terme mythique de « Catacombes », en référence aux catacombes de Rome.

Pendant la révolution française, les catacombes ont provisoirement servi de morgue pour les corps des personnes tuées lors des affrontements. À partir de 1809, les Catacombes deviennent accessibles au public.  Les transferts se poursuivent après la Révolution jusqu’en 1814 et reprennent de nouveau en 1840 lors des travaux d’urbanisme de Louis-Philippe et lors des chantiers haussmanniens de 1859 à 1860.

Les catacombes ont connu d’illustres visiteurs : le comte d’Artois (futur Charles X) en 1787, l’empereur d’Autriche François Ier en 1814, Napoléon III y descend avec son fils en 1860.

La visite :

L’accès aux galeries se fait en empruntant un escalier de 130 marches qui descend à 20 mètres de profondeur. Des couloirs longs et étroits suivent le tracé des rues (des plaques indiquent leur nom). Au bout de plusieurs de minutes de marche, on arrive enfin devant la fameuse expression de Virgile « Arrête, c’est ici l’empire de la mort ! ».

Dans les premiers temps, les ossements ont été jetés pêle-mêle par un ancien puits puis à partir de 1810, le lieu fut aménagé. Les os furent alors disposés de manière décorative avec des crânes et des tibias en façade -les os restants sont cachés derrière. Différentes plaques mentionnant des sentences ou des réflexions sur la fragilité de la vie humaine jalonnent le parcours.

La visite dure environ ¾ d’heure (davantage si vous louez un audioguide). Attention, il est difficile d’accès pour les poussettes et les fauteuils roulants. En bas, il fait frais (14°C) et humide, n’oubliez pas votre petite laine ! Le plus simple est d’opter pour des baskets.

Pensez à réserver à l’avance, le site est souvent plein, du moins le week-end.

L’avis des filles :

  • Margaux : « C’était une sortie très originale!
  • Chloé: « J’ai trouvé que ça faisait un peu peur mais il y a de la lumière donc cela rassure. Il y avait des messages assez effrayants… »

Infos pratiques:

  • Tarifs : Billets achetés en avance : Tarif plein : 29€ (audioguide inclus), Tarif réduit : 27€ (audioguide inclus), Tarif unique enfant (4 à 17 ans) : 5€t. Billets achetés sur place (attention, c’est souvent complet) ou en ligne le jour même : Tarif plein sans audioguide : 14€, Tarif enfant (- de 18 ans) : gratuit, audioguide en option : 5€ .
  • Accès : 1, avenue du Colonel Henri Rol-Tanguy (place Denfert-Rochereau) 
    75014 Paris. RER B, Métro 4 et 6 , bus 38 et 68 (arrêt Denfert-Rochereau), Parc de stationnement payant : 83 bd Saint-Jacques 75014 Paris
  • Horaires :

Du mardi au dimanche de 9h45 à 20h30, fermeture des caisses à 19h30. Les Catacombes sont ouvertes les 14 juillet, 15 août, 1er novembre et 11 novembre. Fermeture les lundis et certains jours fériés : 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Que faire à proximité ?

Publié dans Autres, Châteaux, musées, monuments

Balade au XVIIIe siècle au château de Gillevoisin (91)

Retour sur cette belle immersion dans le siècle des Lumières lors d’une journée exceptionnelle, le 26 septembre 2021 organisée dans le cadre du festival « Entre Juine et Renarde au fil de son histoire ».

Zoom historique sur le château :

La mention la plus ancienne du château date de 1479.  La légende raconte que du balcon du 1er étage, Henri IV, en route pour la conquête de Paris, guetta la venue de Gabrielle d’Estrées.  Jules Armand Stanislas Dufaure, ministre de la justice et président du Conseil en 1870 et 1871, y habita avec sa famille. Ils y séjournaient au printemps et en automne, y organisaient de grandes réceptions et des parties de chasse. A la mi XXe siècle, le château est vendu à un centre médico-éducatif pour des jeunes en situation de handicap qui y reçoivent un enseignement professionnel.

Les animations du 26 septembre 2021:

  • Dès l’arrivée, nous avons été étonnés de découvrir une ferme orientale sous une tente khaïma. Nous avons pu discuter avec les mazaries (fermiers) et caresser leurs adorables chèvres.
  • Les ateliers de la vie quotidienne : à l’atelier de calligraphie, nous avons testé le calame et le cachet de cire. Plus loin, nous avons observé la fabrication de papier et la bourrellerie.
  • Un stand de jeux d’autrefois était installé. A nous échasses, billard hollandais et table à glisser !
  • L’association Saor Alba nous a replongés dans les Highlands du XVIIIe siècle, en pleine révolte jacobine, alors soutenue par la France. L’occasion de découvrir le tir au mousquet (attention aux oreilles !).
Un petit air d’Ecosse
  • Il y avait aussi de la jonglerie avec un artiste très drôle qui savait aussi bien manier les balles, les massues et excellait en diabolo !
L’accrovoile
  • Le mât d’escalade (« Accrovoile ») : Alors que ce sont d’habitude les marins chevronnés qui se hissent en haut de ces mâts, les enfants (et les adultes) ont pu escalader ici un mât de 8 mètres de haut, comme au temps des Grandes découvertes ! Cette animation d’escalade maritime est inspirée des vaisseaux du XVIIIe siècle et des clippers du XIXe siècle.

Le tout au son de la musique d’époque et en compagnie de personnages en costumes reconstituant vie sociale du XVIIIe siècle.

L’avis des filles :

  • Chloé : «J’ai trouvé que le domaine était très beau. Il y avait beaucoup d’animations et les gens étaient déguisés donc on se croyait vraiment au XVIIIe siècle ; il y avait tout aussi bien les paysans que les nobles. Les animations s’enchainaient toutes donc on pouvait profiter de tout et ne rien rater. J’ai adoré l’atelier calligraphie. J’ai découvert un outil, le calame mais le clou de l’atelier c’était le cachet de cire ! Enfin, j’ai beaucoup aimé le mât de bateau qui était une activité très originale cela donnait un peu le vertige mais quand on sautait, c’était trop drôle ! »
  • Margaux : « Il y avait plusieurs activités par exemple, les jeux en bois. Le mât était une activité très originale ! Le spectacle était un mélange d’art du cirque et de spectacle comique. Les saltimbanques étaient très drôles ! »

Infos pratiques :

  • Château de Gillevoisin, 91510 Janville-sur-Juine

Que faire en complément ?

  • Découvrir les ânes :  Rev’Anion.  Cette association propose des balades à pied et à pas d’âne dans le domaine de Gillevoisin, à Lardy mais aussi des bivouacs en Essonne, des sorties à thème… Infos et réservation : réservation au 06 70 06 90 11.  https://revanion.jimdofree.com/
  • Se promener au domaine de Chamarande : parc classé « jardin remarquable », lieu d’exposition. On peut y faire des tours en barque de juin à septembre) : 5 € par barque (4 personnes). Entrée gratuite, RER C station « Chamarande » à 200 m de l’entrée du parc.  Domaine départemental de Chamarande. 38 rue du Commandant Arnoux. 91730 Chamarande. Tel : 01-60-82-52-01

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Se perdre dans l’expo street art « L’Essentiel »

Le concept :

Le décor : un ancien bâtiment de la Poste datant de 1965… Ce lieu désaffecté a connu plusieurs vies : il fut occupé par le passé par un centre de tri postal, un bureau de poste et même récemment par un centre d’hébergement d’urgence pour des femmes isolées et leurs enfants ! Bientôt reconverti en logements sociaux, il a été confié il y a quelques mois à l’association Art Azoï pour un sacré défi : se réapproprier les lieux juste le temps d’un été à la sauce street art. Un beau terrain de jeux de 2000 m2 pour 43 artistes ! Le nom de ce groupe n’a pas été trouvé au hasard …. Il fait référence au statut de « non essentiel » des artistes lors de ces derniers mois de pandémie. Les amateurs d’art urbain vont être servis : graffitis, collages, lettrages, créations optiques ou sculptures au programme ! Une belle expérience collective d’art éphémère !

L’art de représenter le rebond d’un ballon…

La visite :

Chaque heure, un petit groupe de 19 privilégiés pénètre dans le labyrinthe… On déambule dans cet immense dédale en compagnie d’une guide qui présente rapidement les œuvres (et il y en a beaucoup) mais on peut aussi s’écarter du groupe pour tout découvrir de façon plus autonome (ce qui est assez fun pour les enfants).

Voici quelques-uns de nos coups de cœur :

  • Fuzi est un illustrateur, graffeur, tatoueur parisien.  « The Pool » est une œuvre acrylique et spray aérosol
  • « L’envers du décor » de Psyckoze, un artiste français qui laisse son empreinte sur les murs du monde entier depuis 1984, notamment dans les carrières souterraines de Paris.  
  •  « Palimpseste » de Madame. Elle utilise différents matériaux comme le papier, le bois, le métal, le tissu pour les faire parler.  En mélangeant texte et images, elle appose ensuite de grandes affiches dans la rue.
Palimpseste » de Madame
  • Les œuvres de Berthet One, auteur de bandes dessinées français.
  • Coup de cœur des filles : « Fire Flower » de Stéphane Parain (bois, grillage, ouate, led)   Cet artiste parisien s’inspire de la sculpture classique, des décors de théâtre et de l’art urbain.
« Fire flower » de Stéphane Parain
  • Jean-Charles de Castelbajac :(« L’essence-ciel »), célèbre styliste, designer, directeur artistique de la marque Benetton.
JC de Castelbajac

L’avis des filles :

Chloé : « J’ai trouvé que de présenter des œuvres d’art dans un autre endroit que dans un musée, c’était très original. C’était fait avec plein de matériaux : du fil, du coton, des lampes, des photos, de la peinture… A chaque fois que l’on rentrait dans une pièce, on voyait une œuvre d’art différente, une par pièce. En plus, il y en avait au plafond, sur les murs, sur le sol, accrochées. Ce qui était étrange c’est que même quand c’était peint, on voyait le côté abandonné du lieu, cela donnait un air mystérieux ».

Margaux : C’était une sortie très colorée, les œuvres étaient très différentes et il y avait beaucoup d’espace! J’ai particulièrement aimé l’œuvre qui représentait un ballon en mouvement car le mouvement est difficile à représenter. Quant à la création Fire flower , elle était très surprenante! ».

Infos pratiques :

Horaires : Du 1er juillet au 29 aout 2021, Du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00

Adresse : 11 square Alban Satragne 75010 Paris. Métro : Gare de l’est.

Tarifs : Gratuit sur réservation sur le site officiel : lessentielparis.fr

Le bon plan : si vous n’avez pas eu de place sur internet, vous pouvez vous hasarder à venir 10 minutes avant l’ouverture. Parfois certaines personnes ont réservé mais ne viennent pas. Ça vous laisse un petit espoir, car cette exposition est prise d’assaut !

Que faire à proximité?

Testez le concept du café céramique à La Papoterie (à 32 stations de métro de l’expo). Pour plus d’infos, lisez notre article: https://sortiespourenfantsiledefrance.fr/#:~:text=%E2%80%93%202019%20%3A%20un%20passionn%C3%A9%20d’,%E2%80%93%203%20salles%20!

Publié dans Autres

Revivre une scène de Jurassic Park à l’Escape game Aventure de Puteaux (92)

Comment ça marche ?

En quoi consiste un escape game ? C’est un jeu d’évasion en grandeur nature. En général, les participants sont enfermés dans un lieu clos pendant une heure (même les claustrophobes s’en sortent très bien) et doivent, grâce à différents indices, avancer dans les salles jusqu’à en sortir. L’esprit d’équipe prime. L’écoute, la coopération sont des atouts essentiels pour réussir. C’est surtout une activité très ludique à partager en famille. On fouille (attention, ça ne veut pas dire « on se défoule »), on regarde, on se remue les méninges, on coopère (ça c’est le plus dur), on écoute les conseils (qui sont forcément précieux).

Pas très tranquilles avec le Professeur Farfelus…

Quelques chiffres :

– 2019 :  un passionné d’escape game ouvre ses deux premières salles à Puteaux, spécialisées pour les enfants.

– 2020 : le succès étant au rendez-vous, il en ouvre une troisième.

– 5 animateurs, rompus à l’art de l’improvisation, accompagnent du début à la fin les participants (un par salle).

– 3 salles ! Il y en a pour tous les goûts : « Le Trésor de Barberousse » sur le thème des pirates du XVIe siècle, « Mission : espions » où il faut fouiller un appartement afin de mettre la main sur un objet inestimable et enfin « Dinoland » sur le thème des dinosaures.  

Notre expérience :

C’est justement cette dernière salle que nous avons testée grâce à l’invitation du professeur Farfelus. Au programme : un paisible séjour sur une île inconnue, en plein milieu de l’Océan Pacifique où se trouve un parc géant avec de véritables dinosaures. Mais comme vous pouvez l’imaginer, le séjour ne fut pas de tout repos…

Ce qu’on a aimé :

  • L’originalité de cet escape game, c’est qu’un animateur/acteur est présent durant toute l’aventure : il change de rôle, nous conseille, nous aide (mais pas trop). C’est donc très immersif.
  • Pour les novices et les enfants, c’est très encourageant, on est assuré de gagner. Rien de plus frustrant que de terminer son anniversaire en ayant perdu la partie ! Là au moins, on repart avec un bon souvenir et ça donne envie d’en tester d’autres !
  • Le lieu/l’acteur s’adapte aux enfants : par la taille (tout est à hauteur d’enfant), et en fonction de l’âge : (le scénario, la difficulté ne sont pas les mêmes en fonction de l’âge des enfants).
  • Le plein d’émotions : on frissonne, on crie, on sursaute, on sourit mais sans être jamais terrifiés.
  • Les escape games pour enfants sont rares en Ile de France, alors profitez-en ! il faut les privilégier par rapport à ceux des adultes car sinon vos enfants seront vite perdus dans les rouages des épreuves souvent difficiles et toute la famille passera alors un mauvais moment.

L’avis des filles :

  • Chloé : « C’était génial ! Ce qui était très chouette c’est qu’on a été accueillis par un personnage déguisé donc on a tout de suite été mis dans l’ambiance. En plus, il nous accompagnait tout au long de la séance en nous donnant des indices (sans tout nous dire non plus) et il animait en plus. J’ai bien aimé le système où l’on devait trouver des choses pour actionner un mécanisme notamment des cadenas. On devait chercher dans toutes les pièces, pas forcément dans la dernière. Enfin, j’ai bien aimé les décors.
  • Margaux : « Il y avait toujours quelque chose à découvrir dans chaque salle . J’ai adoré avoir une « mission secrète » (mais chut… je ne vous en dis pas plus…). Le professeur jouait très bien ce qui fait que parfois j’ai vraiment eu peur ! »

Infos pratiques :

  • Accès : Escape game aventure : 28 rue Parmentier, 92800 Puteaux.  Tel : 06-08-37-60-13.  Gare de Puteaux à 11 minutes à pied de l’escape game.  http://www.escapegameaventure.fr
  • Tarifs : 2 à 4 joueurs : 90 €, 5 joueurs : 110 €, 6 joueurs : 130 €, 7 joueurs : 150 €,8 joueurs : 170 €, 9 joueurs : 190 €, 10 joueurs : 210 €. 1 adulte minium par session.
  • Durée : 1 heure
  • On peut aussi y fêter son anniversaire ! Plusieurs formules sont proposées (avec une partie d’escape game, le goûter sur place et éventuellement des jeux encadrés par un acteur en complément). Formules de 220 € à 480 €.

Que faire à proximité ?

  • Se balader dans le domaine de Saint Cloud ou dans le Bois de Boulogne
  • Se familiariser avec l’art moderne en découvrant les statues de la Défense. Voici un petit guide pour les enfants sur le site : https://parismomes.fr/sorties/parcours-artistique-a-la-defense/
  • Tester les nouveaux manèges du Jardin d’acclimatation, Bois de Boulogne, route de la Porte Dauphine à la Porte des Sablons, 75116 Paris.
  • Déambuler à la Fondation Louis Vuitton qui propose des parcours contés, des ateliers, des événements en famille pour se familiariser avec le bâtiment de Frank Gehry et ses expositions. 8 Avenue du Mahatma Gandhi, 75116 Paris.
Publié dans Plein air

Se défouler dans les filets de l’Ecopark Adventures de Meudon (92)

Le concept :

« Parc Legends » est un espace ludique et familial composé de 1800 m2 de filets, unique en Ile-de-France. Niché au cœur de la forêt, 10 modules composant des trampolines, des cabanes, des toboggans sont perchés entre 4 et 6 mètres de hauteur. Simple d’accès et très sécurisé, il n’y a pas besoin de porter de baudrier ce qui permet de sauter, de gesticuler, de courir en toute liberté ! On peut même y jouer au football car une zone avec deux cages et un ballon est dédiée à cette activité ! On s’y prélasse aussi, comme dans une sorte d’hamac géant pour observer la cime des arbres au son des oiseaux (privilège réservé aux matinaux).

Même les plus jeunes, à partir de 2 ans y ont accès, en étant accompagné par un adulte. Quant aux plus grands, ils peuvent faire l’activité en toute autonomie laissant la possibilité aux parents d’attendre en-dessous assis sur des tables de pique-nique.

Un session dure 1h30 ce qui est suffisant car, malgré ce que l’on pense, l’activité est fatigante (à ce titre, n’oubliez pas la gourde d’eau qui sera d’une grande utilité).

L’avis de Margaux :

« Ce lieu est un mélange d’accrobranches et de trampolines dans la forêt. Ça change ! Je conseille de venir y jouer à plusieurs pour plus en profiter ! ».

Infos pratiques :

  • Tarifs : 2-3 ans : 3 € avec un accompagnateur pour 1h30 , 4ans et plus : 9 € pour 1h30.

  • Horaires : Le parc est ouvert de fin mars à fin octobre. Hors vacances scolaires : ouvert tous les mercredis, week-ends et jours fériés de 10h30 à 19h00 (selon la saison, et la visibilité). Pendant les vacances scolaires de la zone C : ouvert tous les jours de 10h30 à 19h00 (selon la saison, et la visibilité). Pendant les vacances d’été : ouvert tous les jours de 10h30 à 19h00 (parcours test et accueil interrompus de 11h45 à 13h00).

  • Adresse : Route du pavillon l’Abbé, centre sportif Marcel Bec, 92190 Meudon
  • Conseils : Garez-vous dès l’entrée du centre sportif (gratuit) puis dirigez-vous à pied sur la gauche du domaine. En contrebas, vous distinguerez les filets, vous êtes arrivés ! Une tenue de sport est recommandée, des chaussures fermées obligatoires. Les gants sont conseillés mais pas du tout indispensables (vendus sur place à 3 €). Les cheveux doivent être attachés. Il est possible d’acheter de la boisson ou des glaces sur place. Il y a des WC gratuits, plus loin sur le site, à proximité des terrains de tennis. Privilégiez votre venue le matin : vous aurez moins de monde et il fera moins chaud l’été (même si le site st bien ombragé grâce aux arbres).

  • Formules anniversaire : 3 heures d’activités (16 € par invité).

En complément :

Sur place, il y a aussi un parcours sportif, des terrains de tennis, des jeux pour enfants…

Et plein de promenades à tester dans le bois de Meudon!

Sur le même thème :

Ecopark de Bièvres (Accrobranches) Lisez notre article : https://sortiespourenfantsiledefrance.fr/tag/sport-de-plein-air/

Publié dans Châteaux, musées, monuments, Plein air

Tout connaître du miel et des abeilles avec l’apiculteur René Vicogne à Verrières-le-Buisson (91)

En 30 ans, l’Europe a perdu 80% de ses insectes polinisateurs. Les principaux coupables : les pesticides ou encore le frelon asiatique. Les abeilles ont un rôle capital dans la fécondation de nombreuses plantes : en venant récolter le nectar et le pollen, elles passent d’une fleur à l’autre, transportant involontairement du pollen sur leur corps. C’est ainsi que fleurs sont pollinisées et les fruits produits.

René Vicogne : apiculteur, une passion !

René Vicogne exerce son métier d’apiculteur depuis 1985 à Verrières-le-Buisson où il a ouvert son rucher pédagogique. Il y reçoit environ 25 000 personnes par an, des écoliers, des enfants ou des familles. Mis à part les ruches du bois de Verrières, il s’occupe aussi de celles d’Eurodisney ! Il transmet régulièrement son savoir à des étudiants parisiens et va même parfois jusqu’en Afrique ! Il a été récompensé à de multiples reprises pour son travail , notamment au salon de l’agriculture de Paris.

La visite :

A l’extérieur :

On commence par découvrir le monde des abeilles dans leur univers, la nature.

L’abeille a un emploi du temps chargé au fil des saisons :

  • Au printemps : la ruche développe sa population. Les abeilles butinent le pollen, l’eau et le nectar.
  • En été, tout le monde travaille. Les butineuses retournent à la ruche et déposent le fruit  de leur récolte dans les alvéoles. Avec leurs ailes, les ouvrières ventilent et ferment les alvéoles avec de la cire pour protéger leur récolte.
  • En automne, la population d’abeilles diminue. Les faux-bourdons sont expulsés.
  • En hiver : les abeilles réduisent leur activité. Elles forment une grappe autour de la reine pour se réchauffer en consommant leur réserve de miel laissée par l’apiculteur.

Le saviez-vous?

Une reine pond jusqu’à 2000 œufs par jour !

En mai/juin, la ruche abrite jusqu’à 80 000 abeilles (ouvrières) !

Une reine peut être achetée très cher (René Vicogne en a acheté une récemment 400 euros !).

Les abeilles ne vivent que 45 jours et meurent après avoir parcouru 70 km !

Elles vont à 3-5 km de la ruche mais savent toujours retrouver leur maison !

La reine se nourrit uniquement de gelée royale

Le faux-bourdon (le mâle) n’a pas de dard pour se défendre.

Une ruche produit en moyenne 50 kg de miel par an.

Connaissez-vous les prédateurs des abeilles?

  • L’ours
  • Un grand papillon appelé Sphinx à tête de mort qui pénètre la nuit dans les ruches
  • Les rongeurs
  • L’hirondelle
  • Le pivert
  • Les fourmis qui tentent de récupérer la cire ou le miel.
  • Le pire : le frelon asiatique ! On peut fabriquer soi-même des pièges en plaçant dans une bouteille un liquide composé d’1/3 de sirop de cassis, de vin blanc et de bière.

A l’intérieur :

Différentes sortes de ruches

L’espace est plutôt dédié au miel et à sa fabrication. On y découvre les différents types de ruches à travers l’histoire et les pays. Saviez-vous pourquoi en Afrique les ruches sont en pierre ? Pour résister aux feux de brousse.

Le matériel de l’apiculteur et l’extraction du miel

  • Le chapeau sur lequel se place un voile noir pour éviter d’être piqué au visage 
  • Certains apiculteurs portent des gants mais beaucoup travaillent mains nues, comme René Vicogne qui est piqué environ 1000 fois par an !
  • L’enfumoir : une sorte de soufflet avec un long bec. Il dégage une fumée blanche pour calmer les abeilles.
  • De retour à la miellerie, les cadres de la ruche sont désoperculés. Avec un couteau spécial l’apiculteur enlève la fin de pellicule de cire qui bouche les alvéoles. Puis, les cadres sont mis dans un extracteur. Les cadres tournent alors autour d’un axe pour extraire le miel des cellules où ils vont tourner rapidement.
  • Le miel coule alors sur la paroi puis est filtré.
  • Il est ensuite transvasé dans un maturateur pendant 2 à 3 jours pour permettre aux impuretés et à l’air de remonter à la surface pour être éliminés.
  • Enfin, l’apiculteur peut mettre son miel en pot !

Dans la boutique de René Vicogne, on retrouve plein de produits issus du miel ou des fleurs : du pollen, différentes sortes de miel, du nectar, des bougies en cire, de l’hydromel, des bonbons, du savon… Plein de bonnes idées de cadeaux et de raisons de se régaler !

L’avis des filles :

Chloé: « Cette visite nous a appris plein de choses sur les abeilles, sur leur façon de vivre, de se reproduire et de se nourrir. En plus, nous avons appris comment l’apiculteur récoltait le miel et le mettait en pot. Donc tout cela était très intéressant. Et son miel est très très très bon ! »

Margaux: « C’est vraiment intéressant que cela soit un apiculteur qui fasse la visite., cela permet de mieux comprendre ce métier rare.  J’ai appris plein de choses sur les ruches et les abeilles ».

Infos pratiques. Où rencontrer René Vicogne ?

  • Au Rucher, au 90 bis rue d’Estienne d’Orves 91370 Verrières-le-Buisson

Visite gratuite sur rendez-vous au 01-60-11-50-94 ou au 06-86-22-89-41. Durée de la visite : environ 1h30. A partir de mi-mars

  • Au marché de Verrières-le-Buisson (91370)
  • Au marché fermier, le dernier samedi du mois, rue de l’église, quartier saint Saturnin, 92160 Antony.

Que faire autour ?

Plaque fabriquée par le potier
  • Aller faire un tour chez le potier (dans la rue d’à côté). Il travaille dans un ancien lavoir. Rien que pour le cadre, ça mérite un détour ! Le Lavoir, Céramiques Bernard Leclerc.  7 rue de Migneaux, 91370, Verrières-le-Buisson.
  • Se promener dans le parc de la Maison Vaillant, dans la même rue que le Rucher, 66 rue d’Estienne d’Orves, 91370 Verrières-le-Buisson

Publié dans Châteaux, musées, monuments, Plein air, Un peu plus loin...

Aider Willy à retrouver l’épée du roi au château de Rocheux (41)

Le concept :

Voici un château que l’on visite en s’amusant ! Il s’agit d’un immense jeu de piste de 28 épreuves, énigmes ou défis qui allie adresse, logique et esprit d’équipe. Les enfants sont motivés par une histoire qui se découvre d’épreuve en épreuve. En suivant l’écuyer Willy et le chevalier Gauvin, elles permettent de parcourir l’immense espace extérieur (prés, espaces boisés, serre, etc…) mais aussi de pénétrer un peu dans le château.

Le circuit est très bien adapté aux familles, même pour les tous-petits (on peut y accéder en poussette). Les énigmes ou les épreuves ne sont pas trop compliquées ce qui permet aux enfants d’être les acteurs de cette sortie. Les plus jeunes seront heureux d’y croiser quelques animaux (poules, chèvres etc…) mais les plus grands devront se creuser les méninges pour les énigmes le plus difficiles !

Le parcours est assez long (2h30 à 3h) mais on ne voit pas le temps passer car on s’amuse et le site est très agréable.

Il est possible de pique-niquer sur place (des tables à l’ombre sont disséminées dans le parc) et d’acheter des sandwichs, boissons et des glaces à la boutique du château.

Conseil : prévoyez des chaussures fermées pour pouvoir profiter pleinement de toutes les activités (surtout les filets suspendus dans les arbres) et un parapluie ou un imperméable en cas de pluie car l’essentiel du parcours se fait en extérieur.

L’avis des filles :

Margaux : « C’est un peu comme une chasse aux trésors où l’on part à la recherche d’indices. J’ai bien aimé que cela raconte une histoire avec des effets sonores et que les épreuves soient très différentes les unes des autres (de la logique, des mini-jeux…). »

Chloé : « J’étais contente de retrouver les mêmes personnages qu’au château de Pons. Les épreuves sont variées : soulever des trappes, tirer sur des cordes, sentir les plantes du potager, avoir le sens de l’équilibre… A la fin, il vous faudra taper sur un écran tactile toutes vos réponses pour peut-être remporter votre diplôme ! ».

En complément (sur place) :

  • Escape game : il y a deux salles sur le thème de la sorcellerie. Voir site internet : escape-game-41.com
  • Hébergement : on peut dormir dans le château (5 chambres). Tel 02 54 23 29 74 Mail :  lechateauderocheux@orange.fr  
  • Audioguide gratuit via l’appli Izi travel pour en savoir plus sur l’histoire du château (à télécharger plutôt avant votre visite en cliquant sur « château de Rocheux » dans la liste).

Infos pratiques :

  • Ouverture d’avril au 1er novembre.
  • Tarifs : moins de 4 ans : gratuit, de 4 à 11 ans : 13 euros, à partir de 12 ans : 16 euros. Tarif spécial famille nombreuse.
  • Accès : Château de Rocheux à Fréteval (41160). Tel : 02-54-77-24- 84 https://www.chateau-enigmes.com/fr/

Bon plan : si vous réservez par internet, vous obtiendrez une réduction de 2 euros sur le tarif enfants (11 euros au lieu de 13). Attention, les billets internet ne peuvent être utilisés qu’au château du Val de Loire (il existe en effet d’autres Châteaux des énigmes ailleurs en France).

Que faire à proximité ?

  • Visiter le château de Blois (voir notre article «Fréquenter la cour festive de François Ier au château de Blois »)
  • Visiter la maison de la magie de Blois (voir notre article «Une visite abracadabrantesque à la Maison de la magie de Blois »).

Pour info : il existe d’autres châteaux des énigmes. Nous avons aussi testé celui de Pons en Charentes-Maritimes (17) avec le même concept, qui avait aussi enchanté les enfants ! Il y en a aussi un dans les Pyrénées-Atlantiques (64) à Laas.

Publié dans Châteaux, musées, monuments, le shopping des kids, Plein air

Promenade bucolique à Chevreuse (78)

Le parcours :

Promenade des Petits ponts :

Au bord de l’Yvette…

On peut démarrer la ballade en partant du parking  de l’hôtel de ville ou par la ruelle des Mandars. A partir de là, 22 petits ponts s’enchaînent le long du canal de l’Yvette, témoins de l’ancienne activité de tannerie de peaux de chèvres de la ville. On passe devant le Séchoir à peaux, datant du XVIIe siècle et en activité jusqu’en 1962. Il est aujourd’hui reconverti en lieu d’exposition et de concerts.

Rendez-vous ensuite chez l’Alchimiste pour le goûter, au 9 rue Lalande, une charmante rue piétonne de Chevreuse :

C’est un lieu atypique puisque vous êtes chez l’unique siropier du secteur c’est-à-dire fabriquant de sirop artisanal. Et des sirops, il y en a pour tous les goûts, déclinés en 5 catégories: les Aromatiques, les Fruitées, les Florales, les Epicées, les Torréfiées. Des produits sans  colorant, sans arôme artificiel ni conservateur. Dans une ambiance cosy à l’intérieur ou sur la terrasse ensoleillée aux beaux jours, on peut ainsi déguster toutes ces saveurs subtiles. Des concerts, des dégustations et des conférences sont aussi proposés.

Je vous souffle une idée originale : pourquoi ne pas organiser ici l’anniversaire de votre enfant avec ses copains ?

Pas d’idée pour le cadeau de Mamie Lucie ? Il y a beaucoup de choix dans la boutique. Du sirop bien sûr mais aussi du miel, des gâteaux… C’est parfait pour les gourmands !

  • Visite gourmande d’une heure : découverte du métier + dégustation = 8 euros par personne
  • Atelier gourmand : découverte et fabrication de son propre sirop, 2 heures,  28 euros /adulte et 15 euros par enfants de moins de 12 ans.

Ensuite, promenade digestive ! Direction le château de la Madeleine en passant par un petit sentier ( le chemin du Larris ») :

La château de la Madeleine:

Il fut construit entre le XIe et le XIVe siècle et abrite aujourd’hui la Maison du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse. Jean Racine y séjourna quelques semaines en 1661. On peut visiter la cour intérieure, les remparts, la tour des gardes et les caves qui renferment une exposition sur l’histoire du château.

Un livret-jeu est disponible pour les enfants (demandez-le à l’accueil !).

Horaires d’ouverture :De novembre à février: du mardi au dimanche : 14h – 17h30, mercredi : 10h – 12h30, De mars à octobre : du mardi au samedi : 14h – 17h30, mercredi : 10h – 12h30 / 14h – 17h30.  Dimanche : 10h à 18h

Accès : Chemin Jean Racine, 78460 Chevreuse, Tél. : 01 30 52 09 09. Le site est accessible avec la navette Baladobus depuis la gare de Saint-Rémy-les-Chevreuse.

Que faire à proximité ?

Visiter le Château de Breteuil (lire l’article « Réveiller la Belle au bois dormant au château de Breteuil » dans la catégorie «Châteaux, musées, monuments») à Choisel.

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Remuer ses méninges au musée de l’illusion (Paris)

Le concept :

New York, Shanghai, Dubaï l’avaient mais pas Paris… jusqu’au 20 décembre 2019. Le musée de l’illusion  rassemble des jeux de miroirs, des hologrammes, des jeux de lumière, des effets d’optique notamment. Il n’y a plus qu’à tester (70 illusions au programme !)! Et en plus, on apprend des choses, en s’amusant, même si à la fin, on n’a un peu la tête à l’envers !

L’avis des filles:

Chloé : « Ce qui est vraiment original dans ce musée, c’est qu’enfin, on nous explique les solutions aux illusions d’optique et les trucages. J’ai adoré ! »

Margaux : « C’est assez grand, avec des expériences très différentes les unes des autres. J’ai beaucoup aimé le fait de prendre de nombreuses photos. Il y avait beaucoup de jeux de miroirs ou à faire à plusieurs. On croisait parfois un magicien qui nous faisait des tours incroyables! A la fin du parcours, une boutique présente certains objets du musée mais en miniature pour repartir avec un souvenir ! »

Infos pratiques :

Accès : 98, rue Saint-Denis – 75001 Paris. Tél: 07 66 72 76 40     https://museedelillusion.fr/

Horaires : Ouvert tous les jours de 10h à 20h. Nocturnes jusqu’à 22h les jeudi, vendredi et samedi.

Tarifs : Adulte: 18 euros, enfant (5 – 15 ans): 12 euros, enfant (moins de 5 ans): gratuit, famille (2 adultes et deux enfants): 45 euros, étudiant: 15 euros, sénior: 16 euros, personne à mobilité réduite: 15 euros, demandeur d’emploi: 15 euros.

La réservation est vivement conseillée !

Que faire à proximité ?

– Faire un escape game (Oggy ou Titanic) chez Majestic (voir article « Essayer de recoller les morceaux de Oggy »), 2 rue Française 75001

– Prendre un bon goûter chez De Belles manières (5 rue de Turbigo, 75001)

– Se défouler au jardin Nelson Mandela

Publié dans Châteaux, musées, monuments

Découvrir les secrets de Houdin au musée de la magie et des automates (75)

Découverte d’un musée discret, au charme désuet, le musée des automates et de la magie !

Il s’agit en fait de deux musées en un : l’un à gauche où l’on découvre des automates du XIXè-début XXè siècle et l’autre dans la partie droite consacré à la magie.

Le visiteur se promène à sa guise et selon son rythme en allant d’une vitrine à l’autre. A un moment, nous sommes appelées pour une représentation de magie. Des tours simples, de grands classiques (avec des anneaux et des cartes) mais historiques, qui permettent de remonter aux premiers temps de la magie –ce qui est d’ailleurs un peu le concept de tout le musée qui fait l’éloge de Houdin et de Houdini. On y apprend en effet de la bouche d’un autre magicien, (et ancienne doublure Jean Gabin !) que Houdin est devenu magicien un peu par hasard : c’est grâce à une libraire qui s’était trompée dans la commande : en lui vendant un livre de magie au lieu d’un livre d’horlogerie, elle changea donc le cours de sa vie : il allait appliquer ses connaissances d’horlogerie à la magie ! La 2ème partie  du musée aborde en effet, les dessous de la magie, les objets truqués, les illusions d’optique.

L’avis des filles:

– L’avis de Margaux (9 ans): « Le visiteur est immédiatement plongé dans l’ambiance grâce au décor de l’entrée. J’ai aimé que l’on puisse actionner soi-même les automates en appuyant sur des boutons. Ils  étaient tous très bien faits. Certains représentaient des personnages connus (ex Mickey). Mais j’ai préféré la partie magie, notamment car il y avait un spectacle. C’est intéressant de pouvoir assister à des tours très anciens comme ceux de Houdin ou de Houdini, comme un héritage. On pouvait surtout voir des instruments ou des objets liés à des illusions d’optique. Du coup, placer dans le même musée les automates et la magie, c’est une bonne idée, ça va bien ensemble car les deux sont mystérieux ! »

L’avis de Chloé (6 ans) :  Dans la partie automates : « c’était impressionnant de voir que toutes ces manipulations arrivaient à faire bouger des personnages. Pas besoin de tourner de manivelle ! Dans un couloir, il y avait un tableau qui se déformait et se cassait tout seul. C’était très surprenant ! Partie magie : « Au début, j’ai eu un peu peur de mettre mes mains dans certains appareils puis après avoir testé j’ai été rassurée… J’ai pu aussi comprendre le principe de quelques illusions d’optique. »

INFOS PRATIQUES:

Accès: 11 rue Saint-Paul, 75004 Paris. tel: 01-42-72-13-26 https://museedelamagie.com/

Horaires: Mercredi, samedi et dimanche de 14h00 à 19h00. Ouverture quotidienne pendant les vacances de la zone C (hiver, printemps, automne et noël).

Tarifs : 14 euros pour les adultes, 10 euros pour les enfants (3 à 12 ans).

Stages de magie durant les vacances scolaires et cours de magie (adultes et enfants).

Formule anniversaire comprenant:


Visite du musée

Spectacle de prestidigitation

Cours de magie adapté à l’âge des enfants

Cadeau magique pour chaque participant (un tour de
magie qu’il va apprendre à faire pendant le cours)

Salle à disposition pour le goûter d’anniversaire*

Forfait 25 € par enfant (minimum 10 enfants). Les parents se chargent du goûter des enfants.

NB: Les enfants doivent être âgés au minimum de 6 ans.